le vieux monde qui n'en finit pas

07 août 2020

Big Bernard est mort hier

bernardstiegler

"Je ne mettrais certes pas Deleuze et Derrida sur le même plan que Badiou et Rancière… Mais il est vrai que les théoriciens de la gauche française n’ont pas vu une chose essentielle: l’entreprise de démoralisation à laquelle a conduit l’hypernihilisme provoqué par la révolution conservatrice au début des années 1980. Deleuze fait cependant exception à partir de 1990 avec son Post-scriptum sur les sociétés de contrôle. Ces universitaires, qui ne voient pas que la technique constitue pharmacologiquement le milieu noétique, restent fidèles au mot d’ordre marxiste des années 1960 et 1970: la lutte contre l’État – et sont en cela instrumentalités par cette révolution conservatrice qui pose que « l’État est le problème ». Mais avec l’eau du bain de l’État et de la Nation, on a jeté le bébé qu’est la res publica – la chose publique. Or la chose publique est le lieu de formation de l’attention et du soin – c’est-à-dire du désir comme investissement, ce que la financiarisation mise en œuvre par les néoconservateurs a liquidé. Cela donne de nos jours le Front national, l’effondrement du désir, et la domination de la pulsion – dans les banlieues comme à Carrefour, chez Sarkozy et chez Strauss-Kahn." [in Le Journal des Arts, 2011]

~

Dernier livre lu ici

31adFsPWUaL

Posté par charles tatum à 11:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 août 2020

FDJ 180 : Jerzy Skolimowski

vlcsnap-2020-08-05-18h01m37s514

I's not us [in W domu], 2020

vlcsnap-2020-08-05-18h02m33s441

vlcsnap-2020-08-05-17h58m58s744

Posté par charles tatum à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Hotties Reading 637

hr hell in the pacific

Lee Marvin dans Hell in the Pacific, John Boorman 1968

Posté par charles tatum à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 août 2020

FDJ 179 : Joseph H. Lewis

julia ross4

Nina Foch, My Name is Julia Ross 1945

julia ross1

Dixit Lourcelles : « Un joyau de la série B américaine, concis, impeccable, aux arêtes tranchantes comme le diamant. [...] Le style de Lewis possède la minutie fascinante d’un Hitchcock, le sens du cauchemar d’un Siodmak. [...] Les images de la solitude, de l’enfermement, de l’abandon graduel de la victime à ses bourreaux s’accumulent ici sur l’écran avec une économie de moyens, une rigueur sèche, implacable et dense qui confinent au génie. » Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma, Laffont 1992

Posté par charles tatum à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 juillet 2020

Art Barkley, vraiment ?

Le Monde est plus que jamais le journal de toutes les avant-gardes.

Art Barkley

Mais on n'est pas bégueule : grâce à Jazz Everyday, on vous fait écouter l'album.
 Enregistré en novembre 1953 et publié par Mingus sur le label qu'il avait créé avec Celia Mingus
et Max Roach, sous le titre Introducing Paul Bley [Debut DLP 7].
Improvisations
est le titre de la réédition française chez Swing.

Paul Bley (piano), Charles Mingus (basse), Art Blakey (batterie).

[Et un grand merci à M. Marmande.]

Posté par charles tatum à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


29 juillet 2020

De mauvaises nouvelles de Cesare Battisti

Une mise au point de Cesare Battisti.

« La séquestration de personne perpétrée à Santa Cruz della Sierra le 12 janvier 2019 se poursuit actuellement en Sardaigne avec l’approbation des institutions "démocratiques" italiennes. A l’isolement forcé depuis 18 mois, classifié AS2 (Alta Sicurezza Terrorismo: haute sécurité terrorisme) avec 41 ans de rétroactivité – ce qui est inconstitutionnel - privé de la plus grande partie des droits établis par le Règlement pénitentiaire. Un cauchemar dont même les mieux intentionnés ne savent plus comment me faire sortir. Les appels à l’autorité judiciaire ne servent à rien. A la demande de la défense pour connaître les motivations de telles dispositions, le Ministère répond qu’il s’agit de documents secrets. Nous sommes en temps de guerre ! Politicaillerie parlementaire et médias nationaux se dépensent inlassablement en insultes et propos réactionnaires.

Mais comment a-t-on pu arriver à un tel degré d’ignominie ?

Quand, en mai 2019, la Cour de cassation italienne a refusé la commutation de la peine de perpétuité en 30 ans de détention, alors que c’était ce que stipulait l’accord d’extradition de l’Italie avec le Brésil, accusant ainsi, pour l’en absoudre aussitôt, le gouvernement italien de recel d’une cargaison illicite en provenance de la Colombie, la Cour a de fait confirmé la déclaration de guerre de l’Etat contre Cesare Battisti. Depuis lors, tout est devenu licite pour me faire pourrir en prison comme il avait été publiquement promis au moment de mon débarquement. L’attaque frontale de l’Etat et la campagne de diffamation permanente orchestrée par lui ont été dévastatrices au point de faire reculer les instances et les personnes qui jusque-là avaient généreusement prodigué leur solidarité. Le coup porté par l’"Etat de la vengeance" était presque létal. Après des tentatives de se reprendre aussi timides qu’inutiles, on a fait le gros dos en attendant des jours meilleurs. D’une certaine manière, défenseurs et famille se sont fiés au temps qui apaise tout et malheureusement, à la croyance que l’Etat italien, quoique réfractaire à la défense des droits, saurait se montrer "charitable". En attendant, les mois passaient, tandis que l’attaque de l’Etat ainsi que des médias assujettis se faisait toujours plus virulente. Refermant l’une après l’autre les fissures par où ma voix parvenait encore à passer.

Je dois malheureusement admettre que pendant trop de temps, j’ai dû investir toutes mes forces pour tenter de convaincre les plus proches que la tactique du silence était la pire qu’on puisse adopter. Avec les meilleures intentions, ma famille, exténuée par des décennies de menaces, se démenait pour que personne, par pitié, ne fasse de l’agitation parce ça aurait été pire pour moi. Ainsi ont été bloquées dès le départ les tentatives de construire des comités de défense ou quelque autre forme d’intervention qui, aux dires de certains, m’aurait ramené au cœur du typhon. On a est ainsi venu à créer un climat d’impunité et d’arrogance tel que, à tous les niveaux du pouvoir, personne désormais ne s’inquiétait plus de rencontrer de résistances, quels que fussent les abus commis.

Voilà des mois que je me démène pour faire comprendre cette situation aux proches, pour leur faire comprendre que, certes involontairement, ils me livraient en pâture aux geôliers. Il n’est pas facile de se faire comprendre quand on est Cesare Battisti, même de ceux qui n’ont jamais cessé de m’aimer. Mais il y a quand même quelque chose que n’importe quel détenu vous confirmerait sans réticence: s’agissant de sa défense, ce qui compte avant tout, c’est la parole du détenu, parce que lui sait comment ça se passe vraiment. Ceci devrait être un impératif universel. Et s’il avait été suivi, nous aurions mieux contenu le vil assaut de l’Etat.

Par bonheur, aussi bien la défense que les amis et camarades n’ont pas attendu le son des trompettes pour sortir à découvert. Malgré la situation désespérée, grâce à beaucoup d’entre vous, existent des moment de solidarité renouvelés et cela se fait sentir ici chez moi. Les autorités, ces derniers jours, se montrent moins arrogantes, mais elles ne lâchent pas. Nous savons que le gouvernement italien est en défaut permanent face aux instances du droit et de la justice internationaux. Cela fait des décennies que l’Italie encaisse des camouflets des instances internationales pour son refus de s’aligner sur les normes universellement établies. Je le mentionne pour souligner le poids que pourrait avoir tout acte public au niveau international. L’Italie ne peut pas se permettre une mauvaise propagande sur le thème de la justice. A l’intérieur, les politiciens réactionnaires tiennent les médias en laisse, mais à l’étranger, il leur est plus difficile de les contrôler et cela peut endommager l’image nationale.

Ce qui me rend le plus furieux, c’est qu’avec leurs vexations, ils sont en train de me voler mon âme. C’est de bien d’autres thèmes que j’aimerais m’entretenir avec vous, plutôt que de continuer encore et toujours à parler de ma maudite incarcération. Mais comment se détendre un peu, écrire deux pages au-delà de l’immédiateté brutale autour de soi ?

Ça se passe pareil avec la mauvaise politique. Dans l’incapacité de regarder au loin, le regard limité du populisme prend le dessus ! »

cesare

***

Et l'appel de Serge Quadruppani.

« Les nouvelles de Cesare Battisti ne sont pas bonnes. Pour que son avocat, Davide Steccanella, un ténor du barreau qui en a vu bien d'autres, en vienne à lancer: "Si vous voulez rétablir la peine de mort aux dépens de Battisti, allez-y, ne perdez plus de temps. Dans cet Etat de non-droit, faire l'avocat est impossible", il faut vraiment que ce qui s'exerce contre lui n'ait plus rien à voir avec les normes judiciaires italiennes et universelles. Comme Cesare l'explique dans la "mise au point" ci-dessus, on a décidé à son retour de lui appliquer les six mois d'isolement auxquels il avait été condamné voilà 43 ans en sus de la perpétuité. Ce qui était, à l’époque une mesure discutable, même du point de vue sécuritaire (traiter un humain en fauve encagé n’a jamais donné de bons résultats), appliqué presqu’un demi-siècle plus tard, dans un contexte historique totalement différent, devient parfaitement exorbitant du point du vue du droit comme de la logique. Cesare Battisti n’a plus vingt ans mais 63 ans et, derrière lui, toute une vie de famille, de travail et d’écriture démontrant qu’il a tourné la page de l’activisme armé: aujourd’hui il ne constitue en rien une menace pour l’Etat. Mais l’abus de pouvoir ne s’est pas arrêté là. Six mois ont passé, puis encore un an et il est toujours à l'isolement. Ce qui signifie qu'il ne voit jamais aucun codétenu et, comme la prison où il se trouve n'est pas équipée pour ce genre de détention, le seul moment où il a le droit de sortir de sa cellule pour une heure de “promenade” dans un espace réduit, c'est celui de l'heure du repas. La conséquence est que le plat qu'on lui apporte, repas infect coutumier des prisons, en refroidissant est devenu immangeable. Constatant que la nourriture de la prison entraînait de graves conséquences pour sa santé, il a introduit une plainte pour demander à pouvoir disposer d'un réchaud comme les autres détenus, et cuisiner sa propre nourriture. Dans le grand moulin à propagande médiatique, cette demande si peu subversive est devenue: “Cesare Battisti se plaint du menu.” Et comme à chaque fois que le nom de Cesare apparaît dans les médias, on a interviewé le fils du commerçant-shériff Torreggiani (militant de la "légitime défense", c’est-à-dire de l’abattage immédiat des voleurs et braqueurs). Torreggiani a été tué par les PAC, l'organisation dont faisait partie Cesare. Rappelons que le fils est sur une chaise roulante. Et comme chaque fois, on a laissé croire que c'était lui, Cesare, qui avait tiré la balle qui a rendu le fils paraplégique, alors que c'était son père qui l'a blessé en tirant sur des petits braqueurs dans une pizzeria où il dînait. Et tout cela pour que le fils Torreggiani puisse se plaindre que Cesare "voulait manger des huîtres"! Cette bataille pour le droit à une nourriture correcte n'est qu'un épisode d'un interminable combat de Cesare contre les abus qu'il subit – le premier étant bien sûr qu'après avoir été enlevé dans des conditions totalement hors-la-loi en Bolivie, on lui applique une peine sans tenir aucun compte des circonstances historiques dans lesquelles il a mené les actions pour lesquelles il a été condamné. A cette bataille, nous sommes quelques-uns à vouloir prendre notre part. Vous en aurez bientôt des nouvelles. La torpeur de l'été post-confinement ne saurait justifier toutes les acceptations.

La nécessité d'un Comité de Défense, sur des bases clairement politiques (avec l'amnistie pour tous les prisonniers politiques en horizon, mais l'exigence de l'application des garanties judiciaires normales en attendant) s'impose. Deux choses sont sûres: la ligne "innocentiste" a vécu, et les conneries people, ça suffit, on ne verra plus Bayrou ou BHL brouiller le message et décourager celles et ceux qui ont vraiment envie de se battre. Que celles et ceux qui veulent se joindre à se projet se signalent à cette adresse [quadruppani.serge(@)orange.fr]. »

Posté par charles tatum à 05:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Hotties Reading 636

hr anna maria caglio

Anna Maria Caglio, actrice italienne,
mythomane pathologique et "Cygne noir" de l'affaire Wilma Montesi (1953-1957)

hr ragazza via veneto

Posté par charles tatum à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 juillet 2020

Olivia de Havilland 1916-2020

olivia

Olivia de Havilland [ici dans Gone With the Wind (Fleming 1939),
They Died With their Boots on (Walsh 1941) et The Snake Pit (Litvak 1948)]
vient de mourir. Elle avait 104 ans.

charge fantastique

the snake pit

Posté par charles tatum à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

25 juillet 2020

Tête d'épingle. Une biographie, par Bill Griffith

schlitzie freaks

« Un sourire lumineux brillait sur leurs visages. Je sais à présent ce qu’il indique – ils avaient connu la tragédie et l’avaient combattue jusqu’au bout. Ils avaient pris un handicap et l’avaient retourné, ils se l’étaient approprié. Grâce au courage et à la patience, ils s’étaient forgé une vie. » [William Lindsay Gresham, Monster Midway, 1953]

schlitzie avec browning

Les éditions Presque Lune viennent de publier une traduction française [par Renaud Cerqueux] du livre de Bill Griffith, Nobody’s Fool, The life and times of Schlitzie the Pinhead (1901-1971). Un magnifique ouvrage cartonné, collection Lune froide, 17x24, 250 p., hommage de première bourre, formidablement documenté, à l'un des principaux acteurs du chef-d’œuvre de Tod Browning.

schlitzie couverture

« Je ne savais pas grand-chose de la vraie vie de Schlitzie. Je n’avais rien de plus à me mettre sous la dent qu’une rare projection de Freaks au cinéma de minuit et une carte postale extraite de la collection d’un ami auteur de bande dessinée. Ce n’est qu’il y a cinq ou six ans que j’ai réussi à reconstituer une chronologie fiable de la vie de Schlitzie. Les interviews de Ward Hall, un des derniers directeurs de sideshow responsables de Schlitzie, et de Wolf Krakowski, qui a travaillé dans le même cirque que Schlitzie en 1965, ont été d’une aide inestimable. À mesure que je rassemblais de plus en plus d’informations, ce livre commencé à prendre forme. » [Bill Griffith, juin 2018]

schlitzie vaisselle

Posté par charles tatum à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 juillet 2020

Le quasi de veau [Ceci n'est pas une apocope]

Le quasi de veau est un morceau épais.

C'est le muscle fessier situé entre la cuisse et la région lombaire. En un mot, la croupe.

quasi-de-veau-roti-cocotte-de-paimpol-aux-tomates-confites-et-piquillos

Quasi de veau, cocotte de Paimpol aux tomates confites et piquillos

[en hommage aux éditions Yellow Now et leurs auteurs]

Posté par charles tatum à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juillet 2020

Annie Ross 1930-2020

annie ross

 La first lady du trio Lambert, Hendricks & Ross est morte hier à New York,
à quelques jours de son quatre-vingt dixième anniversaire.

 

[ci-dessous, Annie Ross en solo, soutenue par Count Basie, son piano et son orchestre]

Posté par charles tatum à 11:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Hotties Reading 635

hr blue sunshine

Blue Sunshine, Jeff Lieberman 1977

hr blue sunshine 2

Posté par charles tatum à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juillet 2020

"Personne ne sait qui est Tod Browning"

Tod-Browning-biography_main1

Une conférence de Pacôme Thiellement, mai 2018

Posté par charles tatum à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 juillet 2020

Horace Parlan & Archie Shepp, Goin' Home

parlan

Horace Parlan [1931-2017] (photo non datée)

~

Parlan, Shepp, Copenhague 1977, Enregistrement Steeplechase

Posté par charles tatum à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 juillet 2020

FDJ 178 : Allan Dwan

20200716_150050

Douglas Fairbanks et Alma Rubens dans The Half-Breed, 1916

Le film est encore visible pendant quelque temps sur Henri,
ainsi que The Good Bad Man, du même Dwan (1916)

20200716_151520

Posté par charles tatum à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 juillet 2020

Hotties Reading 634

hr tutli putli

Madame Tutli-Putli, Chris Lavis et Maciek Szczerbowski, 2007

Posté par charles tatum à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 juillet 2020

La femme et l'araignée

spider

Woman crushing spider as humanely as possible [The Onion, 07/14/2020]

Posté par charles tatum à 19:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2020

Marathon Preminger : A royal scandal, 1945

edithhead baxter scandal

Anne Baxter (en bas : la clope à la main), Edith Head (costumière),
Tallulah Bankhead, Arthur C. Miller (directeur de la photo)

Ernst Lubitsch commença le tournage, puis tomba malade. Preminger acheva le film.

bc5301d5f6556f4bc1ed6d13828a2928

Posté par charles tatum à 11:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 juillet 2020

Lydia Chagoll

Nous apprenons la mort de Lydia Chagoll, disparue il y a quelques jours dans la plus totale discrétion, selon ses voeux (par conséquent à l'insu des médias). Chorégraphe, danseuse et essayiste, cette grande dame du cinéma belge a signé une oeuvre considérable, presque entièrement consacrée à la dénonciation des fascismes de toutes sortes. Parmi ses films les plus connus, citons Au nom du Führer (1977), Ma Bister (2014) ou Felix Nussbaum (2017), hommage au peintre allemand [1904-1944] assassiné par les nazis. Lydia Chagoll a écrit/réalisé nombre de ses films en complicité avec son compagnon de toujours, l'écrivain et cinéaste Franz Buyens.

chagoll par boris

On trouvera divers liens et informations sur le site du magazine bruxellois Cinergie
et sur celui du couple Chagoll/Beyens.

Le cliché ci-dessus est signé de notre ami Boris Lehman, que je remercie.

Posté par charles tatum à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Marathon Preminger 2 : Daisy Kenyon, 1947

daisy kenyon4

Joan Crawford, Henry Fonda / Dana Andrews, Joan Crawford

daisy kenyon

Posté par charles tatum à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,