le vieux monde qui n'en finit pas

14 novembre 2018

Hotties Reading 551

hr danstevens apostle

Dan Stevens dans Apostle, Gareth Evans 2018

Posté par charles tatum à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 novembre 2018

Tiens ta bougie... droite !

Saturnin Fabre for ever

 

Maurice et l'oncle Parpain dans Marie-Martine, Albert Valentin 1943

[dédié à Bertrand Tavernier, et à Noël]

~

saturnin fabre

Posté par charles tatum à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

12 novembre 2018

Nice Guys/Dreaming of the Master, quarante ans déjà

Art Ensemble of Chicago

Noël approche.

Posté par charles tatum à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

FDJ 107 : Bertrand Tavernier

vlcsnap-2018-11-11-10h31m22s438

Voyages à travers le cinéma français, 2017

Magnifique série de 8 x 55' de l'ami Tavernier dont, on le sait,

l'enthousiasme (communicatif) n'a d'égal que l'érudition (picdelamirandolesque)

vlcsnap-2018-11-11-10h31m00s728

vlcsnap-2018-11-11-10h30m42s706

Posté par charles tatum à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 novembre 2018

Femen vs. Trump

Ce matin, une militante Femen s'est dressée
devant la voiture de Trump, sur les Champs-Elysées (Paris).

[Notons que le peuple de Paris, sans doute pour ne pas froisser les parapluies, est resté de marbre.]

Hier, trois de ses camarades avaient été arrêtées par les flics.
Elles dénonçaient la présence de criminels de guerre parmi les invités d'Emmanuel Macron.

femen

~

Hier :

vlcsnap-2018-11-11-12h11m09s370

Posté par charles tatum à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Chevallier, Remarque, Dix, Gance, et du côté d'Orouet

dix 1

Pour célébrer le onze novembre, on peut lancer un commando pâtissier sur les dizaines de chefs d'Etat hypocrites, emperruqués et propres sur eux qui vont plastronner sur les Champs-Elysées en jurant qu'il ne se feront plus jamais la guerre, mais il est vrai que ça peut être dangereux, car Trump et ses copains ont la main leste.

On peut relire La Peur de Gabriel Chevallier, ce chef-d'oeuvre absolu de dissuasion anti-belliciste [et alter ego de A l'ouest rien de nouveau, de l'Allemand E.M. Remarque], toujours disponible en Livre de Poche (même si personne n'en parle). Cet anar bien sympathique inventera quelques années plus tard Clochemerle et sa pissotière.

On peut se replonger dans le cinéma d'Abel Gance sur 1914-1918, à commencer par les trois versions de J'accuse.

On peut aussi ressortir ses vieux albums d'Otto Dix, ce génial peintre, graveur et illustrateur allemand (1891-1969) qui, venu de l'expressionnisme, contribua à créer la Nouvelle Objectivité. Dix est le plus grand peintre de l'apocalypse de la première guerre mondiale. Ses toiles donnent des cauchemars. Les voyous hitlériens, arrivant au pouvoir une quinzaine d'années plus tard, s'empresseront de créer, presque pour lui tout seul, la notion d'Art Dégénéré. C'est dire que l'homme est de nos amis. [Ca tombe bien : on peut voir jusqu'au mois de janvier une belle collection de ses estampes. C'est en Vendée, pas loin d'ici, au musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables d'Olonnes. Du côté d'Orouet, pour ainsi dire. Plus bas, je vous colle la présentation des commissaires de l'expo.]

On peut aussi m'offrir à boire, car je suis né ce jour-là. [Non, je rigole. Je ne suis pas si vieux.]

dix 2

~

Du 14 octobre 2018 au 13 janvier 2019

L’œuvre et la vie d’Otto Dix (1891-1969), artiste reconnu aujourd’hui comme l’un des peintres allemands les plus importants du XXe siècle, ont traversé des temps d’une violence et d’une cruauté extrêmes. Ils furent irrémédiablement marqués par les horreurs de la Première Guerre mondiale, à laquelle l’artiste participa comme engagé volontaire puis par le nazisme, qui stigmatisa son œuvre comme « art dégénéré ».


Otto Dix, malgré la tourmente, fit de la représentation fidèle de la réalité, tout aussi cruelle soit-elle, son credo, et fut, à l’instar de Francisco de Goya, un témoin implacable de la société de son temps dont il saisit les fastes et la décadence, les crimes et les souffrances, dans une œuvre sans concession qui restitue la vérité dans toute sa crudité.

Issu d’une famille modeste de Thuringe, l’artiste poursuit ses études artistiques à Dresde. Sous la République de Weimar, il participe brièvement aux provocations Dada auprès de son ami Georges Grosz, avant d’être associé à l’aile vériste de la Nouvelle Objectivité allemande que l’historien d’art Gustav Friedrich Hartlaub met en avant en 1925 dans le contexte d’un retour à l’ordre de la peinture européenne. Otto Dix, portraitiste recherché, affûte alors son style tranchant qui oppose à une technique virtuose et réaliste, empruntée aux maîtres anciens - Baldung-Grien, Cranach ou Altdorfer – des sujets triviaux, reflets de la société inquiète et précaire de l’entre-deux-guerres – scènes de crimes, de rue ou de cabarets.

Cette exposition, consacrée aux estampes de l’artiste - gravures sur bois, eaux-fortes, lithographies - auxquelles l’artiste se consacra tout au long de sa carrière en parallèle à son œuvre picturale, présente un ensemble d’œuvres issues du cabinet des estampes du Zeppelin Museum de Friedrichshafen, situé près du Lac de Constance, qui conserve l’une des plus importantes collections consacrées à l’artiste. Elle revient sur les thèmes de prédilection d’Otto Dix - le nu, le portrait, la ville, la religion et la guerre - symptomatiques de sa volonté de saisir l’homme dans son entier, de la naissance jusqu’à la mort, comme un être de chair, de palpitations et de sang.

Exposition organisée en partenariat avec le Zeppelin Museum de Friedrichshafen. Parution du Cahier de l’Abbaye Sainte-Croix n° 134 à l’occasion de l’exposition.

dix 4

 

Posté par charles tatum à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 novembre 2018

Lectures pour tous : Hervé Prudon

« on était tristes et seuls mes chiens

moi et mon verre de vin

on aurait pu aller dans un autre bistrot

boire un autre verre

de trop ou rentrer dans le monde réel

affronter ma femme et

mes enfants

mais je suis resté là à boire des coups

le vin du vague à l’âme

et la serveuse qui n’en fait pas un drame »

~

L'aimable Hervé Prudon, dont les romans
/ Mardi-Gris / Tarzan malade / Plume de nègre / Il fait plus froid dehors que la nuit /
/ Venise attendra / Les hommes s'en vont / et tant d'autres,
m'ont nourri tout au long des décennies, est mort il y a juste un an.
Ses amis publient aujourd'hui quelques poèmes tristes jetés sur le papier
durant les derniers mois de la maladie.
"Quelque chose me dit / C'est fini de faire le malin."
Olivier Rolin se fend d'une brève préface de vieux compagnon. C'est pour ça.

~

devantlamort

 

Posté par charles tatum à 15:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Hotties Reading 550

Comme on regrette Pétillon...

pétillon goncourt phil

[merci Ph!l]

Posté par charles tatum à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 novembre 2018

Comme le temps passe

Bien vu. Au lieu de célébrer bêtement le centenaire du 11-novembre,
vous feriez mieux de lire Pierre Guyotat.

IND_18_45_02

[Merci Xavier Gorce]

Posté par charles tatum à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 novembre 2018

Lu dans le journal : Guyotat est célèbre

Pierre Guyotat a reçu un prix Femina spécial

pour l’ensemble de son œuvre.

PS du lendemain (mardi) : Idiotie gagne le Médicis.

guyotat

Posté par charles tatum à 15:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Nécrosuite, suite. Florence Malraux 1933-2018

florence malraux2

~

florence malraux

Posté par charles tatum à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 novembre 2018

FDJ 106 : Bohdan Kosinski

vlcsnap-2018-11-04-08h51m16s231

Lubelska Starowka [Le vieux Lublin] 1956

vlcsnap-2018-11-04-08h46m52s440

Posté par charles tatum à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Roy Hargrove

Nicejazzfestival11-364-Modifier-e1541267449815

Sale époque. Roy Hargrove, lâché par ses reins. Il avait 49 ans.

Roy Hargrove (tp) Justin Robinson (alto) Tadataka Unno (p) Ameen Saleem (b) Quincy Phillips (dms)

 

Posté par charles tatum à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

03 novembre 2018

Raymond Chow 1927-2018

chow

JiPé m'apprend la mort de Raymond Chow. Ce grand producteur de cinéma de Hong Kong (il mérite tous les superlatifs) avait créé la légendaire Golden Harvest, après un passage chez les Shaw Brothers [Run Run Shaw] dont il devint le plus solide concurrent. Il y a produit, sinon "créé", Jackie Chan, Bruce Lee, Tsui Hark, John Woo et tant et tant. Il a donc fait beaucoup pour notre modeste personne. J'aime beaucoup cette vieille photo n&b, où le jeune Chow a un petit air de Jacques Ledoux.

golden harvest

Posté par charles tatum à 13:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Pannonica

Pannonica-Standard-1440X1440

Pannonica de Koenigswarter (1913-1988) fut longtemps la bienfaitrice du jazz, la fée des boppers, l'ange protecteur des musiciens de passage à New York. Trente ans après sa mort, Cristal Records publie un album de haute tenue, intitulé Pannonica. Tribute to Pannonica [ouh la redondance] où sont regroupés une vingtaine d'hommages rendus par quelques-uns des compositeurs majeurs de l'époque. Tous lui ont dédié des thèmes parfois devenus des standards, Nica's tempo, Nica's dream, Blues for Nica, Pannonica, Tonica, Nicaragua (!), etc. Monk est du nombre, avec un Ba-lue Bolivar Ba-lues-are jubilatoire de treize minutes. Du gâteau.

 

Posté par charles tatum à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 novembre 2018

Jacques Mesrine

Jacques Mesrine, exécuté à Paris le 2 novembre 1979

mesrine 2-novembre-1979

Lardé de dix-huit balles à haute vélocité, à bout portant et sans sommation.

Le bourreau, Broussard. Le ministre, Bonnet. Le président, Giscard d'Estaing

Posté par charles tatum à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 novembre 2018

FDJ 105 : Edgar G. Ulmer

vlcsnap-2018-11-01-15h42m29s238

The Naked Dawn, 1955

vlcsnap-2018-11-01-14h31m32s204

Posté par charles tatum à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Bruxelles, où tout est possible

ruebroodthaers

Merci à André, Cécile et Flamme

marcel br

Posté par charles tatum à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 octobre 2018

Lectures pour tous : Roberto Saviano

baby-gang-napoli-6

« Le secret de la friture de paranza, c’est de savoir choisir les petits poissons : ils doivent trouver leur place parmi les autres. Si on a une arête d’anchois coincée entre les dents, ça veut dire qu’on en a pris des trop grands. Si on reconnaît le calamar, il est trop gros et ce n’est plus une friture de paranza : c’est un mélange de ce qu’on a pêché. Dans une vraie friture de poissons, on mastique tout sans rien identifier. La friture de paranza se fait avec les restes, c’est l’ensemble qui donne la saveur. Mais il faut savoir la paner, avec la bonne farine, puis c’est la friture qui fait le plat. Arriver au goût qu’on recherche est une bataille qu’on livre avec le métal de la poêle, avec les olives pressées à chaud, avec l’huile, la qualité du blé, la farine, les poissons et l’eau de mer. On a gagné quand tout est en équilibre parfait, que la paranza a une seule et même saveur en bouche. »

Roberto Saviano, Piranhas [La paranza dei bambini, 2016],
Gallimard, « Du monde entier », 2018, traduit de l’italien par Vincent Raynaud

Posté par charles tatum à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Hotties Reading 549

ladyeve2

Henry Fonda dans The Lady Eve (Preston Sturges, 1941)

Posté par charles tatum à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,