le vieux monde qui n'en finit pas

26 janvier 2015

Hotties Reading 388

comics and apples

Kids reading comics and eating toffee apples, London, Aug 8, 1948

Posté par charles tatum à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Nos films préférés en 2014 : Erwan Floch'lay

12 films de 2013-2014

adieu au langage3

1. Adieu au langage, Jean-Luc Godard (Suisse-France, 2014)

2. Pasolini, Abel Ferrara (Italie, 2014)

3. Nuits blanches sur la jetée, Paul Vecchiali (France, 2014)

4. Eastern Boys, Robin Campillo (France, 2013)

5. Mercuriales, Virgil Vernier (France, 2014)

6. La Ligne de partage des eaux, Dominique Marchais (France, 2013)

Les-Chiens-errants

7. Jiao you (Les Chiens errants), Tsai Ming-liang (Taiwan, 2013)

8. Night Moves, Kelly Reichardt (États-Unis, 2013)

9. Love is Strange, Ira Sachs (États-Unis, 2014)

10. Boyhood, Richard Linklater (États-Unis, 2014)

11. Trois contes de Borges, Maxime Martinot (France, 2014)
[non encore distribué]

trois contes de borges

12. Nanting maste ga sönder [Something Must Break], Ester Martin Bergsmark (Suède, 2014)

~

PS / Montage errant

Le film « solo » de l’année : Whiplash, Damien Chazelle (États-Unis, 2014)

Pour une climatique sensible du plan :

Hotori no sasuko (Au revoir l’été), Koji Fukada (Japon, 2013) – Futatsume no mado (Still the Water), Naomi Kawase (Japon, 2014) – U ri Sunhi (Sunhi), Hong Sang-soo (Corée, 2013) – San zimei (Les Trois Sœurs du Yunnan), Wang Bing (France-Hong Kong, 2012) – Kaze tachinu (Le vent se lève), Hayao Miyazaki (Japon, 2013) – Mange tes morts, Tu ne diras point, Jean-Charles Hue (France, 2014) – Lacrau, João Vladimiro (Portugal, 2013) – Atlas, Antoine d’Agata (France, 2013)

Une séquence d’ouverture : O som ao Redor (Les Bruits de Recife), Kleber Mendonça Filho (Brésil, 2012)

Une séquence finale : Only Lovers Left Alive, Jim Jarmusch (Royaume-Uni, 2013)

~

12 Séries TV

true detective

1. True Detective, saison 1

2. The Leftovers, saison 1

3. Fargo, saison 1

4. The Good Wife, saisons 5b et 6a

5. Halt Catch and Fire, saison 1

6. The Killing (US), saison 4

7. Girls, saison 3

8. Mad Men, saison 7a

9. The Newsroom, saison 3 épisode 6 (écrit par Aaron « Dude » Sorkin)

10. House of Cards, saison 2

11. Looking, saison 1

12. The Americans, saison 2

the americans

~

14 stations à travers l’histoire du cinéma (ressorties, festivals, DVD/Blu-ray et découvertes)

comrades

1. Comrades, Bill Douglas (Royaume-Uni, 1986)

2. On Dangerous Ground, Nicholas Ray (États-Unis, 1951)

3. Ryan’s Daughter, David Lean (Royaume-Uni, 1970)

4. Only Angels Have Wings, Howard Hawks (États-Unis, 1939)

5. Les Hautes Solitudes, Philippe Garrel (France, 1974)

6. Echoes of Silence / Wheel of Ashes, Peter Emanuel Goldmann (États-Unis, 1967 et 1969)

7. Child of Divorce, Richard Fleischer (États-Unis, 1946)

à l'aventure

8. À l’aventure, Jean-Claude Brisseau (France, 2008)

9. Seconds, John Frankenheimer (États-Unis, 1966)

10. Funny Ha Ha / Mutual Appreciation / Beeswax,
Andrew  Bujalski (États-Unis, 2002, 2005 et 2009)

11. Saudaji [Saudade], Katsuya Tomita (Japon, 2011)

12. We Can’t Go Home Again, Nicholas Ray (États-Unis, 1973)

13. Deux fois, Jackie Raynal (France, 1968)

14. Détruire dit-elle, Marguerite Duras (France, 1969)

détruire dit-elle

25 janvier 2015

Nos films préférés en 2014 : Caroline Vié

mommy

Mommy, Xavier Dolan (Canada, 2014)

Her, Spike Jonze (États-Unis, 2013)

The Grand Budapest Hotel, Wes Anderson (États-Unis, 2014)

O menino e o mundo (Le garçon et le monde), Alê Abreu (Brésil, 2013)

Nymph()maniac, Lars von Trier (Danemark, 2013)

12 Years a Slave, Steve McQueen (États-Unis, 2013)

Kaze tachinu (Le vent se lève), Hayao Miyazaki (Japon, 2013)

Astérix : le domaine des dieux,
Louis Clichy et Alexandre Astier (France, 2014)

Les Combattants, Thomas Cailley (France, 2014)

Dans la cour, Pierre Salvadori (France, 2014)

dans la cour

24 janvier 2015

Nos films préférés en 2014 : Nicolas Thévenin

Comme l’année dernière, c’est une filmographie entière qui arrive en tête: en 2014, le travail de Bruno Dumont a atteint son point d’orgue avec P’tit Quinquin, qui a ébranlé mes convictions et celles de beaucoup d’autres.

J’ajoute une image, plus exactement une mise en lien de deux images: les visages de Saul Williams dans Aujourd’hui d’Alain Gomis et celui de Magaye Niang dans Mille soleils de Mati Diop. Deux trajectoires hébétées dans Dakar, ville qui aura stimulé mon imaginaire en 2013 puis 2014.

Nicolas

~

l'humanité

1. La Vie de Jésus (1997), L’Humanité (1999), Twentynine Palms (2003), Flandres (2006), Hadewijch (2009), 
Hors Satan (2011), Camille Claudel 1915 (2013), P’tit Quinquin (2014), Bruno Dumont (France)

2. A Spell to Ward of the Darkness, Ben Rivers et Ben Russell (France-Estonie, 2013)

3. Mille soleils, Mati Diop (France-Sénégal, 2013) 

4. Conversation animée avec Noam Chomsky, Michel Gondry (France, 2013)

pyaasa

5. Pyaasa (L’Assoiffé), Guru Dutt (Inde, 1957)

6. Le Trou, Jacques Becker (France, 1960)

7. Mange tes morts, Jean-Charles Hue (France, 2014)

8. Hotori no sasuko (Au revoir l’été), Koji Fukada (Japon, 2013)

9. Fifi as khoshhali zooze mikeshad (Fifi hurle de joie), Mitra Farahani (Etats-Unis-Iran, 2013)

10. San zimei (Les Trois Sœurs du Yunnan), Wang Bing (France-Hong Kong, 2012)

~

nic thev 11

~

nic thev 22

23 janvier 2015

On peut cogner, chef ?

Schema

Onfray, on le sait, n'a pas grand-chose à se reprocher.

A tous les autres : tenez-vous à carreau, on vous a l'oeil.

on peut cogner

Posté par charles tatum à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



Le trio de Matthew Ship, ce soir à Sons d'hiver

Juste avant le quartet de Braxton,
ce sont Matthew Shipp et ses acolytes qui occuperont la scène de l'Ecam, au Kremlin-Bicêtre.
Shipp sera soutenu par Michael Bisio (basse) et Newman Taylor Baker (drums).

revoici le programme détaillé

~

[à Brooklyn, en juin dernier, Whit Dickey était aux baguettes]

Posté par charles tatum à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Braxton en quartet, ce soir à Sons d'hiver

Anthony Braxton's Diamond Curtain Wall Quartet se produira ce soir, 23 janvier 2015,
au Kremliin-Bicêtre dans le cadre du festival Sons d'hiver

il sera accompagné de Mary Halvorson, Taylor Bynum et James Fei

[ programme complet ]

Braxton (entretien au Middelheim, août 2013) : "I'm a professional student in music."

 

Posté par charles tatum à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Nos films préférés en 2014 : Gashade

01 La Fête Du Feu

 Chaharshanbe-soori (La Fête du feu), Asghar Farhadi (Iran, 2009)

Quai D'Orsay, Bertrand Tavernier (France, 2013)

 Tomboy, Céline Sciamma (France, 2011)

 678 (Les Femmes Du Bus 678), Mohamed Diab (Egypte, 2010)

 05 Home 2008

Home, Ursula Meier (France, 2008)

Unagi (L'Anguille), Shohei Imamura (Japon, 1997)

Le petit prince a dit, Christine Pascal (France, 1992)

 Noce Blanche, Jean-Claude Brisseau (France, 1989)

Tricheurs, Barbet Schroeder (France, 1984)

10 La Proie Nue 1965

The Naked Prey (La Proie nue), Cornel Wilde (Etats-Unis, 1965)

Cronaca Familiare (Journal intime), Valerio Zurlini (Italie, 1962)

La Ragazza In Vetrina (La Fille dans la vitrine), Luciano Emmer (Italie, 1961)

The Brides Of Dracula (Les Maîtresses de Dracula), Terence Fisher (Royaume-Unis, 1960)

Die Brücke (Le Pont), Bernhard Wicki (Allemagne, 1959)

15 Violent Saturday 1955

Violent Saturday (Les Inconnus dans la ville), Richard Fleischer (Etats-Unis, 1955)

Des gens sans importance, Henri Verneuil (France, 1955)

Muerte De Un Ciclista (Mort d'un cycliste), Juan Antonio Bardem (Espagne, 1955)

 Crime Wave (Chasse au gang), André De Toth (Etats-Unis, 1954)

Cet homme est dangereux, Jean Sacha (France, 1953)

20 Split Second 1953

Split Second (Même les assassins tremblent), Dick Powell (Etats-Unis, 1953)

Asphalt Jungle (Quand la ville dort), John Huston (Etats-Unis, 1950)

 Wagon Master (Le Convoi des braves), John Ford (Etats-Unis, 1950)

Rendez-vous de juillet, Jacques Becker (France, 1949)

24 La Ferme Du Pendu 1945

La Ferme du pendu, Jean Dréville (France, 1945)

They Were Expendable (Les Sacrifiés), John Ford (Etats-Unis, 1945) 

House Of Frankenstein (La maison de Frankenstein), Erle C. Kenton (Etats-Unis, 1944)

Fires Were Started, Humphrey Jennings (Royaume-Uni, 1943)

Listen To Britain, Humphrey Jennings (Royaume-Uni, 1941)

Das Cabinet Des Dr. Caligari (Le Cabinet du docteur Caligari),  Robert Wiene (Allemagne 1920)

 30 The Shooting 1966

The Shooting (La Mort tragique de Leland Drum), Monte Hellman (Etats-Unis, 1966)
là, perdu, Jack Nicholson

22 janvier 2015

Nos films préférés en 2014 : Gérard Lecas

woody h

« True Detective », série américaine écrite par Nic Pizzolato.
Retrouver sur une chaîne privée américaine la liberté de ton et l’audace qui étaient
autrefois l’apanage du cinéma indépendant américain.
Et pour l’incomparable gueule charismatique de Woody Harrelson.

« Ainsi soient-ils », série française diffusée sur Arte.
Pour ne pas désespérer tout à fait de la télé française.

Napoli, Napoli, Napoli, d’Abel Ferrara (Italie, 2009).
Pas la peine si vous ne comprenez pas l’italien.

Geronimo, de Tony Gatlif (France, 2014).
Gatlif mais pas gâteux.

The Homesman, de Tommy Lee Jones (États-Unis, 2014).
Que des films faits par des vieux, jusque-là.

homesman

The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson (États-Unis, 2014).
La classe.

Mommy, de Xavier Dolan (Canada, 2014).
Le petit Canadien agaçant mais sympa a frappé fort.
On peut quand même quitter la salle au bout d’un quart d’heure.

Party Girl, de Claire Burger, Marie Amachoukeli, Samuel Theis (France, 2014).
La preuve qu’on peut oublier pas mal de codes du cinéma
et parvenir quand même à faire un beau film.

Whiplash, de Damien Chazelle (États-Unis, 2014).
Pas si nombreux les films sur l’apprentissage de la musique.
Bien sûr c’est l’apprentissage de la vie en général.

Adieu au langage (Suisse-France, 2014).
Je ne l’ai pas vu mais opération de pur lèche-bottisme,
notamment vers mon ami Charles T. qui embrasse tous les soirs
la photo de JLG au-dessus de son lit.

21 janvier 2015

Hotties Reading 387

griffith harron sutpen

David W. Griffith et Robert Harron,
pause pendant le tournage de Birth of A Nation (1915)

Posté par charles tatum à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Nos films préférés en 2014 : Emmanuel Levaufre

welcome to new york

1. Welcome to New York, Abel Ferrara (États-Unis, 2014)

2. La Cérémonie, Paul Vecchiali (France, 2014)

3. Prendre l’air, Nicolas Leclère (France, 2009)

4. Manutention légère, Pascale Bodet (France, 2014)

5. Abus de faiblesse, Catherine Breillat (France, 2013)

6. Bruocsella !, Ian Menoyot (Belgique, 2013)

7. Dumb and Dumber To, Bobby et Peter Farrelly (États-Unis,  2014)

8. Une autre vie, Emmanuel Mouret (France, 2013)

9. Anchorman 2. The Legend Continues, Adam McKay (États-Unis,  2013)

10. I Origins, Mike Cahill (États-Unis, 2014)

i origins

 ~

Plus deux films inégaux, nuls par moments mais globalement passionnants

Maps to the Stars, David Cronenberg (Canada, 2014)

Dors, mon lapin, Jean-Pierre Mocky (France, 2013)

dors mon lapin

~

À Pasolini, je préfère de beaucoup Welcome to New York,
un film qui me semble plus personnel et plus sobre.

~

Films pas (encore) vus : Le Tableau (Laurent Achard), The Harvest (John McNaughton)...

~

Rattrapage, par ordre alphabétique

born to be bad

Born To Be Bad, Lowell Sherman (États-Unis, 1934)

The Doorway to Hell, Archie Mayo (États-Unis, 1930)

Guelwaar4

Guelwaar, Ousmane Sembene (Sénégal-France, 1992)

Journal d’une femme en blanc, Claude Autant-Lara (France, 1965)

« Kaidan Shin Mimibukuro » [« Tales of Terror From Tokyo And All Over Japan »],
douze réalisateurs (Japon, 2003-2005)

« Play for Today », saison 1, épisode 9 : Robin Redbreast, James MacTaggart (Royaume-Uni, 1970)

The Seventh Commandment, Irvin Berwick (États-Unis, 1961)

trooper hook

Trooper Hook (Femme d’Apache), Charles Marquis Warren (États-Unis, 1957)

Une femme en blanc se révolte, Claude Autant-Lara (France, 1966)

Valerie, Gerd Oswald (États-Unis, 1957)

Wife vs. Secretary (Sa femme et sa secrétaire), Clarence Brown (États-Unis, 1936)

valerie poster

20 janvier 2015

Onfray n'a pas grand-chose à se reprocher

Nous sommes sur les ondes radio de la Radio-Télévision suisse, jeudi 8 janvier entre sept et huit heures du matin. Michel Onfray, philosophe anarchiste déclaré qui a inventé la veille la formule marketing la plus bête de la semaine, "Le 11-septembre français" (le slogan pour autocollants "Je suis Charlie", qui bat tous les records d'ineptie magico-religieuse, ne verra le jour que le lendemain), se déclare tout de go partisan d'un Patriot Act à la française. Avant même que Valls et Sarkozy en aient eu l'idée, semble-t-il. Ce petit bourgeois blond-blanc qui n'a "pas grand-chose à [se] reprocher" et "ne crain[t] pas la police" adore distribuer les leçons d'anarchisme (il tenta quelque temps de s'y livrer dans les colonnes de Siné Hebdo avant d'élargir son audience au Point, dont le goût pour les chroniqueurs anarchistes est bien connu). Une fois de plus, il oppose le bon Proudhon au mauvais Bakounine (cette fois, c'est du lourd: il ramène Karl Marx et le prince Kropotkine dans sa besace). Où mènent le nietzschéisme de gauche et l'hédonisme pour-les-nuls, tout de même...

Le journaliste [un peu avant la 13e minute].- Est-ce qu'il faut aller jusqu'à un Patriot Act à la française, puisque vous dites qu'il faut renforcer la surveillance ?

Onfray.- Oui, ça me paraît évident. Moi, par exemple, je n'ai pas grand-chose à me reprocher. Je ne crains pas la police. Je n'ai pas l'impression quand elle m'aborde, qu'elle va me nuire, donc je ne serais pas gêné...

Le journaliste [feignant de croire de MO est "anarchiste"].- Pour un anarchiste, c'est un discours assez étonnant...

Onfray.- Ca dépend des références. Moi, mes références en anarchie c'est Proudhon. C'est pas une espèce d'idéalisme à la Bakounine ou à la Kropotkine qui consiste à dire "On casse tout puis on verra bien demain". Non, Proudhon était un anarchiste qui pensait le réel.

Etc. Avec un sommet de rhétorique montypythonesque sur le thème (ici, je cite de mémoire) "Je préfère être surveillé par la police que par les publicitaires"...

Au point que Pierre Maudet, conseiller d'Etat genevois, chef du Département de la sécurité et de l'économie [on ne sait pas trop ce que c'est] se déclare globalement d'accord avec notre sous-BHL. Soyons sévères mais justes.

Si vous ne me croyez pas sur parole... Tout est là : CLIC

bakounine acl

Dessin : Christian Antonelli (pour Atelier de Création libertaire)

Posté par charles tatum à 19:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Nos films préférés en 2014 : Thierry Horguelin

En salles en 2014

aimer boire et chanter

Aimer, boire et chanter, Alain Resnais (France, 2014)

Her, Spike Jonze (États-Unis, 2013)

The Grand Budapest Hotel, Wes Anderson (Royaume-Uni/Allemagne, 2014)

A Most Wanted Man, Anton Corbijn (Royaume-Uni, 2014)

National Gallery, Frederick Wiseman (France/Royaume-Uni/États-Unis, 2014)

~

Rattrapage

princesse aux huitres

Die Austernprinzessin (La Princesse aux huîtres), Ernst Lubitsch (Allemagne, 1919)

L’Argent, Marcel L’Herbier (France, 1928)

City Girl, Friedrich Wilhelm Murnau (États-Unis, 1930)

Steamboat Round the Bend, John Ford (États-Unis, 1935)

Love Affair (Elle et lui), Leo McCarey (États-Unis, 1939)

The Great McGinty (Gouverneur malgré lui), Preston Sturges (États-Unis, 1940)

Hail the Conquering Hero (Héros d’occasion), Preston Sturges (États-Unis, 1944)

Rois et reine, Arnaud Desplechin (France, 2004)

Tamara Drewe, Stephen Frears (Royaume-Uni, 2010)

Le Havre, Aki Kaurismaki (Finlande/France/Allemagne, 2011)

Dark Shadows, Tim Burton (États-Unis, 2012)

 ~

Télévision

« Treme », 3e et 4e saisons, de David Simon et Eric Overmeyer,
nombreux réalisateurs (États-Unis, 2012)

« Mad Men », 6e et 7e (1re partie) saisons, de Matthew Weiner,
nombreux réalisateurs (États-Unis, 2013 et 2014)

« Broadchurch », scénario de Chris Chibnall,
réalisation de James Strong et Euros Lyn (Royaume-Uni, 2013)

the tunnel

« The Tunnel », scénario de Ben Richards, Dominik Moll, Olivier Kohn et Yann Le Nivet,
réalisation de Dominik Moll, Udayan Prasad, Hettie MacDonald, Philip Martin
et Thomas Vincent (Royaume-Uni/France, 2013)

Page Eight, David Hare (Royaume-Uni, 2014)

~

Opéra & musical

The Turn of the Screw, de Benjamin Britten, mise en scène de Jonathan Kent, captation de François Roussillon (2011)

Merrily We Roll Along, de Stephen Sondheim, mise en scène de Maria Friedman,
captation de Robert Delamere (2013), avec un coup de foudre pour Jenna Russell.

jenna russell

19 janvier 2015

Nos films préférés en 2014 : Chantal Junius

roxy

Mention spéciale à Roxy Miéville pour sa prestation dans Adieu au langage de Jean-Luc Godard

~

Favoris

les feux de la mer

1. Les Feux de la mer, Jean Epstein (France, 1948)

Timbuktu (Le Chagrin des oiseaux), Abderrahmane Sissako (Mauritanie-France, 2014)

2. Saint Laurent, Bertrand Bonello (France, 2014)

A Most Violent Year, J.C. Chandor (États-Unis, 2014)

3. Joe, David Gordon Green (États-Unis, 2013)

Only Lovers Left Alive, Jim Jarmusch (Royaume-Uni, 2013)

~

Bien-aimés

interstellar

1. Interstellar, Christopher Nolan (États-Unis, 2014)

2. Une nouvelle amie, François Ozon (France, 2014)

3. Nebraska, Alexander Payne (États-Unis, 2013)

4. L’Oranais, Lyes Salem (Algérie-France, 2014)

5. Dans la cour, Pierre Salvadori (France, 2014)

blue ruin

6. Blue Ruin, Jeremy Saulnier (États-Unis, 2013)

7. Di renjie : Shen du long wang [Détective Dee II.
La légende du dragon des mers]
, Tsui Hark (Chine, 2013)

8. Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée (États-Unis, 2013)

9. Magic in the Moonlight, Woody Allen (États-Unis, 2014)

10. The Grand Budapest Hotel, Wes Anderson (États-Unis, 2014)

11. Clouds of Sils Maria, Olivier Assayas (France, 2014)

mise a sac

12. Mise à sac, Alain Cavalier (France, 1966)

13. Kis uykusu [Sommeil d’hiver], Nuri Bilge Ceylan (Turquie, 2014)

14. All Is Lost, J.C. Chandor (États-Unis, 2013)

15. Maps to the Stars, David Cronenberg (Canada, 2014)

16. Gett [Le Procès de Viviane Amsalem],
Ronit et Schlomi Elkabetz (Israël, 2014)

17. Bird People, Pascale Ferran (France, 2014)

 

18. Baladna Alrabeeb (Our Terrible Country),
Mohammad Ali Atassi et Ziad Homsi (Syrie, 2014)

19. Ok-hui-ui yeonghwa [Oki’s movie, aka Les amours d’Oki],
Hong Sang-soo (corée, 2010)

20. Au voleur, Sarah Leonor (France, 2009)

21. La Quepa sur la vilni, Yann Lequellec (France, 2013)

22. Jimmy’s Hall, Ken Loach (Royaume-Uni, 2014)

23. Boyhood, Richard Linklater (États-Unis, 2014)

boyhood

~

Détestés

Le Paradis, Alain Cavalier (France, 2014)

Pasolini, Abel Ferrara (Italie, 2014)

~

Séries télévisées

masters of sex

1. « Masters of Sex » [saisons 1-2]

2. « Top of the Lake »

3. « True Detective » [saison 1]

4. « Rectify » [saisons 1-2]

5. « Olive Kitteridge »

6. « Luther » [saisons 1-3]

7. « Halt and Catch Fire » [saison 1] 

the fall

8. « The Fall » [saison 1-2]

9. « Longmire » [saison 1-2-3]

10. « Murder in the First » [saison 1]

11. « Broadchurch »

12. « Fargo » [saison 1]

fargo

 ~

Courts métrages

Penny Dreadful, Shane Atkinson (États-Unis, 2014)

Mademoiselle Kiki et les Montparnos, Amélie Harrault (France, 2012)

Aningaaq, Jonas Cuaron (États-Unis, 2013)

18 janvier 2015

Une fois pour toutes : Non à l'union sacrée

Il faut réagir à la confiscation du non-débat par les maîtres-chanteurs de l’union sacrée en quête de crédibilité électorale et nombre de leurs laquais des médias fascinés par le spectacle lénifiant de l’œcuménisme. Il faut, comme toujours, revenir à la politique. Les auteurs du texte qui suit s’y emploient. J’y ajoute ma signature.

« La sidération, la tristesse, la colère face à l’attentat odieux contre Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier, puis la tuerie ouvertement antisémite, vendredi 9 janvier, nous les ressentons encore. Voir des artistes abattus en raison de leur liberté d’expression, au nom d’une idéologie réactionnaire, nous a révulsés. Mais la nausée nous vient devant l’injonction à l’unanimisme et la récupération de ces horribles assassinats.

« Nous partageons les sentiments de celles et ceux qui sont descendus dans la rue. Mais ces manifestations ont été confisquées par des pompiers pyromanes qui n’ont aucune vergogne à s’y refaire une santé sur le cadavre des victimes. Manuel Valls, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, Jean-François Copé, Angela Merkel, David Cameron, Jean-Claude Juncker, Viktor Orban, Benyamin Nétanyahou, Avigdor Lieberman, Naftali Bennett, Petro Porochenko, les représentants de Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Omar Bongo… : quel défilé d’abjecte hypocrisie.

« Cette mascarade indécente masque mal les 5 000 bombes que l’Otan a larguées sur l’Irak depuis cinq jours sur décision de ce carré de tête; les milliers de morts à Gaza, où Avigdor Lieberman, le ministre israélien des affaires étrangères, imaginait employer la bombe atomique quand Naftali Bennett (économie et diaspora) se rengorgeait d’avoir tué beaucoup d’Arabes; le million de victimes que le blocus en Irak a provoquées. Ceux qu’on a vus manifester en tête de cortège à Paris ordonnent ailleurs de tels carnages.

« "Tout le monde doit venir à la manifestation", a déclaré M. Valls en poussant des hauts cris sur la "liberté" et la "tolérance". Le même qui a interdit les manifestations contre les massacres en Palestine, fait gazer des cheminots en grève et matraquer des lycéens solidaires de leurs camarades sans-papiers expulsés nous donne des leçons de liberté d’expression. Celui qui déplorait à Evry, lorsqu’il était maire PS, de ne voir pas assez de "Blancos", nous jure son amour de la tolérance. Le même qui fanfaronne de battre des records dans l’expulsion des Roms se gargarise de "civilisation".

« En France, la liberté d’expression serait sacrée, on y aurait le droit de blasphémer: blasphème à géométrie variable, puisque l’"offense au drapeau et à l’hymne national" est punie de lourdes amendes et de peines de prison. Que le PS et l’UMP nous expliquent la compatibilité entre leur condamnation officielle du fondamentalisme et la vente d’armes à l’Arabie saoudite, où les femmes n’ont aucun droit, où l’apostasie est punie de mort et où les immigrés subissent un sort proche de l’esclavage.

« Nous ne participerons pas à l’union sacrée. On a déjà vu à quelle boucherie elle peut mener. En attendant, le chantage à l’unité nationale sert à désamorcer les colères sociales et la révolte contre les politiques conduites depuis des années.

« Manuel Valls nous a asséné que "Nous sommes tous Charlie" et "Nous sommes tous des policiers". D’abord, non, nous ne sommes pas Charlie. Car si nous sommes bouleversés par la mort de ses dessinateurs et journalistes, nous ne pouvons reprendre à notre compte l’obsession qui s’était enracinée dans le journal contre les musulmans, toujours assimilés à des terroristes, des "cons" ou des assistés. On n’y voyait plus l’anticonformisme, sinon celui, conforme à la norme, qui stigmatise les plus stigmatisés.

« Nous ne sommes pas des policiers. La mort de trois d’entre eux est un événement tragique. Mais elle ne nous fera pas entonner l’hymne à l’institution policière. Les contrôles au faciès, les rafles de sans-papiers, les humiliations quotidiennes, les tabassages parfois mortels dans les commissariats, les Flash-Ball qui mutilent, les grenades offensives qui assassinent, nous l’interdisent à jamais.

« Et, s’il faut mettre une bougie à sa fenêtre pour pleurer les victimes, nous en ferons briller aussi pour Eric, Loïc, Abou Bakari, Zied, Bouna, Wissam, Rémi, victimes d’une violence perpétrée en toute impunité. Dans un système où les inégalités se creusent de manière vertigineuse, où des richesses éhontées côtoient la plus écrasante misère, sans que nous soyons encore capables massivement de nous en indigner, nous en allumerons aussi pour les six SDF morts en France la semaine de Noël 2014.

« Nous sommes solidaires de celles et ceux qui se sentent en danger, depuis que se multiplient les appels à la haine, les "Mort aux Arabes", les incendies de mosquées. Nous nous indignons des incantations faites aux musulmans de se démarquer; demande-t-on aux chrétiens de se désolidariser des crimes, en 2011, d’Anders Behring Breivik perpétrés au nom de l’Occident chrétien et blanc ? Nous sommes aussi aux côtés de celles et ceux qui subissent le regain d’antisémitisme, dramatiquement exprimé par l’attaque de vendredi 9.

« Notre émotion face à l’horreur ne nous fera pas oublier combien les indignations sont sélectives. Non, aucune union sacrée. Faisons en sorte, ensemble, que l’immense mobilisation se poursuive en toute indépendance de ces gouvernements entretenant des choix géopolitiques criminels en Afrique et au Moyen-Orient et ici chômage, précarité, désespoir. Que cet élan collectif débouche sur une volonté subversive, contestataire, révoltée, inentamée, d’imaginer une autre société, comme Charlie l’a longtemps souhaité. »

 

Cette tribune [parue notamment, légèrement amendée, dans le journal Le Monde] est l’œuvre d’un collectif: Ludivine Bantigny (historienne); Emmanuel Burdeau (critique de cinéma); François Cusset (historien des idées); Cédric Durand (économiste); Eric Hazan (éditeur); Razmig Keucheyan (sociologue); Thierry Labica (historien); Marwan Mohammed (sociologue); Olivier Neveux (historien de l’art); Willy Pelletier, (sociologue); Eugenio Renzi (critique de cinéma); Guillaume Sibertin-Blanc (philosophe); Julien Théry (historien); Rémy Toulouse (éditeur); Enzo Traverso (historien).

~

tango des hypocrites

Le tango des hypocrites, 11/1/2015

Nos films préférés en 2014 : Catherine Le Goff

autour-du-lac

Autour du lac, Carl Roosens et Noémie Marsily [animation], (Belgique, 2013)

Bird People, Pascale Ferran (France, 2014)

« The Black Tower », John Smith, réalisé par Ronald Wilson (Royaume-Uni, 1985-1987)

Kaguyahime no monogatari (Conte de la princesse Kaguya), Isao Takahata [animation] (Japon, 2013)

« Girls », Lena Dunham (États-Unis, 2012-2014)

« In Treatment », Hagai Levi et Rodrigo Garcia (États-Unis, 2008-2010)

Mr. Turner, Mike Leigh (Royaume-Uni, 2014)

National Gallery, Frederick Wiseman (France, 2014)

La Nef des fous, Éric d’Agostino et Patrick Lemy (Belgique, 2014)

San zimei (Les Trois Sœurs du Yunnan), Wang Bing (France-Hong Kong, 2012)

Vie sauvage, Cédric Kahn, 2014

vie sauvage

17 janvier 2015

Nos films préférés en 2014 : Gérard Lenne

maps to the stars

1. Maps to the Stars, David Cronenberg (Canada, 2014)

2. Gone Girl, David Fincher (États-Unis, 2014)

3. Clouds of Sils Maria, Olivier Assayas (France, 2014)

4. Leviafan (Leviathan), Andreï Zviagintsev (Russie, 2014)

5. Kreuzweg (Chemin de croix), Dietrich Brüggemann (Allemagne, 2014)

6. Her, de Spike Jonze (États-Unis, 2013)

7. Respire, Mélanie Laurent (France, 2014)

8. Welcome to New York, Abel Ferrara (États-Unis, 2014)

9. Hippocrate, Thomas Lilti (France, 2014) 

10. Pas son genre, Lucas Belvaux (France, 2014)

11. L’amour est un crime parfait (Au diable les jeunes filles),
Arnaud et Jean-Marie Larrieu (France-Suisse, 2013)

12. Only Lovers Left Alive, Jim Jarmusch (Royaume-Uni, 2013)

13. Alléluia, Fabrice du Welz (Belgique, 2014)

14. Canibal (Amours cannibales), Manuel Martin Cuenca (Espagne, 2013)

15. Calvary, John Michael McDonagh (Irlande-Royaume-Uni, 2014)

canibal

16 janvier 2015

I am Charles, and you are... ?

Chris Landreth est un des plus formidables cinéastes canadiens du moment.

Subconscious Password [Jeu de l'inconscient] date de 2013.

Posté par charles tatum à 20:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Noël Godin : Soyons tous des Charlie cracheurs !

« Autant en convenir, la boucherie de chez Charlie est une vraie aubaine pour nos pires ennemis : les crapules politiciennes, patronales, policières, prêchi-prêcheuses qui, en s’indignant à nos côtés, nous convient à les considérer aussi sec comme des petits camarades somme toute fréquentables en cas de coup dur. Alors que le vrai de vrai coup dur, ça reste bien sûr avant tout eux. Eux qui entendent nous tenir sous leurs bottes par tous les moyens. Force est de constater que le fanatisme religieux sanguinaire est une bouée providentielle pour le capitalisme en train de boire la grande tasse. Au même titre que le fanatisme footballesque. Dans les deux cas, nous avons affaire à une réconciliation nationale miracle orchestrée par l’État, à un consensus social magique pacifiant chafouinement tout ce qui bouge de travers.

« C’qui fait que porter une santé aux sacripants de Charlie flingués, ce ne peut pas être seulement descendre dans la rue, brandir des calicots, acheter le canard, ressortir leurs brûlots et dessins, c’est encore et surtout éviter de se laisser couillonner par les ordures mêmes (les politiques, les religieux, les cognes) qui furent les cibles privilégiées de nos tueurs à gags. Et qu’on sait prêtes à toutes les volte-face, à tous les tapinages, pour redorer leurs blasons râpés. Le seul acte de fraternisation envisageable avec ces racloirs à parquets lâchant leurs écluses au nom de la liberté d’expression, c’est de leur cracher dans les yeux chaque fois qu’on les croise.

« Soyons tous des Charlie cracheurs ! »

Noël Godin
[Texte destiné à Siné Mensuel, et fricassé à toute vitesse le 9 janvier avant vêpres]

 

forton curés

Posté par charles tatum à 16:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Nos films préférés en 2014 : Jean-Marc Toussaint

interstellar1

Interstellar, Christopher Nolan (États-Unis, 2014)

The Grand Budapest Hotel, Wes Anderson (États-Unis, 2014)

How To Train Your Dragon 2 (Dragons 2), Dean DeBlois (États-Unis, 2014)

Aux yeux des vivants, Alexandre Bustillo et Julien Maury (France, 2014)

The Go-Go Boys : The Inside Story of Cannon Films
(The Go-Go Boys)
, Hilla Medalia (Israël, 2014)

au nom du fils

Au nom du fils, Vincent Lannoo (Belgique, 2012)

Kraftidioten (Refroidis), Hans Petter Moland (Norvège, 2014)

The Lego Movie (La Grande Aventure Lego),
Phil Lord et Christopher Miller (États-Unis, 2014)

The Zero Theorem (Zero Theorem), Terry Gilliam (Royaume-Uni, 2013)

Fils de, HPG (France, 2014)

fils de



Fin »