le vieux monde qui n'en finit pas

29 juin 2022

Hotties Reading 736

hr jlg ak

Godard & Karina à la maison. Début des années soixante

Posté par charles tatum à 00:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 juin 2022

Prolife in Texas

prolife texas

Jeremy Banx (Londres, 1959- )

Posté par charles tatum à 08:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 juin 2022

FDJ 214 : Mikio Naruse

vlcsnap-2022-06-26-12h55m17s567

Kimi no wakarete [Après notre séparation], 1933

Sumiko Mizukubo, Akio Isono, Mitsuko Yoshikawa

vlcsnap-2022-06-26-12h59m07s508

vlcsnap-2022-06-26-13h14m52s247

Posté par charles tatum à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 juin 2022

Sittings Ducks

552e294_1656040989681-398997

~

23 juin 2022. En moins de vingt-quatre heures, cet aréopage de croque-morts réactionnaires nommés à vie a décrété la victoire des Pro-Life sur les Pro-Choice et sanctifié les délires maniaques des fétichistes des armes à feu, pour tous et sans restrictions. Un bel été s'annonce pour les Américains, décidément.

~

GOP "domestic terrorist group"---but probably just ultra-cunning amoral careerist politicians taking advantage of a weak, disorganized & naively idealist opposition which they know will not seriously prosecute or even impede them. [Joyce Carol Oates, répondant à un interlocuteur qui croyait pouvoir qualifier le Parti républicatin de "groupe terroriste intérieur"]

Posté par charles tatum à 15:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Bologne 2022

unnamed

Bologne. La trente-sixième édition de Il Cinema Ritrovato* ouvrira ses portes demain midi.

[* Le festival qui s'adresse à tous ceux pour qui aller au cinéma
est encore et toujours une belle aventure.]

Vous saurez tout et le reste en zyeutant ICI

unnamed2

Posté par charles tatum à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Pas de Code à Stockholm

bolero suède

Superbe affiche suédoise de Bolero (Wesley Ruggles et Mitchell Leisen, 1934),
signée Moje Aslund.

La filiale locale de Paramount se foutait visiblement du Code.

Posté par charles tatum à 10:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 juin 2022

Lectures pour tous : Roberto Bolaño

bolano

« Ensemble, montés sur la Benelli qu’à l’époque j’avais fini par maîtriser, nous essayâmes de visiter tous les bains de Mexico, guidés par une ardeur absolue qui était un mélange d’amour et de jeu. Jamais nous n’y parvînmes. Bien au contraire, à mesure que nous avancions s’ouvrait autour de nous l’abîme, la grande scénographie noire des bains publics. De même que le visage caché d’autres villes réside dans les théâtres, les parcs, les quais, les plages, les labyrinthes, les églises, les bordels, les bars, les cinémas bon marché, les immeubles anciens et même les supermarchés, le visage caché de Mexico se trouvait dans son immense réseau de bains publics, légaux, semi-légaux et clandestins. » Roberto Bolaño, L’esprit de la science-fiction, 1984, l’Olivier/Points [2020], traduit de l’espagnol par Jean-Marie Saint-Lu.

Posté par charles tatum à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Hotties Reading 735

mireille darc reading in bath

Mireille Darc, Les barbouzes, Georges Lautner 1964

[merci à Gérard Lenne]

Posté par charles tatum à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 juin 2022

Claude Diouri

L'homme du Styx, de l'Actor's Studio, de toutes les bagarres
pour le cinéma indépendant et
contre les paresseux bureaucrates de la culture, est mort.

Il fut notre ami et notre voisin.

Salut, Claude.

claude diouri

CLIC

styx

Posté par charles tatum à 15:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juin 2022

Coquelicots en Somme

IMG_4840

« À l’improviste le mois de juin s’étala dans le temps, comme un champ de coquelicots », écrivait Neruda. Le poète chilien n’avait pas prévu le massacre dû au dérèglement du temps et aux assauts du glysophate meurtrier. Pour les champs de coquelicots, on peut toujours courir. Restent les bords de fossés et quelques jardins abrités. Pour ces images, merci aux amis Sylvaine et Jean-Pierre [El Garcia, dont hier encore c'était l'anniversaire], dans la Somme.

IMG_4963

Posté par charles tatum à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2022

Scarface censuré par les nazis

scarface

Les nazis, dit-on, supportaient mal la violence des personnages de Hawks

nazis banned scarface

The Hollywood Reporter, 27/11/1934 ~ Merci à Tom Samuels

Posté par charles tatum à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juin 2022

Nicolas, chien d'expérience [Queneau, Kosma, Gréco]

"Poème de Raymond Queneau et musique de Joseph Kosma. Acre morale de la fable de Queneau qui affirme la communauté de destin entre les humains et ce chien supplicié en laboratoire (dont il était parvenu à s'enfuir, selon un fait-divers de l'époque). Enregistrement live radio le 12/04/1953 dans l'émission ''La Joie de vivre'' diffusée un mois plus tard. Chanson éditée en 2003 dans l'intégrale "L'Éternel Féminin'' de Juliette Gréco (volume 20, inédits INA)." Merci à Richard Deux-Quarante, de YouTube. Et aussi à Eric Dussert, pour sa recension de Queneau et ses vies de chien, de Dominique Charnay, éditions des Grands Champs [Le matricule des anges, mai 2022]

Nicolas, tu as fui de l'hôpital
On t'a dit qu't'avais pas mal
Tu n'étais qu'un animal
Nicolas, tu n'savais pas

Nicolas, on a dit qu't'étais phtisique
Lépreux, Coréen, colérique
Tu étais énigmatique
Nicolas, on n'savait pas

Nicolas, tout le monde t'a fait la chasse
On t'a r'trouvé rue de Bellechasse
Où il fallait pas qu'tu allasses
Nicolas, tu n'savais pas

Nicolas, tu avais un rein dans le cou
Une aorte avec des trous
Des coupures un peu partout
Nicolas, tu n'savais pas

Nicolas, tu étais vraiment un homme
C'est ainsi que tous nous sommes
Le pancréas dans la gomme
L'estomac dedans le rhum

Un peu de cerveau dans le cœur
Le poumon au bout des doigts
L'intestin au bout du nez
Une oreille dans le foie

C'est ainsi que tous nous sommes
Nicolas, des comme toi
On le sait pas.

cheneetchien

Posté par charles tatum à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

15 juin 2022

And now... something completely de circonstance

Hot House

 

Posté par charles tatum à 19:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Fini de rire

FVPA7RDXEAEpKTO

On nous avait prévenus (depuis longtemps) [ CLIC ICI ]

FVSSBcMWQAAbj41

Posté par charles tatum à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'auteur inconnu et le sénateur centriste

Examen subversif

M. Francis Palmero (sénateur UCDP, Alpes-Maritimes) a contesté, hier, le choix « d’un texte subversif d’un auteur inconnu », proposé aux 340 candidats d’un Brevet d’études professionnelles de micro-mécanique. Ce sujet d’examen, a expliqué M. Palmero, était un texte de Raoul Vaneigem sur « ceux qu’on assassine lentement dans les chambres de torture mécanisées du travail ». M. Jacques Pelletier, secrétaire d’État à l’Éducation, lui a indiqué que ce sujet d’examen ne lui paraissait pas avoir été choisi « dans une intention provocatrice, mais par inadvertance » et a ajouté que le regroupement du service des examens des trois académies de la région parisienne devrait exclure le renouvellement de pareils faits. En espérant, probablement, un retour aux « après-midi familiales à la campagne », lesquelles ne sont que rarement subversives. [Ouest-France, 22/04/1978. Mille mercis à Léa © archives Glaz]

On aura reconnu un extrait [modifié] du Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations (« Déchéance du travail », p.51), Gallimard, 1967. « Ceux qu'on assassine lentement dans les abattoirs mécanisés du travail, les voici qui discutent, chantent, boivent, dansent, baisent, tiennent la rue, prennent les armes, inventent une poésie nouvelle. » Vous parlez d’un auteur inconnu !

palméro b

Posté par charles tatum à 12:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Hotties Reading 734

vlcsnap-2022-04-10-16h38m17s506

vlcsnap-2022-04-10-16h41m10s155

Posté par charles tatum à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 juin 2022

Le temps béni du "Pre-Code"

readyforlove

Un photogramme de Ready for Love ("Prête à l'amour") de Marion Gering (1934).
Sous les sangles, une jeune actrice anglaise nommé Ida Lupino.
A peine dix-sept ans lors du tournage.
En outre, la sortie du film dut être différée de quelques mois, Lupino ayant chopé la polio.
Mais que font toutes ces rombières visiblement peu sympathiques ?
Et que fait M. Hays, bondiou ?

[ci-dessous : Lupino, publicité pour le même film]

ida_lupino___ready_for_love

 

Posté par charles tatum à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Le corps, c'est la réalité / L'esprit, c'est le corps

« Si vous êtes assis dans la même pièce que votre chien, vous êtes dans le même espace mais dans une réalité différente. Votre réalité est créée par la vue, l’ouïe, l’odorat, etc., mais votre animal de compagnie voit différemment, sent autrement, il ne saisit pas les choses de la même manière que vous. Les araignées vivent dans le même monde que le nôtre, mais leur perception de la réalité n’a rien à voir avec ce que nous éprouvons. Donc, ce qui est vrai pour nous, ce qui existe, c’est la projection de notre corps, ni plus ni moins. » David Cronenberg, propos recueillis par Baptiste Roux (« Mes films sont des invitations à partager mon voyage »), Positif n°736, juin 2022.

~

crimesofthefuture

Kristen Stewart, Léa Seydoux, Crimes of the Future, 2022

Posté par charles tatum à 14:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

13 juin 2022

A Strange Loop

a-strange-loop

Les électeurs (de la 75e édition des Tony Awards) en ont décidé ainsi.

A Strange Loop, de Michael R. Jackson,
mis en en scène par Stephen Brackett et chorégraphié par Raja Feather Kelly,
s'est vu décerner hier soir le Tony du meilleur musical.

"A big, black and queer-ass American Broadway show."

Posté par charles tatum à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Clovis Trouille, par Alain Joguet

religieuse_italienne_fumant_la_cigarette

Voici le documentaire sur (et avec) le peintre « anarcho-surréaliste » Clovis Trouille (1971, version longue 22') d’Alain Joguet, produit par le Service de la recherche de l’ORTF. [Merci JiPé]

« A travers souvenirs et réflexions, Clovis Trouille évoque quelques-unes de ses œuvres maîtresses et aborde ainsi les grands thèmes qui traversent toute sa peinture: l’horreur de la guerre (cette "infamie" qui le traumatisa à jamais en 14-18), la dérision des honneurs et de la patrie, l’anticléricalisme forcené ("les curés vivent grassement en accaparant les richesses artistiques"), le culte de l’érotisme et de la beauté du corps féminin qui sont la vie même, la fascination mortuaire (dérisoire quand il peint son propre enterrement et son propre caveau, ou tragique quand il évoque dans une toile la mort de sa petite fille à l’âge de treize ans). Le peintre parle aussi de ses débuts dans le maquillage des mannequins de vitrine, de la magie surprenante des collages, des merveilles de la photographie, de ses rencontres avec les membres du groupe surréaliste que ses premiers tableaux étonnèrent. S’il reconnaît qu’André Breton est un des grands poètes du siècle, Clovis Trouille n’en déclare pas moins que les surréalistes sont "des faux révolutionnaires petits-bourgeois, des pseudo-poèetes qui exploitent l’imbécilité de leurs contemporains". À 83 ans, Clovis Trouille tient avant tout à rester un peintre libre; il continue à rêver à l’Eldorado – "ce pays où toutes les femmes sont belles, où il n’y a pas de curés ni de service militaire... où l’on peut vivre heureux". »`

 ~

Posté par charles tatum à 07:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,