le vieux monde qui n'en finit pas

03 avril 2020

Lectures pour tous : Victor Lavalle

"Il sortit sa guitare de son étui, parce qu'il avait besoin de se changer les idées, et répéta l'air que lui avait appris son père quatre jours plus tôt. Quatre jours plus tôt, il avait encore été en vie pour lui transmettre cette chanson qu'il tenait lui-même de sa femme. [...] Alors qu'il plaquait les premiers accords, il sentit ses parents beaucoup plus proches de lui, à ses côtés, aussi réels que les cordes de son intrument. Pour la première fois de sa vie, il ne jouait ni pour l'argent, ni pour une arnaque. Pour la première fois de sa vie, il jouait bien. Don't you mind people grinning in your face. Don't you mind people grinning in your face. I said bear this in mind, a true friend is hard to find. Don't you mind peole grinning in your face."

Victor Lavalle, La ballade de Black Tom, 2016. Le Bélial (2018), traduit par Benoît Domis.

~

"Grinning in your face", par Son House

 

Posté par charles tatum à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


02 avril 2020

Crazy He Calls Me

Billie Holiday, "Crazy he calls me", 1949

Posté par charles tatum à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 avril 2020

D'un cabinet l'autre

Werner Krauss dans Das Cabinet des Dr Caligari (Robert Wiene, 1920)

caligari_film_still_original

Posté par charles tatum à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Hotties Reading 619

roberti la dernière victime 1913

Roberto Roberti [Vincenzo Leone], L'ultima vittima, 1913

Posté par charles tatum à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 mars 2020

Tomi Ungerer, 1954

tomi ungerer

mille mercis à JiPé

Posté par charles tatum à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


C-huit H-dix N-quatre 0-deux #36

20200330_110757

En attente de téléconsultation

Posté par charles tatum à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2020

Krzysztof Penderecki 1933-2020

penderecki

1. Symphonie n°3, Orchestre de la radio nationale polonaise (Katowice) dirigé par Antoni Wit

 

~

2. The dream of Jacob (The awakening of Jacob) 1974
[extrait de la bande sonore de The Shining, 1980]

 

Posté par charles tatum à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 mars 2020

En attendant M. Lepic

Lu dans le journal

Le pic épidémique est attendu en milieu de semaine et devrait "durer quinze jours, trois semaines",

expliquait hier le directeur général du CHRU de Nancy.

Pour éviter tout risque de contamination, nous ne pouvons que vous conseiller
de rester triplement chez vous.

Sauf impératif, vous pouvez notamment rester chez vous trois fois par jour :

entre 7h00 et 15h00 ;

puis entre 15h00 et 23h00 ;

et enfin entre 23h00 et 7h00.

m lepic

Posté par charles tatum à 06:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2020

Stuart Gordon 1947-2020

Dolls-Gordon

L'hécatombe de printemps continue, avec ou sans l'aide du Covid-19.

re-animator

L'ami Stuart Gordon vient de passer l'arme à gauche.

Brian Yuzna doit se sentir bien seul.

stuart gordon

Posté par charles tatum à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Chacun son tour

confinement cage

[Merci JiPé]

Posté par charles tatum à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hotties Reading 618

hr allumettes kaurismaki

Kati Outinen dans Tulitikkutehtaan tyttö [La fille aux allumettes], Aki Kaurismaki 1990

Posté par charles tatum à 00:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mars 2020

Brisseau, pour mémoire [encore]

Une lettre de Lisa Herédia, rédigée au lendemain des César, le mois dernier

 

Petite lettre impertinente à Mesdames et Messieurs les grands professionnels du cinéma,
très, très, particulièrement aux responsables des César.

De la part de Lisa Garcia, compagne et collaboratrice de Jean-Claude Brisseau.
(excusez le retard, mais j’ai mis quelques jours à me remettre de votre soirée.)

Vous avez décidé, en pleine conscience de ne pas mettre Jean-Claude Brisseau dans les disparus en 2019. Juste une petite photo, vite fait entre deux ou trois autres, ça aurait suffi.

Mais non, ça a été plus fort que vous, il n’y était pas mon Toto. (Je l’appelais comme ça.)

La grossièreté, l’injustice, la violence, l’ignominie de son absence, ça je dois le reconnaître c’est bien net, c’est bien clair. Je comprends le message. Mais comme il disait, Toto « Les bras m’en tombent ! »

Jean-Claude Brisseau est considéré comme un des trois ou quatre plus grands cinéastes français des quarante dernières années, un des plus originaux, des plus marquants. En France et à l’étranger. C’est un fait, reconnu, ne vous en déplaise.

Il n’était pas riche, il n’avait aucun pouvoir, il n’était pas soutenu par les puissants. Ça aussi, ce sont des faits, établis.

Alors je m’interroge sur ce qui se passe dans votre chou: êtes-vous atteints de crétinisme profond ? Êtes-vous tellement imbus de votre pouvoir et de vous-mêmes, que vous ne voyez pas ce que vous avez fait ?

Non, à l’évidence.

Alors je vous éclaire de ma lanterne.

Après tous vos récents discours très, très déontologiques, vous, tout seuls, comme des grands, vous avez montré au monde entier, en direct à la télé, que vos actes, vos décisions, bref votre politique, ce n’est ni la démocratie, ni la reconnaissance du talent artistique.

Mais non, que nenni. C’est comme dans la fable de La Fontaine: « Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

Et oui, deux poids, deux mesures. Tous les honneurs d’un côté, et de l’autre vous vilipendez, même, vous effacez l’existence. Comprenez bien que je ne parle que de vous et de vos actions, vous, décideurs des César.

Et arrêtons tout de suite les malveillants, les affabulateurs et autres Tartuffe. Jean-Claude Brisseau s’est soumis à la justice, il n’y a eu aucun viol, aucun attouchement. Le procès l’a établi.

C’est le fait de demander à des comédiennes parfaitement prévenues et consentantes, de faire des essais pour les scènes érotiques contenues dans Choses secrètes, qui a constitué le harcèlement sexuel pour lequel il a été condamné, et a payé il y a quinze ans.

Je sais, je sais, certains disent même qu’il a torturé des jeunes filles, c’est presque devenu une légende urbaine.

Dans les hautes sphères jusqu’à il n’y a pas si longtemps, franchement, ce que les gens faisaient de leur cul ou du cul des autres ça vous laissait indifférents. Juste fallait pas en parler.

Mais non, ce que vous avez fait n’a rien à voir avec l’affaire de harcèlement sexuel.

Et là, on revient aux fondamentaux: il s’est toujours agi entre une partie de la profession et Jean-Claude Brisseau de rapports de classe, oui, au ras des pâquerettes.

Jean-Claude était un prolo, fils de femme de ménage; affublé en plus de sa « petite Lili »(ça c’est moi), prolo immigrée fille d’employée de maison, eh oui, moi aussi j’ai été femme de ménage. Hou la la, le mépris qu’on a reçu. Ça nous faisait presque toujours rigoler, on était si heureux de faire du cinéma.

On ne mettait pas tout le monde dans le même sac. Il y a eu des gens honnêtes, généreux, des gens talentueux, des amis sincères et fidèles. Le CNC a toujours été bienveillant vis-à-vis de Jean-Claude.

D’ailleurs, ils ne le savent pas, mais c’est grâce à la demande d’avance sur recettes pour Choses secrètes qu’on a prouvé que Noémie Kocher mentait de manière éhontée, sans le moindre scrupule dans sa toute première plainte où elle prétendait avoir écrit le scénario. Mais c’est une autre histoire.

Donc, Mesdames et messieurs grands responsables des César, je reste sidérée par l’étalage de votre bêtise. Il me faut reconnaître que c’est une bêtise remarquable, vraiment, une bêtise dont la profondeur abyssale atteint des sommets rarement égalés.

Bien entendu, vous pouvez me mépriser allégrement, moi et ma petite lettre. Je me fais vieille et à part quelques amis, qui se comptent sur les doigts d’une main, personne ne me soutient, je n’ai aucun pouvoir, et je suis pauvre (je vais certainement me retrouver femme de ménage, ça doit être dans les gènes !).

Alors qu’est-ce que je pourrais bien faire ? Vous traiter de petits bourgeois minables, et de dégueulasses ? Vous cracher à la gueule ?

Même pas. Je vais essayer de rester bien droite face au mépris et aux torrents de haine que je vais recevoir. J’assume.

J’ai assumé oui, pendant près de quarante-sept ans, l’amour fou, le travail passionnant, le chagrin, les lettres anonymes, toutes les emmerdes et les racontars, avec Jean-Claude Brisseau oui, mon Toto.

Alors pour sa nièce, son neveu, ses anciens élèves, tous ces êtres humains qui ont tant compté pour cet autre être humain qu’a été Jean-Claude Brisseau, ce n’était pas la peine de l’assassiner vendredi dernier.

Jean-Claude ne reviendra pas parler en électron libre, ni faire de la concurrence à qui que ce soit. Vous savez, il est déjà mort.

Il est mort, mort, mort.

Pour ma petite maman de 98 ans qui ne me reconnaît presque plus, rien que pour elle, je vais garder mes dernières forces pour ne pas sombrer complètement.

Parce que ma peine est si grande, bien plus grande que votre bêtise et votre méchanceté réunies, que mon cœur ne peut la contenir. Mon cœur s’est brisé.

Alors Mesdames et messieurs les grands professionnels, décideurs des César, je ne vous salue pas. Non, vraiment pas.

Vous savez où me trouver et je signe de tous mes noms,

Maria-Luisa Garcia Martinez / Lisa Herédia / Monita del Monte / et Petite Lili.

[Amitiés à Lisa, ainsi qu'à Pierre Gabaston]

~

Brisseau et "Petite Lili" Lisa

brisseau-heredia

Posté par charles tatum à 18:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Exit Albert Uderzo

foie malade

Posté par charles tatum à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 mars 2020

Chats, chiens, tatous poilus : Peta France nous informe

 

Rappelons en premier lieu que les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du Centre de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis et d’autres encore conviennent que les chats et les chiens ne courent aucun risque de contracter le COVID-19. Faisons preuve de bon sens face à ces rumeurs, et agissons avec compassion envers les animaux.

 

Afin d’agir au mieux pour veiller à leur bien-être, leur sécurité et leur bonne santé, voici quelques conseils pour la période de confinement actuelle :

  • Les personnes malades ou sous surveillance médicale à cause du virus doivent éviter le contact avec leurs animaux autant que possible si ceux-ci risquent d’être ensuite en contact avec d’autres humains, et faire en sorte qu’un autre membre du foyer en prenne soin pendant la durée de la maladie. Ceci afin d’éviter de propager le virus qui peut être déposé par microgouttes sur la fourrure de l’animal (comme c’est le cas sur un vêtement partagé ou une poignée de porte) même si l’animal lui-même ne peut pas être infecté ni transmettre le virus.
  • Ne faites pas porter de masques à vos animaux : ceux-ci peuvent provoquer des difficultés respiratoires.
  • Faites en sorte d’avoir quelqu’un de votre entourage prêt à s’occuper de votre animal au cas où vous tomberiez malade.
  • Vos chiens peuvent et doivent toujours être promenés. Même si ce n’est que pour de courtes promenades et dans le périmètre de votre domicile (au vu des restrictions actuelles), faites prendre l’air à votre compagnon canin et donnez-lui l’occasion de se dégourdir les pattes plusieurs fois par jour – tout en respectant la réglementation actuelle et les consignes sanitaires officielles.
  • Gardez votre chat à l’intérieur. Il est plus important que jamais de le faire actuellement car si votre chat disparaît, vous pourriez ne pas être autorisé à quitter votre domicile pour le retrouver.

Partagez ces informations avec les personnes concernées et visitez notre site pour plus de conseils, et apprendre comment continuer à aider les autres animaux pendant le confinement.

PETA France 

Posté par charles tatum à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lucia Bosè 1931-2020

Lucia Bosè, une des grandes stars du cinéma italien de l'après-guerre,
vient de mourir à Brieva [Ségovie], victime de la pandémie Covid-19.

La voici dans La Settimana (après son élection comme Miss Italie),

Lucia_bosè-la_settimana

Non c'è pace tra gli ulivi (De Santis, 1950),

pâques sanglantes

Cronaca di un amore (Antonioni, 1950),

chroniqued'unamour

Nathalie Granger (Duras, 1972),

nathaliegranger

et avec son mari, le matador espagnol Luis Miguel Dominguin.

luismigueldominguin-y-luciabose

Posté par charles tatum à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 mars 2020

Peut-on sortir dans la rue ?

EN TOUTE SÉCURITÉ 
~
Covid-19, un site pour savoir si on peut sortir, dans quel coin de sa ville,
~
les précisions quartiers par quartiers, etc..
~
vraiment très bien fait !
~
CLIC
~

Posté par charles tatum à 11:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 mars 2020

How you doin’ ? No, really — are you okay ?

Tribeca nous envoie des courts métrages,

"As a special thank you to the brave people staying home and doing their part to help keep our community safe [...],
for a moment of entertainment and refuge in a world unknown.

Aujourd'hui : So you like the neighborhood, de Jean Pesce.

Avec Brooklyn et quelques Good Fellas, de la crême glacée et un Brussels griffon
[en français, un griffon bruxellois]

et la formidable Sarah Stiles.

~

Jean Pesce

jean pesce

Posté par charles tatum à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Appel à une manif de soutien, ou "Boris défend ses droits"

[Ante scriptum. J'ai introduit ce message sur le blog de manière antidatée, avant l'heure du confinement recommandé/obligatoire. Au vu de la tournure prise par l'épidémie et, conséquemment, par la chasse au Covid-19, il va de soi que je suggère à Boris et à ses amis de rester au chaud samedi (et les jours suivants). Le chantier de Colruyt attendra et les copains pourront, tout l'été, battre le pavé de la rue Gray. Mais moi, ce que j'en dis...]

Message reçu, de Boris Lehman à ses amis

boris

Étant donnés les menaces et le silence de la commune d’ixelles
concernant mon atelier situé dans l’impasse de la rue gray
que j’occupe depuis 20 ans
J’ai pensé organiser une petite manifestation pour défendre mes droits.
Droit simplement d’y rester.

La commune se protège devant l’argument la sécurité. Suite aux travaux du Colruyt contigu aux ateliers (nous sommes 6), qui a duré 2 ans (et ce n’est pas fini), nous avons subi des désagréments
De toutes sortes (bruits, poussière, allées et venues de camions et de grues…) sans protester. Mais c’est peu dire que le bâtiment en lui-même a été mal conçu, et quand nous sommes arrivés, ils étaient pour ainsi dire, vides. Nous avons dû aménager, isoler, peindre et vernir, installer du chauffage, de l’électricité, etc.
Tout ce qu’ils ont à dire aujourd’hui, c’est que nous n’en avions pas le droit, encore moins d’y habiter.
Nous savons bien qu’une fois les travaux d’à côté terminés (cela peut prendre encore une année ou deux), ils vont soit entreprendre des travaux de consolidation, soit tout détruire pour reconstruire du neuf.
Nous savons qu’à ce moment, nous devrons tous partir.
Mais quand nous parlons de compensation, ils ne veulent rien entendre.

~

Voilà pourquoi je vous demande de me soutenir en ce jour de printemps le 21 mars à midi
avec des calicots, banderoles et slogans, que vous inventerez !

NON AUX EXPULSIONS QUI NE DISENT PAS LEUR NOM

TOUCHE PAS A MON ATELIER

J’Y SUIS J’Y RESTE

CE QUI EST ICI RESTE ICI

OU SONT LES RESPONSABLES ?

PATRIMOINE ? VOUS DITES

FIN DE LA POLITIQUE DU PARAPLUIE

Y EN A MARRE DES GRANDES SURFACES

~

Le cheval à l’écurie

Le roi au palais

La poule au poulailler

La pute au bordel

L’artiste à l’égout

(Francis Tondeur/1995)

 

Tous devant mon atelier dans l’impasse de la rue gray
samedi 21 mars à midi.

~

Boris ~ lehman.boris(at)gmail.com ~ DOVFILM / La Fondation Boris Lehman

boris2

Posté par charles tatum à 00:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

FDJ 170 : Alan Clarke

vlcsnap-2020-03-19-11h37m14s706

Gary Oldman, The Firm ("Screen Two") 1989

Posté par charles tatum à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 mars 2020

Gary B. Kibbe 1941-2020

they live3

Gary Brian Kibbe vient de mourir.
Il avait été l'opérateur et, à partir de 1987,
le directeur de la photo de nombreux films de John Carpenter :

Big Trouble in Little China
Prince of Darkness
They Live
Body bags
In the Mouth of Madness
Village of the Damned
Escape fom LA
Vampires
Ghosts of Mars, etc.

~

John Carpenter
@TheHorrorMaster
Gary B. Kibbe, the great cinematographer, has passed away at 79.
He photographed most of my movie since 1987.
He was a kind man, a great collaborator. I'll miss him.

 

Posté par charles tatum à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,