le vieux monde qui n'en finit pas

07 octobre 2022

L'humanité, Dumont/Darmon

l'humanité

[Présentation de l’éditeur] « Les mots du roman, les espaces et les temps du livre laissent loisir au lecteur de postuler à son rythme l’intériorité des êtres et la vie secrète des choses et des paysages. Mais le cinéma n’ouvre à l’impalpable et à l’invisible que par des corps d’acteurs dans un monde construit par des machines optiques et leurs servants, pour les contraintes d’une séance. C’est de son impureté même que, dans l’éphémère retrait d’un lieu profane et la durée d’une représentation, il tire son irremplaçable puissance à illuminer et animer autrement tous les autres arts. Les peintres y deviennent chorégraphes et les musiciens sculpteurs du temps. L’hypothèse de L’humanité est dans son titre : l’humanité minuscule aux prises dès l’origine du monde avec le mal, mais armée de ses invincibles petites bontés. Mieux qu’un générique, ses cinq premières minutes déterminent son engendrement. J’arrive, dit-il. Rédigés par Bruno Dumont, son synopsis en ouverture du livre et ses notes de tournage, confiants dans la force des mots. » L'humanité de Bruno Dumont, par Maurice Darmon. Yellow Now, « Côté films » n°43 [coll. dirigée par Patrick Leboutte], 144 p., 14 €, oblong. Le sept octobre dans les (très) bonnes librairies en rue et en ligne.

Humanidad - 04

Posté par charles tatum à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 octobre 2022

Où en est la critique

FeUoGNTUUAA3-OW

[twitter]

soupauchoix

 

Posté par charles tatum à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 octobre 2022

Hotties Reading 750

Audrey+Colette

Début des années cinquante, Colette prépare l'adaptation scénique de sa nouvelle, Gigi, qu'elle cosigne avec Anita Loos. Elle pistonne Audrey Hepburn [photo], qui incarnera le personnage principal à Broadway. Triomphe. Quelques années plus tard, Vincente Minnelli et Arthur Freed pour la MGM en feront un film. C'est Leslie Caron qui décrochera le rôle.

Posté par charles tatum à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 octobre 2022

« À vendredi, Robinson », de Mitra Farahani (2021)

godard-a-vendredi-robinson

Pendant quelques jours, on peut voir A vendredi, Robinson sur le site d'Arte. C'est ICI .

~

Présentation d'Arte-TV (Je me suis permis de corriger les fautes, Ch.) :

Au crépuscule de leur vie, le Suisse Jean-Luc Godard et l'Iranien Ebrahim Golestan entreprennent un dialogue à distance. Une correspondance visuelle et sonore hors du commun, dont rend compte ce film délicat, entre malice et profondeur.

La réalisatrice Mitra Farahani a sollicité Jean-Luc Godard pour lui présenter Ebrahim Golestan, monument méconnu du cinéma iranien. Godard avait alors proposé de commencer par une correspondance, histoire de voir si "ça correspond"… Les modalités seront les suivantes: chaque vendredi, Golestan, qui vit en Angleterre, enverra un email à Godard, qui lui répondra le vendredi suivant depuis la Suisse. Durant vingt-neuf semaines, les deux Robinson nonagénaires, reclus dans leurs îles respectives, vont se mettre en scène l'un pour l'autre, partageant pensées et intimité…

Intimités
La rencontre des deux géants, tant attendue par Mitra Farahani, n'adviendra jamais. Godard en a probablement l'intuition, joignant à ses missives numériques des photos, des vidéos, des sons, offrant à la réalisatrice, mine de rien, la matière pour fabriquer un autre film que celui qu'elle avait imaginé – un film potentiellement plus original que la simple captation d'un dialogue "en présence"… Golestan et Godard ne se connaissent pas, et ne parlent pas la même langue. L'un vit dans un manoir dans la campagne anglaise, l'autre dans une maison aux volets clos, au cœur d'une petite ville suisse. On sourit à chaque fois que Golestan ouvre un email de Godard, s'efforçant de percer les énigmes visuelles et sonores que lui envoie son facétieux correspondant. Un échange est-il seulement possible ? "Ma solitude reconnaît la vôtre", confiait Godard, récemment disparu, à son correspondant. À partir de l'absence, ce film crée du plein, avec humour et gravité, dévoilant deux artistes dans l'intimité de leur pensée, à l'épreuve du monde et du temps qui passe.

golestan robinson

Posté par charles tatum à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 octobre 2022

Lectures pour tous : Jane Sautière

« Je ne sais rien de mes grands-parents. Il y avait si peu de transmission dans les classes populaires, là où les gens sont interchangeables dans le travail, des électrons des "masses laborieuses", aucune raison de se distinguer, pas de récit, peu de photos, sauf au moment des mariages ou du départ au front, pas de lettres. Bien sûr quelque chose passe jusqu’à moi [...]. Ceux qui ont souffert et fait souffrir de l’alcool (mon grand-père maternel), les incarcérés (un cousin, coups et blessures volontaires parce que ivre, ma grand-mère paternelle embastillée par les Allemands lors de l’occupation de la Première Guerre mondiale pour leur avoir montré son cul), les fous (une grand-tante paternelle à Maison-Blanche, un oncle maternel suicidé à l’hôpital psychiatrique de Pont-l’Abbé. On reviendra sur les morts prématurés qui ne passent pas leur tour dans la fabrication de ces corps flottants. » Jane Sautière, Corps flottants, Gallimard/Verticales, 2022.

corps-flottants

corps flottants (ou "mouches volantes") https://sciencepost.fr

Posté par charles tatum à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


02 octobre 2022

Gribouille (1941-1968), Mourir demain

 gribouille

Cf. "Gribouille le coeur en berne", par Jacques Baujard et Alice Guillemard, Brasero n°1

Je vais mourir demain
Au poteau de la gare

Fusillée par un train
Au champ des rails noirs

Je vais mourir demain
De ton dernier sourire
Et de trop de chagrin
Et de te voir partir

Je vais mourir demain
Aux portes de la ville
Ton nom dans chaque main
Et ce sera facile

Je vais mourir demain
De ton dernier voyage
Et de trop de chagrin
Qui me coûte un naufrage

Je vais mourir c'est bien
Et je ne t'en veux plus
D'autres sont morts pour rien
Moi de t'avoir perdu

Et je meurs ce matin
Mais il faut que tu penses
Que ça ne change rien
Toi tu pars en vacances...

Posté par charles tatum à 11:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 septembre 2022

La Paloma Adieu

arnopex

Opex est le nom du quartier populaire d'Ostende où a grandi l'artiste.
C'est aussi le titre d'un album posthume,
en vente le 30 septembre chez tous les marchands de friandises de Belgique et de France.
La Paloma Adieu, c'est le duo promis avec M.M.

Posté par charles tatum à 13:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 septembre 2022

François Bott 1935-2022

bott afp

La semaine dernière, François Bott a cassé sa pipe. Il était né en 1935. Avant d’écrire ses propres livres (25, à vue de nez), il s’est beaucoup intéressé à ceux des autres. Après avoir participé à la création du Magazine littéraire, par exemple, il fut le patron, pendant une dizaine d’années, du « Monde des livres ». Pour la petite histoire: il eut la gentillesse d'y publier le compte rendu, rédigé par mézigue, de l’Anthologie de la subversion carabinée de Noël Godin. Ce fut, sauf erreur, la première recension dans la presse de ce livre génial. Ce fut ma première et dernière intrusion dans Le Monde. Une autre anecdote, que narre Raphaëlle Rérolle dans la nécro qu’elle lui consacre dans le journal d’avant-hier: « En 1978, une tribune de Jean Genet parue dans Le Monde provoque des remous en interne. L’écrivain y prend le parti de la "bande à Baader" (la Fraction Armée Rouge) [...] Au cours d’une assemblée générale où le débat fait rage, un homme mince, pipe à la bouche, se lève soudain et prend la parole. "Quand on publie à longueur de colonnes des hommes politiques de pensée médiocre et de style plus médiocre encore, on peut une fois publier le texte d’un grand écrivain, fût-il injuste." » François Bott, on le regrette déjà. Avec une pensée pour feu Henry Bertieux, qui fit la jonction.

bott1

Posté par charles tatum à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Sylvia Kristel, 70 ans

Alice-or-the-last-escapade-1977-3

« (...) Jamais Emmanuelle n'aurait eu un tel succès sans Sylvia Kristel, actrice fantastique qui n'a pas eu les films qu'elle méritait. Alice ou la dernière fugue [Claude Chabrol, 1977] est l'un des rares à lui rendre justice. Dans la grande maison déserte, Alice croise parfois des personnages sortis d'on ne sait où. Ils sont interprétés par André Dussollier, Charles Vanel, Fernand Ledoux, etc. Tous l'observent, et louent son stoïcisme. La louange vaut autant pour Alice que pour Sylvia Kristel. »

Emmanuel Levaufre, dans le Dictionnaire des films français pornographiques & érotiques,
Serious Publishing, 2011

Sylvia Kristel Alice

Posté par charles tatum à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Hotties Reading 749

HR mermaids richardbenjamin carlos

Winona Ryder dans Mermaids, Richard Benjamin 1990

[merci à Carlos]

Posté par charles tatum à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 septembre 2022

Brenez, Godard, de l'incidence

Jean-Luc Godard Brenez

nicole brenez

jean-luc godard

sortie annoncée en décembre 2022

[Le premier livre de l'après-Godard.
L'intelligence et l'acuité de Nicole Brenez nous feront oublier

le ruissellement de larmes d'alligators, de clichés
et d'inepties de ces dernières semaines.

Merci à elle et à de l'incidence, qui en assurera l'édition.]
Et merci à Jean Martin pour l'info.

À : Jean-Luc Godard

Le : 22 août 2022

Objet : Torrents d’amour

[...]

​cet été, plutôt que des îles paradisiaques, j’ai visité de nombreux sites pirates. Vous êtes l’un des rares auteurs dont je pense qu’il sera heureux d’apprendre qu’à peu près tous ses films se trouvent sur la plupart d’entre eux, que ceux-ci ressemblent à d’immenses supermarchés en vrac ou à des panthéons bien rangés.

Donc n’importe quel cinéphile de n’importe quelle partie du monde muni d’un ordinateur peut se procurer gratuitement votre œuvre, en y ajoutant des sous-titres eux aussi disponibles dans un nombre incalculable de langues.

Dans cet univers, les voies d’accès aux fichiers se nomment des Torrents, où vos films déferlent d’amour, d’intelligence et de beauté surconcentrés.

[...]

Posté par charles tatum à 08:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 septembre 2022

Paris, 25/9/2022

caff0b5_afp-32k448l

Posté par charles tatum à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Oumpah-Pah et Glaz [redit]

Oumpah-pah99

Le vocable Glaz apparut dans la première vignette de la première planche de Oumpah-Pah. Mission secrète, de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), 1962 [Dargaud pour la France, Le Lombard pour la Belgique]. L'aventure se déroule dans la France de Louis XV. Cette planche I montre Oumpah-Pah et Hubert de la Pâte Feuilletée débarquant dans un port de la côte bretonne.

OumpahPah2

Posté par charles tatum à 08:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

24 septembre 2022

Pharoah Sanders 1940-2022

pharoah-sanders-3-759x512

Thembi

 

Posté par charles tatum à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Luis Buñuel, 1928

bunuelmexicain

« Le bruit court que le ministre de l’Instruction publique va interdire dorénavant toute sorte d’information cinématographique et même, à ce qu’on dit, de revues consacrées au septième art. Il semblerait que le Ministre les accuse d’être pornographiques, d’abêtir le goût du public, d’alimenter l’idiotique banalité des admirateurs et admiratrices des stars, d’attenter continuellement à l’intelligence de la masse. Il a imposé de grosses amendes à d’importants journaux, parce que selon lui, et vu le caractère de sérieux dont ils se prévalaient, l’insertion de pages pornographiques aussi viles était immorale. Pour corroborer ces informations, nous avons appris hier que Baltasar Fernández a été arrêté à son domicile. Nous protestons énergiquement contre des dispositions draconiennes et nous renvoyons les non-initiés à la lecture d’une quelconque revue professionnelle, ou à la page cinéma de l’un quelconque de nos grands journaux. Le lecteur jugera de l’injustice des dispositions ministérielles. »

Luis Buñuel, « Nouvelles d’Hollywood (dernière minute) » [La Gaceta Literaria, 1928],
in Le chien andalou et autres textes poétiques, Poésie/Gallimard 2022,
traduit de l’espagnol par Jean-Marie Saint-Lu.

Posté par charles tatum à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 septembre 2022

Et mes fesses ?

«  Il n'existe pas de "regard masculin", ou alors tous les hommes tourneraient les mêmes films. Mais il existe bien un regard machiste, chosifiant les femmes. Et mes chevilles, tu les aimes, mes chevilles ? Et mes mollets ? Et mes fesses ? [...] Ne parlons pas d’Anna Karina dans Une femme est femme (sic), qui finit par ses mots: "Je ne suis pas infâme… Je suis une femme." Même les poupées gonflables ont de meilleurs dialogues. Pauvreté syntaxique, corps désarticulé, voix débile. Le goût pour les cruches en dit long sur un homme, donc sur un cinéaste. Cours Jean-Luc, et retourne-toi dans ta tombe. L’avant-garde était bien derrière, mais derrière ton cul à toi. »

Quiconque en aura le courage, pourra se taper en entier l’article publié par l'auteure, qui s'y connaît en avant-gardes, dans un canard très réac. [C’est ICI]

520-1532336922

Qu’une brèle de cet acabite dézingue Jean-Luc Godard avec une telle médiocrité, une telle malhonnêteté (si elle avait vu les films, j'ajouterais "avec une telle mauvaise foi") est presque rassurant. Ça nous conforte dans l’idée que nous avons raison d’aimer l’homme et ses films. Cette influenceuse doit avoir quelque chose à vendre, mais quoi ? Elle a envie qu’on lui dise, comme Paul à Camille dans Le mépris d’après Moravia, qu’elle a de jolies fesses ? Elle peut toujours se brosser. Pas envie d'être assigné en correctionnelle pour diffamation.

Posté par charles tatum à 11:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 septembre 2022

Lectures pour tous : Leonardo Sciascia / Raymond Roussel

« Il s’agit d’un ormo-type, masse musculaire et pannicule adipeux bien développés, semi-rigidité cadavérique; couleur de la peau manifestement pâle – taches hypostatiques répandues également sur le dos et les membres inférieurs. On ne remarque aucune lésion extérieure, à l’exception d’écorchures épidermoïdes à l’hémithorax gauche remontant à une date pas très récente – et à l’exception d’une solution de continuité au tiers inférieur de l’avant-bras gauche, concernant environ deux centimètres des téguments communs – et présentant les caractéristiques d’une blessure occasionnée par un corps lacérant et contondant, survenue plutôt récemment. Cette blessure est protégée par un pansement fait de gaze et d’ouate et a été recouverte d’une pommade. » « La mort remonte à environ 10 ou 12 heures. J’exclus que la mort puisse être due aux excoriations relevées sur l’hémithorax gauche, ainsi qu’à la lésion relevée sur le tiers inférieur de l’avant-bras gauche. J’exclus également que la mort puisse être due à un acte violent. » « Je considère une autopsie comme inutile. » Leonardo Sciascia, Actes relatifs à la mort de Raymond Roussel, 1971, réédition Allia [2022] dans une traduction nouvelle de Jean-Pierre Pisetta.

book_946_image_cover

Posté par charles tatum à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Hotties Reading 748

nude reading

John Sloan, Nude Reading, 1928

Posté par charles tatum à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2022

Seules les montagnes...

PHOTO-2022-09-20-10-57-24

Libération 20/9/2022

Posté par charles tatum à 13:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

FDJ 221 : Dany Carrel

DC1 lapetitevertu

À la demande générale [à la requête unanime des membres du club], nous célèbrons aujourd’hui - sans barguigner - le nonantième anniversaire de Dany Carrel aka Yvonne Chazelles du Chaxel, née à Tourane (aujourd’hui Da Nang) en 1932. Certaines sources avancent qu’elle est née le 20 septembre 1935. Peu importe, nous reviendrons. Figure inoubliable du cinéma français "ancienne manière". Son seul regret est de n'avoir jamais été sollicitée par Jean-Luc Godard. Extraits de son book, couverture de son livre de mémoires (Robert Laffont, France-Loisirs, J’ai Lu).

DC5

Je dédie ce message à JiPé.

DC2 1426470

DC4piegepourcendrillon

DC3 dany-carrel

~

009135960

Posté par charles tatum à 13:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,