le vieux monde qui n'en finit pas

19 février 2018

Lectures pour tous : Joyce Carol Oates

Ce post est aimablement dédié à l’ami Boudou. Souvenirs d’années gourmandes. 

oldtastee

« Barres au chocolat Tootsie, tartelettes au marshmallow Mallo Cup, Milky Way, crèmes de menthe Junior Mints, barres Snickers, Hershey, Mars, Oh Henry !

Chewing-gums Juicy Fruit, Dentyne.

Bubble gum. "Casse-dents".

Hostess CupCakes : chocolats fourrés à la "crème".

Tartelettes sur rond de papier paraffiné tenant dans la paume de la main que l’on dévore voluptueusement sur le trottoir devant le magasin où on les a achetées.

Syllabes magiques : "Tastee-Freez". Transit Road, Lockport.

Popsicles à l’orange, au chocolat, à la cerise, ces glaces à l’eau qui d’abord fondent lentement, puis de plus en plus vite. Doigts poisseux.

Fudgesicles, Creamsicles. Devant de chemise taché, orteils nus poisseux.

Au The Royale de Main Street, à Lockport : des banana split nappés de caramel chaud, avec cerises au marasquin, chantilly, couronne de gaufrettes.

Au Castle’s Dairy de Main Street, à Lockport : lait malté à la vanille, si épais qu’on pouvait à peine le boire à la paille ; milk-shakes à la fraise, cornets de glace deux boules, glaces au chocolat en gaufrette.

Au Rexal, Coca-Cola au chocolat.

Freddie’s Dougnuts : des beignets glacés, au chocolat, à la cannelle, bouffis de chantilly/gelée, recouverts de sucre glace qui laissent l’ombre d’un sourire coupable sur ton visage. [...]

Comment avons-nous pu manger une nourriture aussi lourde et aussi peu diététique ?
Avec plaisir, dans l’ensemble
. »

Extrait de « Mystères alimentaires » (1991), Joyce Carol Oates,
in Paysage perdu, 2015, Philippe Rey, trad. Claude Seban

~

hostess-chocolate-cup-cakes-2-boxes-10

Posté par charles tatum à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 février 2018

Susanne Abbuehl quartet

abbuehl

Négligence coupable ou stupide manque d'attention, je n'ai pas beaucoup écouté Susanne Abbuehl, ces dernières semaines. Pourtant, on l'aime too much, Mme Abbuehl. [N'était l'AACM, remarquez, elle serait en tête de toutes nos listes alphabétiques. Mais ce n'est pas la seule raison.] Et puis je trouve, sur YT, ce concert. On en fera donc profiter la galaxie. L'accompagnent Matthieu Michel (bugle), Wolfert Brederode (piano, indian harm) et Øyvind Hegg-Lunde (batterie, percussions). Merci qui ?

 

Posté par charles tatum à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

FDJ 18 : Richard Copans

rivka1

Les Disques de Rivka, Richard Copans 2005

rivka2

Posté par charles tatum à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Un jour tout cela sera à vous

Willem - UIn jour…

Merci à Willem, et bien entendu à l'Ex

Posté par charles tatum à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 février 2018

FDJ 17 : Robin Aubert

affamés4

Les Affamés, Robin Aubert 2017 (Canada)

affamés3

affamés2

affamés1

Posté par charles tatum à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


16 février 2018

FDJ 16 : Richard Copans

vilnius1

Vilnius, Richard Copans 2000

vilnius2

vilnius3

Posté par charles tatum à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Hotties Reading 511

train journal

Un train de banlieue, Etats-Unis, années cinquante

Posté par charles tatum à 01:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2018

Lectures pour tous : David Wahl

« Un banc de maquereaux par exemple: t’es-tu jamais posé la question de ce qu’ils sont les uns pour les autres ? Des maris et femmes ? des pères et des filles ? des grands-mères et des petits-fils ? Les bancs de poissons semblent nous offrir l’image d’une communauté parfaite. En vérité, ces poissons sont tous pareils, ils ont tous le même âge. Ils ont nés de la même couvée. Les œufs et les larves dont ils sont sortis se laissaient porter dans les mêmes courants. Ils sont nés et mourront ensemble, pratiquement à la même heure. Il n’y a qu’une seule chose qu’ils ne partageront pas, c’est la copulation. Car, bien que faisant tout ensemble et vivant en une intense et commune intimité, ces poissons ne se touchent jamais. Et, pour se reproduire, ils se délestent dans l’eau de leur semence, ovules et sperme, espérant fortement, j’imagine, que ceux-ci se trouvent et se fécondent d’eux-mêmes. Preuve s’il en est que la promiscuité n’engendre pas forcément l’orgie. Cet autre poisson, par exemple, la coquette: elle change de sexe selon les besoins de son groupe. S’il manque des mâles pour la reproduction, elle en devient un; au contraire du poisson clown, qui lui peut se transformer en femelle si besoin. Quant au corail on l’a d’abord pris pour une pierre, puis une plante (et on a donné à sa cousine l’anémone le nom d’une fleur), pour enfin s’apercevoir qu’il était un animal. À l’opposé du maquereau il peut – le veinard – choisir entre cinq stratégies de reproduction. Trois par reproduction sexuée: soit en devenant mâle, soit en devenant femelle, soit en étant les deux; et deux par reproduction asexuée: par fragmentation, en brisant une de ses branches par exemple, ou enfin par clonage. »

David Wahl, La visite curieuse et secrète,
ou Relation véritable de choses inouïes se passant en la mer et ses abysses
,
Riveneuve Éditions/Archimbaud éditeur, 2015

~

coquette

coquette mâle

Posté par charles tatum à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'année du chien de terre

Demain, nous entrons dans l'année du chien.

année du chien

 

 

Posté par charles tatum à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 février 2018

FDJ 15 : Laeta Kalogridis

altered carbon

Altered Carbon, Laeta Kalogridis 2018

01-altered-carbon-104

Posté par charles tatum à 01:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 février 2018

Hotties Reading 502

Vienne avant la nuit, Robert Bober 2017

sera montré ce soir, à 20h30, au Cinématographe de Nantes
(dommage qu'on n'ait pu jumeler la projection avec celle du formidable Récits d'Ellis Island,
que Bober tourna avec Perec il y a trente-huit ans)

Qu'on se le dise.

vlcsnap-2017-12-22-16h04m54s059

« Je ne sais pas de quoi ils ont parlé plus tard, ni les jours qui ont suivi,
mais j’ai repensé à Kafka et à Milena qui eux aussi "étaient si près l’un de l’autre".
À Kafka qui disait, parlant de Strinberg :
"Je ne lis pas pour le lire mais pour me blottir contre sa poitrine. Il me tient comme un enfant..." »

Le texte du film est disponible aux éditions POL.

784092

Posté par charles tatum à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 février 2018

FDJ 14 : Luis Bunuel

olvi3

Los Olvidados, 1950

olvi1

olvi2

 

olvi4

(marathon)

Posté par charles tatum à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Mine d'or swing, 1978

BD juin 1978

Dans les cartons de Raminagrobis, à Waterloo.
9 juin 1978. Le n°36 de BD, aux éditions du Square, sera le dernier.
Georges Bernier [Le professeur Choron] en est le rédacteur en chef, Dominique Grange est son adjointe.

En une, l'annonce de Mine d'or swing, la première vraie bande dessinée de Violeff [Jacques Bablon].

 

violeff

 

Posté par charles tatum à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

09 février 2018

FDJ 13 : Luis Bunuel

las hurdes1

Las Hurdes, 1932

las hurdes2

 las hurdes3

Posté par charles tatum à 02:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 février 2018

FDJ 12 : Clint Eastwood

LE FAUX PAS ~ CETTE FOIS, LE MAÎTRE DÉRAILLE.

thalys

 

Posté par charles tatum à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2018

The eye of the beholder

Je dois le grand éclat de rire de la semaine à une question posée, dans un journal du soir, à Jonas Mekas de passage à Paris. Le prétexte était la promotion d'un livre du cinéaste publié il y a quelques mois aux Etats-Unis. [Ils sont fortiches, au Monde, de donner une page à un livre encore inédit dans nos campagnes.] Bref. Au mitan d'un entretien parfaitement anecdotique dans lequel il n'est pas question, ou presque pas, du cinéma de Mékas, jaillit la question qui turlupine (de cheval) notre consoeur :

Un dessin de Roman Polanski, reproduit dans votre livre, ­représentant Barbara Rubin, alors jeune réalisatrice, sous les traits d’une petite fille léchant goulûment une sucette en forme de pénis, est troublant, particulièrement dans le contexte actuel…

Je ne sais ce qui m'ébaudit le plus,
- l'adverbe goulûment, parfaitement gloupinesque,
- la vision de ma consoeur troublée (par quoi, bondiou ?),
- l'obsession, évidemment hors de propos, pour le réalisateur de Repulsion, de Cul-de-Sac et du Locataire,
- ou la formule conclusive (hors du contexte actuel [sic], la journaliste aurait-elle été moins troublée par une sucette phallique ?).
La critique cinéma et la presse tabloïd vont bien, merci.
~
En prime, histoire de troubler mes lecteurs : Ici, Barbara Rubin gratte la toison de Bob Zimmerman.
[Une version non recadrée du cliché se trouve au dos de la pochette de Bringing It All Back Home.]
Troublant, non ?

rubin dylan

Posté par charles tatum à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

FDJ 11 : Luis Bunuel

el 07

El, 1952

el 04

el 03

el 01

Posté par charles tatum à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Hotties Reading 510

HR Pierrot le fou (AK)

Anna Karina, Pierrot le fou, Jean-Luc Godard 1965

Posté par charles tatum à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 février 2018

FDJ 10 : Luis Bunuel

ensayo4

 ensayo1

Ensayo de un crimen, 1955

ensayo3

 ensayo2

Posté par charles tatum à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 février 2018

FDJ 09 : Luis Bunuel

tristana2

tristana4

tristana1

tristana5

tristana7

tristana9

tristana6

Posté par charles tatum à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,