le vieux monde qui n'en finit pas

05 mai 2021

FDJ 196 : City Hall, de Frederick Wiseman

Vient de tomber dans la boîte aux lettres.
Un film américain de Frederick Wiseman, 2020, 263', DVD/BD + livret, édité par jour2fête

20210505_124818

« L’écoute et le sens du rythme de Wiseman permettent de saisir, comme condensée, l’émergence de voix politiques, à mesure que les membres les plus timides de l’auditoire, d’abord des hommes puis des femmes de diverses origines prennent de l’assurance et interviennent de plus en plus distinctement, en des surgissements orchestrés par le montage. Une certaine idée de la démocratie se réinvente via la remise en question des conditions même de la réunion, des conséquences (ou de l’absence de conséquences) qu’elle aura sur la décision municipale. Une citoyenne propose de réorganiser le système des consultations publiques pour "ne pas finir par tenir une fois de plus le bâton merdeux". Cette possibilité – ne pas finir avec le bâton breneux du cinéma documentaire, la saleté du monde avec laquelle se dépatouiller seul –, c’est peut-être aussi ce que City Hall offre en récompense à son endurant spectateur, amené plan à plan à différer sa tentation de traduire un discours en idéologie, une image en symbole, un doute en certitude. » [Charlotte Garson, Cahiers du cinéma 769, octobre 2020]

20210505_124751

~

On y entend aussi Jamestown Revival [Crazy World]

 

Posté par charles tatum à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Hotties Reading 676

hr sesame street

Big Bird dans Sesame Street, Jim Henson 1969-...

Posté par charles tatum à 00:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 mai 2021

Gabriela Manzoni, pour toujours

gabriela manzoni

Gab.M., 26 avril 2021

Posté par charles tatum à 20:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

André Maranne 1926-2021

andré maranne

André Maranne, né à Toulouse en 1926, vient de mourir.
Cet acteur formidable laisse une abondante filmographie.
Par exemple, il incarna cinq (ou six) fois le sergent de police François Duval
dans autant d'épisodes de The Pink Panther (Blake Edwards).
[Photogramme : on devine la présence, sur le siège arrière, de Peter Sellers.]

~

On raconte qu'une vague ressemblance avec Claude Chabrol (1930-2010) lui valut
de remplacer parfois le cinéaste
sur les plateaux de tournage,
lorsque ce dernier s'attardait au restaurant.

Posté par charles tatum à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 mai 2021

M. Racicot, de Montréal, a la parole

Chantal Hébert, dont le français est pratiquement impeccable, le dit ; certains commentateurs en laissent échapper un de temps en temps. « À la fin de la journée », pour amorcer une conclusion.

Cette locution est un calque de l’anglais At the end of the day. Elle marque l’aboutissement d’un raisonnement, un élément que l’on veut mettre en conclusion. Par exemple :

À la fin de la journée, le gouvernement devra s’attaquer au problème du harcèlement sexuel dans les forces armées canadiennes.

En français, on serait porté à dire : en fin de compte, pour finir, finalement, somme toute, etc.

Des tournures plus longues peuvent aussi être envisagées. Pour faire une histoire courte, si on résume le tout; une conclusion s’impose, etc.

Bonne journée à tout le monde.

André Racicot

Posté par charles tatum à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


02 mai 2021

Le joli mai [Chris Marker, Pierre Lhomme]

vlcsnap-2021-04-08-16h33m59s338

~

vlcsnap-2021-04-08-16h34m40s969

~

vlcsnap-2021-04-08-16h34m56s769

~

vlcsnap-2021-04-08-16h35m18s240

Posté par charles tatum à 00:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 mai 2021

Les gros malins

conseil-malin

CLIC

Posté par charles tatum à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2021

Duo Braxton-Léandre Heidelberg 2007

 

 "Duo 3" (Live)
Anthony Braxton · Joëlle Léandre
Duo (Heidelberg Loppem) 2007
℗ 2009 Leo Records

51qrB2akppL

Posté par charles tatum à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 avril 2021

Hotties Reading 675

hr lea seydoux phil2

Léa Seydoux

(c) Eric Guillemain, 2010 ~ merci Phil

Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 avril 2021

Socrates in the good place

vlcsnap-2021-04-27-16h16m36s685

vlcsnap-2021-04-27-16h17m23s725

The Good Place, Michael Schur 2018 [ép.17, Existential Crisis]

vlcsnap-2021-04-27-16h46m20s514

Posté par charles tatum à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 avril 2021

Balles perdues

fbbantichasse

Posté par charles tatum à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2021

De Flagstaff à Lons-le-Saulnier : Monte Hellman et Jean-François Stévenin

passe montagne2

« Passe montagne, c'est Villeret et Stévenin rejouant Macadam à deux voies
(Two-Lane Blacktop, 1971) dans le Jura. » [Jacques Rivette]

« Et puis j’avais rencontré Monte Hellman aux USA: grand fan de Passe montagne,
c’est lui qui m’avait ouvert les yeux sur mon envie cachée de réaliser mon premier film,
avec son film Macadam à deux voies en 1971. [Jean-François Stévenin]

Posté par charles tatum à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 avril 2021

Midi-Minuit Fantastique, vol.4 [et dernier]

MM4

Fin novembre 2021. La fin du tunnel pour les amis de Midi-Minuit Fantastique.

Posté par charles tatum à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 avril 2021

Variety, sans fioritures [Monte Hellman 1929-2021]

Monte Hellman, the maverick director of such films as “Two-Lane Blacktop,” “The Shooting” and “Road to Nowhere,” died April 20 at Eisenhower Medical Center in Palm Desert, Calif., following a fall in his home on April 19. He was 91.

Hellman was a cult director who was widely admired within the industry, earning such fans as Quentin Tarantino; they liked his down-and-dirty storytelling, which featured poetic flourishes amid his genre films.

After working as an editor’s apprentice at ABC, he made his directing debut with the 1959 “Beast From Haunted Cave,” produced by Roger Corman. He became part of the Corman stable of veterans who learned how to get maximum impact on minimum budget. (...)

Hellman worked with Jack Nicholson in the 1960s, including two films shot back-to-back in the Philippines, “Back Door to Hell” and “Flight to Fury.” Hellman and Nicholson reteamed on two Westerns, “Ride the Whirlwind” and “The Shooting,” which used elements of traditional Hollywood oaters, spaghetti westerns and 1960s counter-culture sensibility.

He also directed “The Cockfighter” (1974) and “China 9, Liberty 37” (1978), both starring Warren Oates. “China” has the added distinction of a rare acting performance by Sam Peckinpah.

the girl

The road movie “Two-Lane Blacktop” opened in 1971 and the star pairing of James Taylor and Dennis Wilson drew some interest, but it wasn’t a huge hit; however, its reputation has grown over the years. Film Talk described it as “one of the greatest road movies ever made” and it was admitted to the National Film Registry of the Library of Congress in 2012.

He directed “Silent Night, Deadly Night 3: Better Watch Out!” (1989), a rare change of pace with a slasher sequel. He admitted it was probably his worst film, but he was proud of the fact that he started on the film in March 1989 and the final cut was ready in June.

His 2010 noir film “Road to Nowhere,” scripted by Variety‘s Steven Gaydos, won a special Golden Lion at the Venice Film Festival. Tarantino was head of the jury and praised him as “a great cinematic artist and a minimalist poet.” Hellman later said it was the most personal of all his films.

Hellman later contributed a 90-second film to the multi-segment documentary “Venice 70: Future Reloaded” (2013).

In addition to making his own films, he directed sequences in other films and served in other capacities, such as dialogue director for Corman’s 1967 “The St. Valentine’s Day Massacre” and did second-unit work on “RoboCop.” He was credited as an editor on “The Wild Angels” (1966), “Two-Lane Blacktop,” and Peckinpah’s 1975 “The Killer Elite,” among others, and did uncredited editing on multiple films including the Monkees trippy comedy “Head” (1968) and the 1979 Lee Marvin vehicle “Avalanche Express.”

Hellman was an exec producer of Tarantino’s 1992 “Reservoir Dogs.” He was also a directing teacher at California Institute of the Arts.

Survivors include his daughter, Melissa; son, Jared; and brother Herb Himmelbaum.

Tim Gray, Variety, Los Angeles, 20 avril

Posté par charles tatum à 06:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

Hotties Reading 674

vlcsnap-2021-04-04-13h04m51s546

Addie McPhail dans Weary Winnie [Winnie Winkle and the Rinkydinks], de Les Goodwins

vlcsnap-2021-04-04-13h05m39s538

Posté par charles tatum à 00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 avril 2021

"Shave em' dry", par Lucille Bogan 1935

Lucille-Bogan-1200x900

"Lucille Bogan recorded one of the most sexually explicit songs in history,
and bulldozed any boundaries in what a woman could sing about – and she did it in 1935."
[udiscovermusic.com]

[je remercie Billy Woodberry]

SHAVE ‘EM DRY (unexpurgated version)

I got nipples on my titties, big as the end of my thumb,
I got somethin’ between my legs’ll make a dead man come,
Oh daddy, baby won’t you shave ‘em dry?

Aside: Now, draw it out!

Want you to grind me baby, grind me until I cry.

(Roland: Uh, huh.)

Say I fucked all night, and all the night before baby,
And I feel just like I wanna, fuck some more,
Oh great God daddy,

(Roland: Say you gonna get it. You need it.)

Grind me honey and shave me dry,
And when you hear me holler baby, want you to shave it dry.
I got nipples on my titties, big as the end of my thumb,
Daddy you say that’s the kind of ‘em you want, and you can make ‘em come,
Oh, daddy shave me dry,

(Roland: She ain’t gonna work for it.)

And I’ll give you somethin’ baby, swear it’ll make you cry.
I’m gon’ turn back my mattress, and let you oil my springs,
I want you to grind me daddy, ’til the bell do ring,
Oh daddy, want you to shave ‘em dry,

Oh great God daddy, if you can’t shave ‘em baby won’t you try?

Now if fuckin’ was the thing, that would take me to heaven,
I’d be fuckin’ in the studio, till the clock strike eleven,
Oh daddy, daddy shave ‘em dry,

I would fuck you baby, honey I’d make you cry.

Now your nuts hang down like a damn bell sapper,
And your dick stands up like a steeple,
Your goddam ass-hole stands open like a church door,
And the crabs walks in like people.

Aside: Ow, shit!

(Roland: Aah, sure enough, shave ‘em dry?)

Aside: Ooh! Baby, won’t you shave ‘em dry

A big sow gets fat from eatin’ corn,
And a pig gets fat from suckin’,
Reason you see this whore, fat like I am,
Great God, I got fat from fuckin’.

Aside: Eeeeh! Shave ‘em dry

(Roland: Aah, shake it, don’t break it)

My back is made of whalebone,
And my cock is made of brass,
And my fuckin’ is made for workin’ men’s two dollars,
Great God, round to kiss my ass.

Aside: Oh! Whoo, daddy, shave ‘em dry

Posté par charles tatum à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 avril 2021

Latika, la petite brown, à trois jours et demi d'âge

20210419_191129

Posté par charles tatum à 20:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 avril 2021

Mademoiselle Baudelaire, par Yslaire

mademoiselle baudelaire

Dixit l'éditeur. Deux cents ans après sa naissance, Baudelaire (1821-1867) continue de marquer les générations. Il plane sur l'œuvre d'Yslaire depuis les origines. C'est pourtant Jeanne Duval, celle que le poète a le plus aimée et le plus maudite, que le dessinateur a choisie pour revisiter dans ce chef-d'œuvre la matière sulfureuse et autobiographique des Fleurs du mal. De Jeanne, on ne sait presque rien, ni son vrai nom, ni la date de sa naissance ou de sa mort. Aucune lettre signée de sa main ne nous est parvenue. Restent quelques témoignages, des portraits dessinés par Baudelaire lui-même, une photo de Nadar non authentifiée, sans oublier les poèmes qu'elle lui a inspirés. Jeanne, "c'est l'invisible de toute une époque" qui réapparaît dans la résonance féministe de la nôtre. Elle qui était stigmatisée comme mulâtresse, créole et surnommée "Vénus noire" en référence à la "Vénus hottentote", aimante tous les préjugés d'un siècle misogyne et raciste. [Mademoiselle Baudelaire,de Bernard Yslaire, Dupuis "Aire Libre", Album cartonné, 160 p., 1,190 kg, 26 €] Chez les libraires de ville et en ligne le 23/4/2021.

baudelaire07

baudelaire08

~

baudelaire11

Posté par charles tatum à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 avril 2021

Helen McCrory

peakyblinders5

Venons d'apprendre la mort, à Londres, de Helen McCrory, alias Aunt Polly. Elle avait 52 ans.

Il y a, depuis de matin, un grand trou
dans la famille (fictive) de Peaky Blinders et dans la vie (réelle) de Damian Lewis.

tante-polly

Posté par charles tatum à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 avril 2021, 10h30

P1020023

~

P1020031

Posté par charles tatum à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,