le vieux monde qui n'en finit pas

19 septembre 2018

Hotties Reading 543

hr higelin 7 jours ailleurs

Jacques Higelin, 7 jours ailleurs (Marin Karmitz 1969)

Posté par charles tatum à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 septembre 2018

Ils ont échangé mon enfant

La vie est pleine d'amusements.

Qd7Df

Posté par charles tatum à 13:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2018

FDJ 97 : Hu Bo

vlcsnap-2018-09-16-12h24m25s938

Jing li de ren [The man in the well] 2016

vlcsnap-2018-09-16-12h24m07s740

Posté par charles tatum à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Djamel 1947-2018

Posté par charles tatum à 02:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 ans de subversion carabinée (15) Valerie Solanas

Nous célébrons le trentième anniversaire de l’Anthologie de la subversion carabinée de notre cher Noël Godin. Pendant cent jours, des auteurs choisis au hasard dans le sommaire du livre sont ici proposés, avec un ou deux extraits pris au hasard dans le chapitre à chacun consacré. L’exercice est gratuit, paresseux et purement incitatif. Pour le reste, démerdez-vous. Réimprimée plusieurs fois, l’Anthologie est encore en vente libre (éditions de l’Âge d’homme), grâce à elle c’est Noël tous les matins. Achetez-la, volez-la, donnez-la ou partagez-la, mais lisez-la.

Aujourd’hui : Valerie Solanas (1936-1988)

valerie solanas

« Les agissements de SCUM seront criminels » (1967)

« Les femmes qui sont les moins compromises dans la culture mâle, celles qui ne sont pas charmantes, ces esprits simples et grossiers pour qui baiser n’est que baiser, trop infantiles pour ce monde adulte de grands-ensembles, d’intérêts à 10%, de casseroles et de merdes de bébé, trop égoïstes pour élever des enfants et des maris, trop peu civilisées pour ne pas se branler de toutes leurs opinions, trop arrogantes pour respecter Papa, les "Grands" ou la profonde sagesse des Anciens, qui ne font confiance qu’à leurs instincts les plus bas, pour qui la Culture c’est d’abord et avant tout de la merde, dont le seul divertissement est de rôder à la recherche d’émotions et d’événements excitants, qui "font des scènes" et offrent le spectacle répugnant, bas, gênant, de salopes déchaînées en train de gifler à tour de bras ceux qui leur agacent les dents, qui n’hésiteraient pas à planter un couteau dans le ventre d’un type ou à lui enfoncer un pic à glace dans le cul au premier coup d’œil si elles pensaient pouvoir s’en tirer, bref celles qui, selon les critères de notre "culture" sont la lie de la terre, les SCUM... sont des filles à l’aise, plutôt cérébrales et tout prêt d’être asexuées.

« Débarrassées des convenances, de la gentillesse, de la discrétion, de l’opinion publique, de la "morale", du "respect" des trous-du-cul, toujours sales et abjectes, les  SCUM arrivent... partout... partout... elles ont tout vu... tout le machin, baise et compagnie, suce bite et suce con... elles ont été à voile et à vapeur, elles ont fait tous les ports et se sont fait tous les porcs... il faut avoir pas mal baisé pour devenir anti-baise, et les SCUM sont passées par tout ça, maintenant elles veulent du nouveau. Elles veulent sortir de la fange, bouger, décoller, sombrer dans les hauteurs. Mais l’heure de SCUM n’est pas encore arrivée. La "société" nous confine encore dans ses égouts. Mais si rien ne change et si la Bombe ne tombe pas sur tout ça, notre société crèvera d’elle-même. »

Posté par charles tatum à 00:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 septembre 2018

Lectures pour tous : Jean-Marc Rouillan

Vient de sortir

rouillan

~

Le mot de l'éditeur, et la 4e de couv

Écrit en prison en 1998, Dix ans d’Action directe a longtemps été retenu dans les disques durs de l’éditeur, suspendu au calendrier pénal de l’auteur. En liberté conditionnelle depuis 2008, ce dernier n’avait pas le droit de s’exprimer publiquement sur les faits pour lesquels il avait été condamné – et dont certains sont rapportés dans ce livre. Cette obligation de se taire a pris fin en même temps que la conditionnelle, le 18 mai dernier.

Jann Marc Rouillan ayant purgé sa peine, il lui est désormais possible de livrer son témoignage sur l’activité d’AD. Et au public de mieux comprendre pourquoi, à la fin des années 1970, alors que d’autres s’efforçaient de refermer définitivement la parenthèse de Mai 68, un certain nombre d’hommes et de femmes firent le choix des armes pour défendre leurs idées. [Paru le 12 septembre]

~

« Le nom “Action directe” a surgi lors d’une réunion dans un tout petit appart donnant sur le cimetière de Montmartre. Il avait été avancé par un camarade italien. Savait-il que la puissante organisation du syndicalisme révolutionnaire italien au début du XXe siècle était Azione Diretta ? Lorsque ce nom est apparu officiellement, nombreux furent les censeurs : ils n’y voyaient que référence au militarisme ou à l’anarchisme de la propagande par le fait. C’était oublier combien ce terme appartient au patrimoine de toute la classe prolétarienne, qu’on le retrouve dans les premiers congrès de la CGT et dans les luttes de libération nationale. »

Du choix de la lutte armée à l’emprisonnement de 1980 et l’amnistie de 1981, de l’investissement avec les sans-papiers du quartier de la Goutte d’or au retour à la clandestinité en 1982 puis à l’arrestation de 1987 avec Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron et Georges Cipriani en passant par les liens avec la Fraction armée rouge et les Brigades rouges, Jann Marc Rouillan raconte pour la première fois l’histoire interne d’Action directe. Analyse critique par l’un de ses protagonistes, ce livre est une pièce indispensable d’un fragment de l’histoire politique française et européenne. Si cette histoire attend ses historiens, elle ne se fera pas sans ses témoins.

Posté par charles tatum à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 septembre 2018

FDJ 96 : Buster Keaton et Edward Cline

vlcsnap-2018-09-12-10h34m03s143

The High Sign (Malec champion de tir), 1921

vlcsnap-2018-09-12-10h27m19s561

Posté par charles tatum à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Hotties Reading 542

hr william faulkner2

William Faulkner, écrivain américain (1897-1962)

Posté par charles tatum à 00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

El tigre salto y mato, pero morira... morira...

Santiago Alvarez, 1973

Relato en cuatro canciones como homenaje a Víctor Jara y a las víctimas del sadismo fascista
que las Fuerzas Armadas y la CIA perpetraron en Chile.

[anniversaire : 11 septembre 1973]

el tigre

Posté par charles tatum à 00:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30 ans de subversion carabinée (14) Félix Fénéon

Nous célébrons le trentième anniversaire de l’Anthologie de la subversion carabinée de notre cher Noël Godin. Pendant cent jours, des auteurs choisis au hasard dans le sommaire du livre sont ici proposés, avec un ou deux extraits pris au hasard dans le chapitre à chacun consacré. L’exercice est gratuit, paresseux et purement incitatif. Pour le reste, démerdez-vous. Réimprimée plusieurs fois, l’Anthologie est encore en vente libre (éditions de l’Âge d’homme), grâce à elle c’est Noël tous les matins. Achetez-la, volez-la, donnez-la ou partagez-la, mais lisez-la.

Aujourd’hui : Félix Fénéon (1861-1944)

félix fénéon

Pour l’échange de bons procédés (1893)

« Décidément, le respect de l’autorité et le prestige de l’uniforme ne se manifestent plus guère qu’en de pauvres cervelles. À Argenteuil, un gendarme a été rossé d’importance par un particulier sans doute tracassé et malmené naguère par le soudard pour un simple délit de chasse. Qu’importe le motif de représaille: l’essentiel est que Pandore a été corrigé et qu’il eût été impitoyablement occis sans un de sa bande arrivé juste à temps pour le dégager. Le plus regrettable c’est que Grimban – le courageux agresseur à qui nous adressons notre franche sympathie – n’a pu, malgré son énergie, résister aux deux sbires qui purent le ficeler et traîner à la gendarmerie, où certainement, dans un coin, il dut être assommé par toute la brigade sonnée à cet effet. Ce qui stupéfie les feuilles soumises racontant l’histoire, c’est que durant la lutte, nulle intervention ne se produisit de la part des deux cents personnes qui faisaient cercle autour des deux adversaires. Cette indifférence est déjà de bon augure pour nous, mais c’eût été plus réjouissant encore si la foule avait délivré le prisonnier. Ça viendra ! »

« Le compagnon Liard, de Bordeaux, vient d’être condamné à quatre mois de prison pour avoir tenté d’empêcher un ouvrier de trahir ses camarades grévistes en se vendant à vil prix au patron; Gustave Mathieu à un an, pour avoir rendu service à une mégère suspecte en lui déménageant des tonneaux de vernis qu’elle voulait sauver des griffes de créanciers menaçants. Comme les capitalistes et leurs magistrats à gages sont maladroits dans leur défense lorsqu’ils croient annihiler les propagandistes en les captivant ! Liard et Mathieu ne font que changer de milieu et prêcheront la Révolte à leurs codétenus avec d’autant plus de succès que les réprouvés qu’on enferme n’ont plus rien à espérer de la Société. Dehors, nos amis ne réussissaient peut-être qu’à faire de lamentables grévistes ou de discutables insoumis. En prison, il prépareront des destructeurs. »

« Les feuilles publiques racontent qu’un journalier ne trouvant plus à se vendre s’est jeté dans la Seine, abandonnant trois enfants malades, dans le plus complet dénuement. Le respect de la propriété est idiot. On ne peut voler que ce qui appartient à autrui. Or, rien n’étant à personne, c’est faire le Mal que de se détruire en laissant les siens dans l’impossibilité de se subvenir, alors qu’il y a partout surabondance de produits. Et il est vertueux de déposséder quelqu’un pour satisfaire plusieurs. [...] »

Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 septembre 2018

Lecture pour tous : Pierre Guyotat

[En souvenir de Budd Boetticher, tellement surpris]

« Le chien, la moitié de mon quignon avalée, lèche boit la neige, remue sa queue fournie, lèche ma main, trotte plus loin, je le suis, d’autres se joignent à lui, à nous, s’écartent, détalent, droite, gauche, se reforment en bande loin devant nous, jusqu’au Pont-Neuf; la bande s’égaille entre les pavillons Baltard, mais le chien me pousse aux jambes et par des lècheries aux mains me dirige vers ceux de la viande; la neige reprend, lourde, liquide, dans la nuit; ne serais-je pas plus affamé que ce chien dont mâchoires, gorge, boyaux, rectum peuvent s’accommoder de déchets de rue ? Et s’il m’attrapait une côtelette sur un étal, on ne pourrait lui battre que ses flancs à s’enfuir plus loin ou ramper ou sauter dans un lieu inaccessible à l’homme, mais moi, à le faire, je serais saisi, mis au trou, jugé, condamné; lui faire saisir pour moi sur l’étal une côtelette ? Du vol, encore du vol, encore plus de non-existence; et la manger ronger crue ? la faire rôtir sur un feu de misère dans un renfoncement de miséreux, leur prendre de ce feu qui les réchauffe ? Où me cacher pour la manger saisie, ruisselant de sa graisse ? Plus loin vers le terrain vague de Beaubourg ? sur le quai ? À l’entrée de la rue Saint-Denis, le chien, sa côtelette crue aux crocs, me quitte: ai-je mes doigts, ma bouche barbouillés de graisse que, dans le mouvement silencieux des hommes sous la neige, un, deux, trois m’effleurent comme pour me la lécher ? »

Pierre Guyotat, Idiotie, Grasset/Fasquelle 2018

~

idiotie

Posté par charles tatum à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 septembre 2018

FDJ 95 : Chantal Akerman

vlcsnap-2018-09-08-13h10m07s795

Sud, 1999

vlcsnap-2018-09-08-13h45m57s208

Posté par charles tatum à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 ans de subversion carabinée (13) Joseph Déjacque

Nous célébrons le trentième anniversaire de l’Anthologie de la subversion carabinée de notre cher Noël Godin. Pendant cent jours, des auteurs choisis au hasard dans le sommaire du livre sont ici proposés, avec un ou deux extraits pris au hasard dans le chapitre à chacun consacré. L’exercice est gratuit, paresseux et purement incitatif. Pour le reste, démerdez-vous. Réimprimée plusieurs fois, l’Anthologie est encore en vente libre (éditions de l’Âge d’homme), grâce à elle c’est Noël tous les matins. Achetez-la, volez-la, donnez-la ou partagez-la, mais lisez-la.

Aujourd’hui : Joseph Déjacque (1822-1864)

joseph déjacque

« Par l’insurrection ou par l’assassinat » (1854)

« Oui, hors la loi ! Et il est de droit, et il est de devoir – quand on en a les moyens, la puissance –, de protester contre l’oppression bourgeoise ou princière, et par le fusil en s’insurgeant en masse, bannière au vent, sous le soleil des barricades, et par le couteau en s’insurgeant individuellement, seul à seul, à l’angle d’une rue déserte et sous le voile de la nuit. Tuer et dépouiller un prince de son sceptre, tuer et dépouiller un bourgeois de son or, ce n’est pas tuer et dépouiller un homme. C’est détruire une bête féroce et la dépouiller de sa fourrure. C’est, pour le prolétaire, à toute minute des vingt-quatre heures du jour, un cas de légitime défense. » La Question révolutionnaire (1854)

Posté par charles tatum à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 septembre 2018

Burt Reynolds 1936-2018

burt-reynolds-dead-3

Sob.

Posté par charles tatum à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 septembre 2018

Lectures pour tous : William Faulkner

« Et alors, nous avons vu que ce n’était pas la valise qui lui donnait cet air différent. C’était sa figure, et Jewel a dit : "Il se les est fait mettre, ces fameuses dents." [...] "Voilà Cash et Jewel et Vardaman et Dewey Dell", dit notre père, comme qui dirait penaud et fier à la fois, avec ses dents et le reste, quand même il évitait de nous regarder. "Je vous présente Mrs. Bundren", qu’il dit comme ça. »

William Faulkner, Tandis que j’agonise (1930),
trad. Maurice Edgar Coindreau, Gallimard 1934

~

william-faulkner-billie-holiday-1956

Faulkner et Billie Holiday (1956)

Posté par charles tatum à 03:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Hotties Reading 541

hr de hert potemkine

Robbe de Hert, Potemkine 3 [Jean-Marie Buchet 1974]

Posté par charles tatum à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 septembre 2018

Made in Groland, c'est à Toulouse

Bientôt s'ouvrira le 7e Festival international du film grolandais de Toulouse.

Pour la première fois, sans le président Salengro. Tout est là.

FIFIGROT2018

Posté par charles tatum à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Jacqueline Pearce 1943-2018

jacqueline pearce

Jacqueline Pearce dans The Reptile (John Gilling 1966) et au naturel

jacqueline pearce2

Posté par charles tatum à 01:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 ans de subversion carabinée (12) Max Stirner

Nous célébrons le trentième anniversaire de l’Anthologie de la subversion carabinée de notre cher Noël Godin. Pendant cent jours, des auteurs choisis au hasard dans le sommaire du livre sont ici proposés, avec un ou deux extraits pris au hasard dans le chapitre à chacun consacré. L’exercice est gratuit, paresseux et purement incitatif. Pour le reste, démerdez-vous. Réimprimée plusieurs fois, l’Anthologie est encore en vente libre (éditions de l’Âge d’homme), grâce à elle c’est Noël tous les matins. Achetez-la, volez-la, donnez-la ou partagez-la, mais lisez-la.

Aujourd’hui : Max Stirner (1806-1856)

max stirner

« Nous voulons être les sans-Dieu » (1842)

Celui qui veut encore jouer les médiateurs diplomatiques, qui veut encore la « paix à tout prix », qu’il prenne garde de ne tomber entre les épées des combattants et ne soit la victime sanglante de sa modération « bien intentionnée ». Le temps de la réconciliation et des arguments sophistes envers les autres et envers nous-mêmes est passé. [...] Nous ne voulons pas de médiation, pas d’aplanissement; plus de « rechignement diplomatique », nous voulons nous opposer en camps distincts, nous voulons être les sans-Dieu opposés front à front à de tels craignant Dieu...

À propos de la trompette du Jugement dernier

Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 septembre 2018

The Names, déjà quadras

Tout est dit ou presque.
Dès que nous connaîtrons le détail, vous en serez informés.
Bruxelles, en novembre.

affiche Quarantaine final

Posté par charles tatum à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,