le vieux monde qui n'en finit pas

21 décembre 2014

Hotties Reading 382

juanitaquigley

Juanita Quigley (1931- )

[merci à A Certain Cinema & Yellow Now, 2/5]

Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


19 décembre 2014

Passage to Marseille

On doit à Jean-Baptiste Morain la blague la plus drôle de la semaine. Dans son démontage de la récente bouillabaisse homoérotique de Cédric Jimenez (« moins un polar anxiogène à l’américaine qu’un sketch de Patrick Bosso »), le critique nous rappelle l’histoire du troufion corse qui écrit à son pépé pour le remercier de lui avoir envoyé de l’argent de poche. « Je dépenserai cet argent avec parcimonie et à bon escient. » « Avec le Corse, ça va, répond l’aïeul, mais méfie-toi de l’Arménien. » Je n’avais pas autant ri depuis des lustres.

savon de marseille

Marius et Olive sont quelque part dans l'image. Les trouveras-tu ?

Posté par charles tatum à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 décembre 2014

Hotties Reading 381bis - En mémoire de Virna Lisi

virna lisi

Virna Lisi (1936-2014)

ici dans Le Bambole, sketch La Telefonata réalisé par Dino Risi

Posté par charles tatum à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 décembre 2014

Ed Askew : Too Many Feet

Ph!l me fait plaisir avec ceci, et le clin d'oeil d'usage

("En prévision de la neige prochaine, du côté de Saint-Jean-la-Poterie")

Ph!l, pour qui l'ignorerait encore, est à la fois l'armateur, le skipper et le commissaire de bord
d'Okraina Records et, à ces titres, éditeur d'un bel album de Ed Askew,
accompagné tour à tour de Joshua Burkett et Steve Gunn

DETAILS ICI

 

edaskew3

Posté par charles tatum à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

16 décembre 2014

La mort de Michel Caen

JP m'apprend la mort de Michel Caen, survenue hier soir, 15 décembre 2014.
Sa disparition est un coup dur pour les amoureux du cinéma de mauvais genre (d'abord le film fantastique et d'horreur), dit "bis", dont il fut un des premiers et des plus ardents défenseurs dès le début des années soixante. Michel fut la principale cheville ouvrière et un des cofondateurs de l'irremplacé Midi Minuit Fantastisque. Il travaillait avec Nicolas Stanzick, chez Rouge profond, à la réédition de la revue en quatre volumes. [Nous en avons parlé  ICI, notamment]

[merci à Mandrake]

 

PS. Quand on claviote "Michel Caen" sur les moteurs de recherche ce matin, la plupart des réponses associent le prénom d'un détestable philosophe de centre-droit et la préfecture du Calvados (où il sévit dans une prétendue université populaire). Quand on sait que pour Onfray, Fisher est une marque de bière, on se demande : quoi de plus con qu'un algorithme ?

Posté par charles tatum à 08:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



Hotties Reading 381

alla nazimova

Alla Nazimova (1879-1945)

[merci à A Certain Cinema & Yellow Now, 1/5]

Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 décembre 2014

Roxy Miéville for president

roxy

Posté par charles tatum à 19:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 décembre 2014

Hotties Reading 380

mos 0102b

Lizzy Kaplan dans Masters of Sex (S01E02),  2014

mos 0102a

Posté par charles tatum à 00:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 décembre 2014

A tous ceux qui ne peuvent plus respirer...

Appel de New York ~ To all those who can't breathe...

Posté par charles tatum à 12:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 décembre 2014

Lectures pour tous : Fernando Vallejo, et un film de Luis Ospina

vallejo

« Le parc de Támesis était une succursale de l’abattoir et de l’enfer. À l’air libre et entouré d’une grille ancienne entre de grands arbres au milieu du parc, fonctionnait un bistrot avec un kiosque et des tables sous des parasols où l’on servait de l’eau-de-vie de canne. Du kiosque, un haut-parleur étourdissait nuit et jour le peuple avec ses rengaines. À l’extérieur de la grille, quatre rues avec autant de bistrots et le pavé couvert, sur un tapis de feuilles de bananier et d’ordures que nul balai humain n’avait balayé depuis trente ans, de cageots de tomates, de trous de souris et d’éventaires où bouchers, marchands de légumes et épiciers vendaient de la camelote, des fruits et des tubercules, sans parler de la viande: la viande de notre prochain le plus malheureux, les animaux, sans que le curé dise quoi que ce soit, ni le juge, ni le maire, ni moi, ni toi, ni lui, ni personne. Ces éventaires débordant de biftecks, d’oreilles de cochon, de pieds de veau et de poulets plumés, attestaient l’infamie de l’Église et de son troupeau carnivore. Mangues, anones, papayes, figues, curubas, chachafrutos, guamas, mamoncillos, caroubes, ananas, fruits de la Passion, manioc, arracachas, bananes, biscuit de sucre, on vendait de tout dans ce parc: stylobilles, tee-shirts, chapelets, scapulaires, mini-ordinateurs, petites images, petits miroirs, condoms, rosaires, indulgences plénières et tout accessoire dont le bipède humain peut avoir besoin pour les tâches de ce monde et les contingences de l’autre. Des flaques de boue et de sang rivalisaient avec le tapis d’ordures sur le pavé, tandis que des chiens affamés rôdaient au milieu des clients et entre les étals. Le sang en promiscuité avec la crasse avait envahi jusqu’au parvis de l’église et le chaos s’était rendu maître du cœur de Támesis. Et pendant que le haut-parleur du kiosque et les juke-boxes des quatre bistrots étourdissaient le monde avec leurs rengaines, et que les commerçants vendaient leur camelote et les bouchers leurs viande et les marchands de légumes leurs légumes et que les serveurs enivraient les clients avec leur eau-de-vie et que chiens et clients déambulaient et que les cloches de l’église appelaient à la messe, deux démons allumés par l’eau-de-vie et la haine se battaient au couteau sans respecter ni les enfants ni les femmes, et renversant cageots, éventaires, tables, chaises, s’étripaient en plein parc. Effrayés, les pigeons haussaient leur vol. Dans un chaos de rengaines et une pluie de plumes de pigeon l’un des deux déments tombait dans une flaque et entreprenait le voyage du silennce tandis que l’autre, lâchant son couteau et des jets de sang, tenait son ventre à deux mains pour que ses tripes ne s’échappent pas avec son âme, et se lançait dans une rapide course en zigzag entre les éventaires, direction l’hôpital pour se faire recoudre. La Colombie ressemble plus ou moins à ça. Plutôt plus que moins. »

Fernando Vallejo, Carlitos qui êtes aux cieux, 2004.
Belfond, 2007, traduit de l’espagnol par Jean-Marie Saint-Lu

~

On peut voir ICI le formidable portrait que l'ami Luis Ospina a tiré de l'écrivain,
La desazón suprema: retrato incesante de Fernando Vallejo

~

ospina nantes F3C

Luis Ospina à Nantes la semaine dernière (festival des Trois Continents)

Posté par charles tatum à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 décembre 2014

Hotties Reading 379

leolo

Maxime Collin (qui fête, ce 6 décembre, son 35e anniversaire)
dans Léolo de Jean-Claude Lauzon, 1992

Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 décembre 2014

Vitrines analphabètes

A Nantes, il n'y a pas que des cinémas. On trouve aussi des commerçants analphabètes.

Ici, un marchand (franchisé) de fast-food de la place Graslin.

P1030541

Posté par charles tatum à 08:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2014

Kész az Egész

La fin d'un festival, nécessairement triste, nous fait un peu le même effet qu'une mélodie de Vigh Mihaly dans un film de Béla Tarr.

En attendant la 37e des Trois Continents, je dédie cette interprétation de Kész az Egész, "Tout est fini", par Vali Kerekes (Damnation, 1988) aux compères qui nous ont accueillis/invités à Nantes cette année, nous ont honorés de leur amitié et de leur patience, de leur générosité et de leur gentillesse, sans parler des chocs induits par quelques films inoubliables (tournés aujourd'hui, hier ou avant-hier). Je salue donc ici, dans un désordre savamment organisé, Carole, Charlotte, Emmanuelle, Guillaume, Jérôme, Mathilde, Maxime et quelques autres qui se sont bien entendu reconnus.

Posté par charles tatum à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Irréfutable : Hong gagne à Nantes

Nantes 36e, un jour de la fin, palmarès. La maison SAVM est très reconnaissante et très fière des sélectionneurs nantais Charlotte Garson et Jérôme Baron qui nous ont montré le Hong Sang-soo de 2014, le génial et jubilatoire Ja-yu-eui eon-deok (Hill of Freedom). Elle est également très reconnaissante et très fière du jury mené par Aurélie Godet, Nadav Lapid et leurs comparses, qui ont décerné une Montgolfière d'or au même Hill of Freedom. Palmarès irréfutable, le film de Hong étant de très loin le meilleur de tous ceux présentés en compétition. On me dira que ce compte rendu de palmarès est bouffi de parti pris et de grave partialité. Eh bien, on est comme ça. Klama dayîka min (Les chants de ma mère) du Turc Erol Mintas rafle la Montgolfière d'argent tandis que Dap canh giua khong trung (Flapping in the middle of nowhere) de la Vietnamienne Nguyen Hoang Diep remporte un prix spécial. L'ambassadeur en France de la République de Chine (Taiwan) nous a gratifiés d'un formidable numéro de marionnettes découpées avant de présenter L'auberge du dragon (King Hu, 1966); Guillaume Mainguet et ses quatorze poulains de l'année (Produire au Sud, beau projet) nous ont grandement émus; un ancien premier ministre et promoteur infatigable d'un aéroport condamné à l'infamie, pitoyable et beaucoup plus petit qu'à la télé, errant entre petits fours et gobelets de vin blanc au cocktail couronnant la cérémonie, a suscité notre sarcastique hilarité. Bref, une belle soirée de conclusion pour un festival de première importance. Après-demain, nous continuons la fête du cinéma à Rennes, en promotion de Répliques autour de Pierre Léon et du fantôme de Jean-Claude Biette. Une époque formidable.

ICI, un article récent de Richard Brody qui, vu de New York, lie Hong à Mankiewicz et Resnais

DAF de Sade

sade topor

[Marquis, de Roland Topor et Henri Xhonneux, Belgique 1989]

~

Comme personne ne l'ignore, Donation Alphonse François de Sade est mort
il y a exactement deux cents ans (soit le 2/12/1814)

Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 décembre 2014

Hotties Reading 378

eloge de l'amour

Éloge de l’amour, Jean-Luc, Godard 1991

Posté par charles tatum à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2014

Budd Boetticher (1916-2001)

Une pensée pour notre vieil ami Budd Boetticher, disparu le 29 novembre 2001.

karen-steele-ride

Karen Steele dans Ride Lonesome, 1959

et... les autres, dans le même film

hanging-tree

Posté par charles tatum à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 novembre 2014

La Malagueña

Enamorada (1946), lointaine adaptation de La mégère apprivoisée [où Emilio Fernandez montre sa préférence, aux dépens de la lumineuse Maria Félix, pour le duo de college buddies que constituent le beau militaire nationaliste (Pedro Armendariz) et le curé incarné par son propre demi-frère, Fernando Fernandez], illustre l'adage de Samuel Fuller, "un mélodrame, c'est un drame plus de la musique". Le drame, c'est l'amour longtemps empêché des deux protagonistes sur fond de guerre civile mexicaine (1821, au lendemain de l'indépendance du pays - rien à voir donc avec quelque "révolution" que ce soit). La musique, ce peut être l'aubade donnée nocturnement à Beatriz par le Trio Cavaleras. La Malagueña (composée en 1946, soit 125 ans plus tard !). On les réécoute. 

 

Posté par charles tatum à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Hotties Reading - Ford 4

YML YN 05

Posté par charles tatum à 00:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,



Fin »