le vieux monde qui n'en finit pas

10 avril 2015

10 avril, Franz reçoit une lettre du docteur

Berlin-Charlottenburg, 10 avril 1917,

Cher Monsieur,

Vous m’avez causé bien des soucis.

J’ai offert votre Métamorphose à ma cousine. Mais elle n’a rien compris à l’histoire. Ma cousine l’a passée à sa mère qui, elle non plus, n’y a entendu goutte. La mère l’a alors fait lire à mon autre cousine, laquelle ne lui a trouvé aucun sens. Voici ce que ces dames m’ont écrit: comme c’est moi le docteur de la famille, elles me somment de leur expliquer l’intrigue.

Or je suis complètement dans le brouillard.

Monsieur ! J’ai passé des mois dans les tranchées sans sourciller sous le feu des Russes. Mais je ne pourrais supporter de perdre la face devant mes cousines. Vous seul pouvez m’aider. C’est votre devoir, après tout. N’est-ce pas vous qui m’avez plongé dans ce pétrin ? Je vous remercie donc à l’avance de me dicter ce que mes cousines doivent penser de La Métamorphose.

Avec mes sentiments respectueux,

Dr. Siegfried Wolff

[Lettre de Siegfried Wolff à Franz Kafka, 10 avril 1917,
cité par Saul Friedländer dans l'excellent Kafka, poète de la honte, 2013,
traduit par Nicolas Weill, Seuil (2014).]

métamorphose

Posté par charles tatum à 00:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


06 avril 2015

Exit Tom Towles

tom towles

Tom Towles vient de disparaître, il avait à peine 65 ans.
Ce formidable acteur de composition fut le complice de John McNaughton
(inoubliable Otis dans Henry, Portrait of a Serial Killer),
de Tom Savini, de Rob Zombie et de quelques autres cinéastes du réel,
chers à notre coeur.

Posté par charles tatum à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 avril 2015

Manoel De Oliveira (1908-2015)

de oliveira

Posté par charles tatum à 18:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 mars 2015

Comment ça va Irma ?

raysse irma

Martial Raysse (pierre noire, acrylique et objet sur toile, 2013)

Comment ça va Irma ?, clin d'oeil

Posté par charles tatum à 03:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 mars 2015

Marche funèbre d'une marionnette, de Gounod à Hitchcock

Marche funèbre d'une marionnette, Charles Gounod, 1872.

Le pièce pour piano fut orchestrée une dizaine d'années plus tard.
Cette version guillerette nous vient d'Arthur Fiedler à la tête du Boston Pops Orchetra.
Alfred Hitchcock la fit adapter en 1955, elle devint le générique
de sa série télévisée, Alfred Hitchcock Presents

Posté par charles tatum à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



23 mars 2015

La terrassante frontalité d'Eugène Green, de retour

mercredi, partout :

la sapienza

Christelle Prot et Arianna Nastro dans La Sapienza

la sapienza2

Posté par charles tatum à 13:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 mars 2015

18 mars 1871

CriPeuple2

 

« Qui s’en souvient aujourd'hui, mais ce 18 mars est l’anniversaire de l’insurrection parisienne de 1871, mieux connue sous le nom de Commune de Paris. Nous tenons à saluer cette saine humanité qui, il y a plus d’un siècle, s’est spontanément soulevée contre la guerre, la misère, le capitalisme et la propriété privée. Ces vaillants combattants, qui ont écrit en lettres de feu des pages glorieuses dans l’histoire des exploités en lutte pour leur affranchissement, aujourd’hui encore, nous montrent la voie à suivre. »

[Ces lignes et l'affiche joliment composée que voici viennent tout droit du blog des joyeux drilles du groupe COLERe (il y a cinq ans).]

commune_marx2

CriPeuple1

Merci à Tardi (dessin) et Vautrin (scénar) pour Le Cri du Peuple,
à John (images), à Karl (prompteur) et, donc, à COLERe.

 

Posté par charles tatum à 04:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 mars 2015

Renée Rosnes Trio 1989

Renée Rosnes (piano), Ira Coleman (bass), Billy Drummond (drums), 1989

I Hear Rhapsody

Posté par charles tatum à 02:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Hotties Reading 398

dubois aznavour

Marie Dubois, Charles Aznavour
Tirez sur le pianiste (François Truffaut, 1960)

Posté par charles tatum à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 mars 2015

Daevid Allen 3

hier

daevid 2

Posté par charles tatum à 20:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Daevid Allen 2

avant-hier

daevid 1

Posté par charles tatum à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Daevid Allen 1

Daevid Allen

( Gong, Soft Machine )

s'est barré pour toujours dans sa théière volante

Posté par charles tatum à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 mars 2015

Hotties Reading 397

harper's bazaar 2

Harper's Bazaar, mars 1944 [photo: George Hoyningen-Huene]

merci à Thierry

Posté par charles tatum à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mars 2015

La complainte du progrès, 1969

Boris Vian, Raymond Oliver (et l'andouillon de L'écume des jours), William Lubtchansky
La complainte du progrès (Ortf, 1969)

Posté par charles tatum à 19:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 mars 2015

Journée de la F.

filles sages

Posté par charles tatum à 06:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2015

Hotties Reading 396

the brat

Sally O'Neil dans The Brat (John Ford, 1931)

merci ph!l

Posté par charles tatum à 06:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 mars 2015

Sur Hafed Benotman, par Arthur Harari

Je n'avais jamais rencontré Abdel-Hafed Benotman. Mais la lecture de quelques-uns de ses livres, Les Forcenés, Les Poteaux de torture, Garde à vie (tous chez Rivages), parfois douloureux, souvent violents, toujours à contre-courant, m'avaient fait penser que nous étions de la même famille, que nous aurions pu être très copains. Cela n'arrivera pas. Il est mort il y a quelque jours faute de soins, invisible aux yeux de l'administration et du pouvoir républicains. Il avait 54 ans, dont 17 passés en taule. Honte à "La France debout" hollando-vallsoise. L'acteur et réalisateur Arthur Harari racontait aujourd'hui son histoire dans un quotidien du matin. Je m'approprie son texte. Lisez.

~

benotman

L’écrivain-braqueur est mort le 20 février à l'âge de 54 ans. Ce texte est un hommage au défunt et une interpellation à des hommes vivants, qui sont au service de l’État français.

J’ai connu Hafed Benotman le temps d’une courte année, entre le jour où j’ai décidé que je voulais qu’il joue l’un des rôles principaux de mon premier long métrage, Diamant noir, et sa mort il y a quelques jours. Entre-temps, nous avons tourné ce film ensemble, et j’ai trouvé en lui un homme et un acteur exceptionnels, un ami et un frère. Une de ses amies m’a dit de lui : « Il avait ce quelque chose d’indéfinissable qui faisait qu’on ne pouvait pas ne pas l’aimer. » C’est mon sentiment exact.

Hafed Benotman a été délinquant, braqueur multirécidiviste, écrivain, dramaturge, poète, acteur, militant anticarcéral, grand cardiaque, sans papiers. Il était pourtant né en France de parents algériens en 1960, c’est-à-dire deux ans avant l’indépendance de l’Algérie. Comme tous les Algériens vivant en France, ses parents, ses frères et sœurs et lui sont automatiquement devenus Algériens en 1962. Pour obtenir la nationalité française, ils devaient en faire la demande, et c’est ce qu’ont fait tous les membres de sa famille. À sa majorité, Hafed ne l’a pas fait, car il était à l’époque en détention pour un de ses premiers vols. Et aussi, surtout, parce qu’il s’en foutait alors, comme il le disait lui-même. Il était en colère contre beaucoup de choses (il faut lire ses livres pour savoir lesquelles), et demander à ce pays l’autorisation d’être l’un de ses enfants ne l’intéressait pas. Peut-être a-t-il eu tort de ne pas demander bien gentiment quelque chose qui lui revenait de droit, un droit qui porte un nom : le droit du sol.

Pendant près de 20 ans, Hafed a vécu légalement en France grâce à des cartes de séjour renouvelables. Il devient écrivain en prison, se marie deux fois en prison, en sort, y retourne, se radicalise à l’extrême gauche, continue de publier. En tout, et jusqu’à 2007, il aura passé 17 ans emprisonné. C’est en prison qu’en 1996 il fait un premier double infarctus, se découvrant insuffisant cardiaque. L’administration pénitentiaire a mis douze jours avant de prendre Hafed au sérieux et de le prendre en charge… d’où est née sa nécrose du cœur.

En 1996 précisément, la Loi Pasqua de la double peine change la donne pour les multirécidivistes « étrangers » comme Hafed : il est sous le coup d’un arrêté de reconduite à la frontière, expulsable vers l’Algérie, pays qu’il ne connaît pas. Peu après, l’arrêté est cassé après un recours en justice, et Hafed est officiellement non expulsable. Mais dès lors, toutes ses demandes de titre de séjour et de nationalisation seront refusées, jusqu'à sa mort.

J’interpelle donc des hommes dont je ne connais pas les noms. Le cas d’Hafed était défendu depuis plusieurs années par la Ligue des Droits de l’Homme, via son président Pierre Tartakowsky, qui avait multiplié les démarches pour obtenir ce qui ne pouvait légalement plus lui être refusé, si cela avait jamais été le cas, à savoir sa nationalité française. Mais les autorités de France, le ministère de l’Intérieur, la préfecture de police, sont systématiquement restés sourds à ces demandes, signifiant en silence, mais on ne peut plus clairement, qu’Hafed devait encore payer pour ses actes. Après 17 ans de prison, ce qui ressemble pourtant de très près à un paiement suffisant.

Quand j’ai appris la situation administrative d’Hafed, j’ai fait des démarches actives pour tenter d’accélérer sa régularisation, que la LDH pensait imminente, afin qu’il puisse travailler sur mon film. Le jour du tournage se rapprochant, j’ai décidé avec lui de miser sur une autorisation temporaire de travail. Mais pour l’obtenir, nous devions présenter un permis de séjour de trois mois. À cette demande, la préfecture est aussi restée sourde, et muette. Mais je n’ai pas pu me résoudre à remplacer Hafed pour des raisons aussi révoltantes.

Mais il y a bien pire. Le cœur d’Hafed ne fonctionnait qu’à 25% de ses capacités, et la LDH avait légitimement fait de cette donnée un des arguments de sa démarche auprès des autorités. Hafed n’était autorisé à gagner sa vie que comme auteur, ce qui ne lui permettait ni de gagner correctement sa vie, ni d’avoir une couverture maladie décente. Il était entouré, soutenu, mais constamment fauché. Ses frais médicaux étaient régulièrement au-dessus de ses moyens, et sa pudeur l’empêchait souvent de demander de l’argent à ses amis, pourtant nombreux. Quelques jours avant sa dernière attaque cardiaque, Hafed a eu un signe avant-coureur : il a eu un œdème au poumon. Il l’a identifié comme tel, en ayant déjà fait l’expérience par le passé. Mais il a choisi de n’en parler à personne et de s’auto-médicamenter, pour ne pas avoir à demander à un ami de payer le médecin, comme c’était trop souvent le cas à ses yeux. Là, oui, il a eu tort de ne pas demander bien gentiment. C’est quelques jours plus tard, en essayant d’attraper un train, qu’il est tombé par terre.

Des hommes au service de l’État connaissaient ce risque, pour avoir maintes fois été informés par la Ligue des Droits de l’Homme qu’Hafed Benotman, né en France et ayant largement payé pour ses vols, publiant des livres et jouant dans des films en France et en langue française, était insuffisant cardiaque, et que sa situation administrative intenable menaçait sa santé, sa vie. Je doute que que ces hommes au service de l’État soient venus aux obsèques d’Hafed Benotman, samedi 28 février 2015 à 12h40, au cimetière d’Ivry-sur-Seine, 44 avenue de Verdun, Carré 16. Mais, vu que personne ne connaît leurs noms ni leurs visages, ils pourront toujours dire qu’ils y étaient s'ils ont quelque remords.

Arthur Harari

Posté par charles tatum à 20:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Lectures pour tous : Joyce Carol Oates, Norma Jeane Baker

« Pourquoi pleurait-elle ? Peut-être parce que dans la réalité Cherie aurait bu, énormément. Il lui aurait manqué la moitié des dents. Elle aurait été obligée de coucher avec ces salopards. Ça n’avait aucun sens qu’elle arrive à les éviter sauf que le scénario était sentimental et niais et parce qu’en 1956 un film ne pouvait risquer d’être classé X par la Legion of Decency. Dans la réalité, Cherie aurait été battue et sans doute violée. Les hommes se la seraient partagée. Ne me dites pas que le Far West n’était pas comme cela, je connais les hommes. Ils auraient abusé d’elle jusqu’à ce qu’elle tombe enceinte ou perde ses charmes ou les deux. Il n’y aurait pas eu de beau et rustique cow-boy pour la jeter sur son épaule et l’emmener dans son ranch de quatre mille hectares. Elle aurait bu et pris des médicaments pour tenir le coup jusqu’au jour où elle n’aurait plus réussi à se lever, ni même à ouvrir entièrement les yeux, et après ça elle aurait été morte. »

Joyce Carol Oates, Blonde, 2000, traduit par Claude Seban, Stock (2000).

Posté par charles tatum à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Hotties Reading 395

HR cold in july

Brogan Hall et Michael C. Hall dans Cold in July (Jim Mickle, 2014)

Posté par charles tatum à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mars 2015

Sombre dimanche

Jacques Calonne, on l'a vu, a décliné la proposition d'Edouard Baer d'entonner avec lui Sombre dimanche. Billie Holiday et Damia le font à leur place. Cette composition du Hongrois Rezsö Seress (1899-1968) est considérée comme la chanson la plus triste du monde. J'ignore si elle mérite cette réputation. Il est avéré en tout cas qu'elle a suscité d'innombrables suicides. Bon dimanche.

~

~

Posté par charles tatum à 09:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,