julie

Dessus, une bio comme on aime (Éd. Hyperion, 2008). Un éditeur français la fera-t-il traduire un jour ?

En bas, une scène de SOB, immense loufoquerie burlesque de Blake Edwards, où le cinéaste et sa légitime décidaient enfin (quelques mois avant de tourner leur chef-d'œuvre, Victor Victoria) de jouer cartes sur table. « You want to see my tiiiiits ? » Je connais de vieux adolescents qui ont, ce jour-là, jeté les photos de Mary Poppins qu'ils dissimulaient, tachées et froissées, entre les pages de leur édition de poche des Fleurs du mal. Comme tant de bons films américains, SOB parlait de réussite et de suicide, de fric et de belles maisons sur la plage, de came et de booze, de seins et de culs, de cul et de cinéma. Il évoquait vaguement la fin du vieil alter ego d'Edwards, Richard Quine, qui s'était tiré une balle un an et demi plus tôt. Mais c'était une autre histoire.

julie_sob_