Lu dans Le Monde, journal à grand tirage (excellent pour allumer le feu, disait Coluche) :

« Le président de la République, Nicolas Sarkozy, a annoncé qu'il rencontrera le dalaï-lama, chef spirituel des Tibétains. »

Faut-il rappeler une fois de plus que Son Orangeade n'est le chef de rien du tout ? Il n'est le leader spirituel que des seuls membres de sa secte, qu'ils soient tibétains ou auvergnats. Le Monde, journal catholique, écrira-t-il un jour « l'archevêque de Rennes, chef spirituel des Bretons » ? On y vient, on y vient.

calotte