demy_giancarlo_botti_
© Giancarlo Botti

Jacques est le premier metteur en scène qui m'ait vraiment regardée, vue. Quelque chose m'a révélée, rassurée et confortée dans l'idée que je pouvais faire quelque chose auquel je ne croyais pas beaucoup, non pas parce que j'avais des doutes, mais parce que j'avais un doute beaucoup plus profond, sur l'idée qu'on peut faire quelque chose de particulier, qu'on est unique. Oui, il m'a donné le sentiment que j'étais unique.

demy_parapluies_

L'univers de Jacques Demy m'a profondément marquée. Une fragilité, quelque chose de craintif, de non dit, dissimulé, des choses douloureuses, lyriques aussi. Avec Jacques, il y avait des choses qu'on n'avait même pas besoin d'exprimer, il aimait bien qu'on devine, il aimait bien diriger les acteurs de cette manière, précis sur certaines choses, mais prenant parfois des chemins détournés. [...] Donc il vous amenait à un certain état. C'était un metteur en scène plus qu'un directeur d'acteurs, il vous mettait en scène dans une situation. Il vous mettait dans tous vos états, quoi.

~

Photos et textes  (de Catherine Deneuve) sont empruntés au fabulous livret - grâces soient rendues à Rosalie Varda - accompagnant le somptueux coffret de l'intégrale Jacques Demy (Agnès Varda, Ciné-Tamaris, Arte Vidéo). Merci encore, pour son inlassable complicité, à Ph!l (gLgL)