[Jean-Pierre Bouyxou nous envoie le texte qui suit]

bp15

Ouvrons le cahier où, depuis des lustres, je mentionne jour par jour les films que je vois ou revois en salle, à la téloche ou sur DVD, chaque fois en leur attribuant une note (qui peut évidemment changer - ou rester la même - d'un visionnage à l'autre).

jpb1  jpb2

Voici, par ordre d'apparition, quelques-uns des titres auxquels j'ai filé, l'an passé, trois ou quatre étoiles :

Zombies of Mora-Tau et Creature With the Atom Brain, d'Edward L. Cahn,

Freaks, de Tod Browning,

Le Capitaine Fracasse, du père Gance,

Bombshell, de Victor Fleming,

Madam Satan, de Cecil B. DeMille,

Downstairs, de Monta Bell,

The Sadist, de James Landis,

Blonde Crazy, de Roy Del Ruth,

Un soir de réveillon, de Charles [Karl] Anton (un film de 1933 qui a été, pour mézigue, la grande révélation de 2008),

Kongo, de William J. Cowen,

Les Grandes Espérances, de David Lean,

Sweeney Todd, the Demon Barber, de George King (dix fois mieux que le remake flagada de Tim Burton),

Figures de cire, de Maurice Tourneur,

et La Vie criminelle d'Archibald De La Cruz, de Bunuel (dont je continue par ailleurs, à la revoyure, de trouver les derniers films très très très surestimés).

jpb4
Virginia Bruce, Olga Baclanova, John Gilbert dans Downstairs

Il convient d'ajouter à la liste plusieurs Laurel & Hardy, quelques petits films de strip-tease avec Bettie Page (ah ! Bettie Page... !) et, grâce à la Cinémathèque française qui a consacré une éblouissante rétrospective à l'auteur de Deux espionnes avec un petit slip à fleurs, cinq ou six Jess Franco de derrière les fagots.

Aucune nouveauté de l'année dans tout cela. Je n'ai flanqué une note à peu près honorable qu'à un seul film de première fraîcheur : Choron, dernière, l'épatant documentaire de Pierre Carle et Martin (qui n'est, par ailleurs, sorti en salle qu'en janvier 2009).

freaks

Tiens, rien que pour le fun, je relève aussi quelques-uns des titres auxquels j'ai donné la note la plus infamante (quatre moins, l'équivalent, en négatif, de quatre étoiles) : Je crois que je l'aime, de Pierre Jolivet, La vie est à nous !, de Gérard Krawczyk, Ainsi soient-elles, de Patrick Alessandrin, Ne touchez pas à la hache, de cette vieille salope de Jacques Rivette, La messe est finie, de Nanni Moretti, et Nixon, d'Oliver Stone.

Et puis vous savez quoi ? Trente-cinq après sa sortie, j'ai revu Themroc, de Claude Faraldo. C'est toujours un film que j'aurais, me serine-t-on, mille raisons d'adorer. Eh bien ! c'est toujours, pour mille autres raisons, un film que je déteste.

Après relecture, je répare deux oublis : Eldorado, de Bouli Lanners, et Louise-Michel, du tandem Delépine-Kervern (et toujours avec Bouli Lanners). Après réflexion, j'ajoute aussi à ma liste Diary of the Dead même si c'est loin (et même très loin) d'être mon Romero favori. Et hop !

bouli_lanners