Florence Cousin commence demain

sa QUATRIEME SEMAINE de grève de la faim...

le silence des médias devient assourdissant

[Comment pourrions-nous ne pas relayer la nouvelle intervention de l'ami Skorecki, publiée ICI il y a vingt minutes ?]

« je m'étais interdit depuis deux semaines tout nouveau commentaire sur la grève de la faim de florence cousin, mais de nouveaux évènements m'obligent à intervenir.

1. risquer de  mourir à libération, dans le silence assourdissant de la presse écrite, de la presse télé, des sites et des blogs (même mediapart ne parle plus de florence depuis une semaine, on ne peut même plus répondre au très beau texte de dominique conil ... qui commence à dater) devient intolérable.

2. il ne s'agit ni d'encourager florence, ni de la décourager... son combat est un combat moral contre l'injustice qui lui est faite: ça, la direction de libé ne l'a jamais compris... qui ne communique qu'à coup de chiffres énormes qu'elle aurait promis à florence, ainsi que d'une longue formation, en laissant même entendre - ça ne mange pas de pain - qu'elle aurait d'ores et déjà un poste assuré dans un quotidien national.

3. pourquoi ne dit-elle pas, outre les violences et les humiliations qu'elle lui fait subir quotidiennement, que la direction oblige florence cousin à payer elle-même les 60 euros de la visite quotidienne d'un médecin?

4. la brutalité et le cynisme de laurent joffrin sont légendaires, ils ne me choquent plus, je m'y suis fait;  le cynisme et l'indifférence d'une grande partie de la rédaction de libération sont plus choquants à mes yeux que les méthodes du petit fürher local, qui a de toutes façons d'ores et déjà sa retraite dorée assurée (à radio france ou ailleurs).

5. me choque au moins autant le cynisme implicite de 99% de la presse française qui n'a qu'un seul discours à la bouche: eh pauvre fille, prend l'oseille et tires-toi...

6. je lance un appel solennel pour qu'on relaye ces informations par n'importe quel moyen; par la parole, par l'écrit, par les syndicats, par une chaîne humaine, par internet...

7. courage, florence, contre l'injustice qui t'est faite, on est avec toi, et ON SERA TOUJOURS AVEC TOI... »

Louis Skorecki