jacques_ledoux_jet_e
en 1962 (dans La Jetée, de Chris. Marker)

jacques_ledoux_1974
en 1974

jacques_ledoux_1988
en 1988

jacques_ledoux_2009
en juillet 2009

Jacques Ledoux, 1921-1988. Le phare de la cinéphilie belge et grand patron de la Cinémathèque royale est l'un des inventeurs, avec Henri Langlois, Raymond Borde et quelques autres, de Londres à Berlin et Moscou, du double principe «Conserver, Montrer» et l'un des rares à s'être démené jusqu'à ses derniers jours pour l'appliquer à tous les films, quels qu'ils fussent.

Son nom n'est plus qu'un néon bleuâtre à basse tension à l'entrée de la salle (joliment restaurée, il est vrai) du Musée du cinéma qu'il a créé voici un demi-siècle, et qu'un publicitaire dément a rebaptisé Cinematek.

Dans cette ville-région qui s'obstine à se proclamer «capitale de l'Europe» et (beaucoup plus drôle!) «berceau du surréalisme», rien n'étonne. D'ailleurs le musée Magritte se trouve à moins de trois cents mètres du Palais des Beaux-Arts (renommé Bozar, (clic) ça ne s'invente pas !) qui abrite les locaux de ladite Cinémathèque.