(Reçu ce qui suit, via JuraLibertaire, d'un groupe de syndicalistes bisontins ).

~

Depuis le mois de juin 2009, le peuple d’Iran montre sa volonté d’en finir avec trente ans d’apartheid sexiste, d’oppression, de crimes, de barbaries et de misère.

Face à la contestation, le régime s’est lancé dans une campagne de terreur contre les manifestants et les opposants, avec des condamnations à mort et des exécutions.

Le 11 novembre 2009, Eshan Fattahian, militant de l’organisation marxiste kurde Komala, était exécuté ; En janvier 2010 Fasih Yasami, autre prisonnier politique kurde, était pendu. Suite aux manifestations, onze autres personnes ont été condamnées à mort, dont deux ont été exécutés le 28 janvier. Il suffit d’être jugés « mohareb » (« ennemi de Dieu ») pour être condamné à la pendaison. Soixante-six prisonniers politiques sont ainsi actuellement dans les couloirs de la mort, dont Farzad Kamangar, militant syndicaliste enseignant.

Partout où  elle est appliquée, la peine de mort est une barbarie. En 2009, l’Iran était le premier pays au monde en ce qui concerne le nombre d’exécutions par habitant et le deuxième en chiffres absolus derrière la Chine.

Malgré la signature par les dirigeants de la République Islamique de la convention internationale sur les droits des enfants, les exécutions touchent également des jeunes condamnés à mort alors qu’ils étaient mineurs ; ce fut le cas pour Delara Darabi, de Behnood Shojaee et de Mosleh Zamani, tous  condamnés à mort alors qu’ils n’avaient que 17 ans, mais aussi de Nemat Savafi, Mehdi P.,  et Moshen G. actuellement dans les couloirs de la mort, condamnés à la peine capitale pour « homosexualité ».

Enfin, et malgré  un moratoire annoncé officiellement, la République Islamique d’Iran continue de pratiquer cette peine barbare et inhumaine que sont les exécutions par lapidations.

Ces exécutions ne sont que le reflet de la barbarie du régime, de ses 30 ans de répression contre toute opposition politique et sociale, de sa misogynie et de son inhumanité.

Nous appelons toutes celles et tous ceux qui vivent, travaillent ou étudient dans l’agglomération de Besançon à signer et à faire la pétition et à participer à notre campagne contre les exécutions en Iran.

Iran Solidarité

Soutenu par : Les Alternatifs, CGT ADDSEA, FSU, PCOI, SUD Education, SUD Santé-Social, Les Verts.