[pour Glaz, avant son départ pour Angoisse]

_variste_galois

« Ko. La Révolution.– La Révolution est un jeu, car elle est imprévisible. Elle dépasse tous les concepts. Les bouleversements présents sont une manifestation directe du flux universel. Comment les fusionner, pour qu’ils puissent tenir un autre langage ? Imaginez l’océan de l’Univers, et tel un bouchon solitaire dansant sur les vagues, le prétendu monde réel : pouvez-vous être le sel de cet Océan ? [...]

« Groupe des Diseurs.– Trigrammes ! Hexagrammes ! Buffle de Lao-Tseu ! Papillon de Tchouang-Tseu ! Ici nous ne devrions n’avoir qu’un nom qui réunirait tous les masculins et féminins du monde : la Commune. La Commune continuellement assassinée quel que soit le régime. Le régime républicain comme à Paris (et à Munich), socialiste comme à Berlin (et à Cronstadt), et mondialiste comme partout, aujourd’hui, sur les barricades anéanties de Madrid ! [...]

« Groupe des Hypothétiques.– Puis, comme des prisonniers, à étoiles sur la poitrine, avatars des ordres d’un commandant du camp, tournant à vide sur les marécages des luttes du riche contre le pauvre, de l’exploitant contre l’exploité, avec comme seuls coassements des prises de pouvoir, à l’infini. »

Armand Gatti, Le Couteau-toast d’Évariste Galois (repris par Richard Dedekind pour faire exister la droite en mathématiques / se réinventant sur une aire de jeu / hexagrammes et trigrammes du Livre des mutations), Verdier, 2006

En janvier 1831, au cours d'un banquet organisé pour l'acquittement d'officiers républicains accusés d'avoir disposé d'armes, le mathématicien de génie Evariste Galois porta un toast à Louis-Philippe, mais avec un couteau à la main au-dessus de son verre. Arrêté, il passa un mois en prison avant d'être jugé et acquitté. (...) Au mois de mai 1832, Galois mourut à l'âge de vingt ans et sept mois des suites d'un "duel imbécile entre amis". ("Le pistolet étant l'arme choisie par les deux adversaires, ils ont trouvé trop dur pour leur ancienne amitié d'avoir à viser l'un sur l'aure et ils s'en sont remis à l'aveugle décision du sort. A bout portant, chacun d'eux a été armé d'un pistolet et a fait feu. Une seule de ces armes était chargée." Le Précurseur de Lyon, journal d'époque.)

~