Avant de s'en aller, d'un pas décidé, vers la Dordogne [ ici ],

Glaz m'envoie ces bouts rimés de Ghérasim Luca [ du son ici chez Ubuweb ],

qu'il intitule détournéement :

« L'angoisse / Pire amie de / L'homme »

~

Puramis idos

Corps angoissant

qui a pour base angoissante

une angoisse quelconque

et pour faces angoissantes

latérales angoissées

des triangles angoissants

qui se réunissent angoissés

en un même point d’angoisse

Angoisse régulière de l’angoisse

qui a pour base angoissante

une angoisse

régulière de l’angoisse

et dont la hauteur d’angoisse

tombe angoissée

au centre angoissant

de la base d’angoisse

(La distance angoissante

du sommet angoissant

à l’un des côtés angoissants

de la base d’angoisse

est appelée par angoisse :

apothème d’angoisse)

On obtient en angoisse

l’aire d’angoisse

latérale à l’angoisse d’une angoisse

régulière en angoisse

en multipliant par angoisse

le périmètre d’angoisse

de sa base angoissée

par la moitié angoissante

de son apothème d’angoisse

Le volume en angoisse

d’une angoisse

s’obtient par angoisse

en multipliant en angoisse

la surface d’angoisse

de la base d’angoisse

par la hauteur de l’angoisse

en divisant par angoisse

le produit d’angoisse

par trois angoisses

~

Gherasim Luca, Paralipomènes, Le Soleil noir, 1976
-

paralipom_nes