Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 401 772
Newsletter
Derniers commentaires
25 février 2011

Lectures pour tous : Éric Chauvier

« Un journal hebdomadaire de la capitale a consacré un article qui se référait explicitement au monde périurbain de ce pays en relevant sa mocheté*. Nous avons compris, bien sûr, que l'usage de l'adjectif "moche" renvoyait, pour ce journal humaniste, à une provocation, destinée à remuer les consciences assoupies, trop habituées à vivre au milieu de ces enseignes publicitaires, bâtiments commerciaux informes, couleurs criardes, ronds-points, hypermarchés, etc. Mais nous avons aussi été troublés par ce jugement de classe qui faisait de notre zone périurbaine un monde évaluable a la seule mesure esthétique de leur monde à eux. Qui sont-ils, ces journalistes centralisés pour décréter la laideur de notre périurbanité ? Qui sont-ils pour porter ce jugement qui, en suggérant de raser notre cadre de vie pour reconstruire je ne sais quel Eden, le rend indigne d'être étudié comme une tribu amazonienne ou une secte dangereuse ? »

eric_chauvier

« Après avoir longuement parlé entre nous de certaines choses qui nous semblaient absolument insupportables, certaines choses qui avaient trait au jugement porté par ce journal, et concevant l'injustice, l'ineptie et le mépris de classe intolérable de ces mots écrits à l'encontre du monde périurbain et, par là, à notre endroit, nous avons décidé de faire part de notre dégoût à un architecte de notre connaissance. Il a confirmé tout ce que nous pensions, que l'accusation de "mocheté" était véritablement insensée, une authentique méprise au moment de comprendre l'existence de ceux qui, ici, composent chaque jour la vie périurbaine, laquelle "constitue un véritable plan de civilisation", a-t-il ajouté. »

Éric Chauvier, Contre Télérama, Allia, 2011

*Télérama n°3135.

Commentaires
F
Tous les dix ans la taille d'un département français disparaît au profit de la ville et des bétonneurs<br /> <br /> A chaque entrée de ville, c'est le spectacle de toutes les horreurs du commerce qui s'étale.<br /> <br /> La pub ne cesse de prendre de la place et notre champ de vision est souvent limité par un panneau ou un mur de béton.<br /> <br /> Télérama, on s'en fout ! Et leur idéologie de classe aussi ! Mais l'urbanisation folle du monde capitaliste, NON !!! Et c'est autrement plus grave que ce foutu journal !<br /> <br /> C'était Godard que l'on apprécie ici, je crois, qui disait ça, il y a déjà un petit bout de temps.<br /> “L‘aménagement de la région parisienne va permettre au gouvernement de poursuivre plus facilement sa politique de classe… Et au grand monopole d’en orienter l’économie, sans trop tenir compte des besoins et de l’aspiration à une vie meilleure de ses huit millions d’habitants” chuchote Jean-Luc Godard en voix off. Très critique à l’égard de la politique de construction des grands ensembles et des nouveaux modes de vie et de consommation jugés aliénants qu’elle induit, le film donne une idée de l’ambiance du quartier dans ses premières années : peuplé de classes moyennes, avec nombre de <br /> boutiques et de cafés.<br /> <br /> http://lacourneuve.blog.lemonde.fr/2010/08/16/jean-luc-godard-filme-aux-4000-1967/<br /> <br /> Le péri-urbain (enfin la lointaine banlieue), c'est là où on écarte, on relègue, on exclue. Bah oui, eux ils peuvent vivre dans la merde, y'a pas de souci.<br /> Jean-Pierre Garnier nous explique tout ça très bien : http://blog.agone.org/post/2010/12/22/Relegation-urbaine-stigmatisation-scolaire-1<br /> <br /> A voir également, en ce qui concerne la beauté de nos mégalopoles :<br /> <br /> "Paysages manufacturés"<br /> <br /> Oui faisons confiance aux architectes, vils serviteurs de Bouygues et de Vinci pour nous dire ce qui est beau !<br /> <br /> Bienvenue dans le monde de demain !<br /> <br /> Bienvenue dans nos prisons !<br /> <br /> Bienvenue dans nos univers bétonnés et manufacturés !<br /> <br /> <br /> Et allons tous vivre dans les HLM de Bondy, en bordure d'autoroute, c'est si beau !!!!
Répondre
J
Vous n'êtes plus amusant du tout. <br /> Flics et procureurs ne le sont jamais. <br /> Soyez aimable de corriger comme suit le dossier à charge ouvert à mon nom. Né à Blain il y à 67 ans, je coule des jours (pas trop mal)heureux à Rezé, et je me suis probablement baigné dans la Vilaine, entre La Roche et Foleux, avant que Wikitruc et vous-même ne soyez de ce monde. <br /> Je persiste : vous écrivez des conneries sur un auteur que vous n'avez pas lu ou mal compris. C'était l'objet de mon petit mot de 23h33.<br /> Mais puis vous préférez être grossier...<br /> Inutile d'y revenir, je ne vous répondrai plus. <br /> PS. Tiens, et puisque que vous ne connaissez pas non plus la géographie, voici de quoi vous éclairer sur le pays gallo. C'est publié par le Centre régional de documentation pédagogique de Bretagne (Université de Rennes). Sans doute un pseudo protositu de Wikimachin, objet de votre ressentiment.<br /> http://wwwcrdp.ac-rennes.fr/crdp_dossiers/dossiers/gallo/langue/langue1.htm
Répondre
A
C'est bien noté Joselito, et malgré le fait que La Roche Bernard ne soit pas en pays gallo (en dépit des informations que vous avez collectées sur Wikipédia peut-être, dont la lecture des articles est d'autant plus plaisante qu'elle s'effectue vite et gratuitement il est vrai, mais peut révéler aussi son lot d'approximation), je vous fais confiance pour venir nous rejoindre lorsque nous lancerons l'offensive que vous semblez appeler de vos voeux, même si je doute que vous mesuriez précisément le degré d'implication physique qu'elle requerra. De toute façon, il est probable que, confortablement installé dans le meilleur fauteuil de votre maison de banlieue, ou périurbaine, ou même suburbaine (ça t'a un chouette côté américain), vous soyez trop occupé à réviser vos Bruce Begout ; vous pourriez aussi être en train de relire l'interview du cher Berreby (qui est toujours de Paris ? rassurez-moi) parue dans un canard spécialisé il y a de cela 3 ou 4 ans, dans laquelle il affichait un mépris écoeurant pour les personnes qui font l'acquisition de ces ouvrages courts et bons marchés qu'allia publie dans sa collection à 6,10 €. A cette lecture, frappé de stupeur, vous vous rendrez compte que le mépris dont vous usez vous-même envers ceux qui ouvrent leur valise (en carton) etc., n'est que la manifestation de votre propre impuissance. Envoyez-moi un mél à ce moment-là : je vous consolerai quand vous vous mettrez à pleurnicher.
Répondre
J
Amusant, cet Anarchix du pays gallo, mais à fond dans le contresens. <br /> Nous lui recommandons, avant d'ouvrir sa valise (en carton) pleine d'insultes eighties puant l'écolo-gauchisme ranci, de lire un peu Chauvier. La plupart de ses livres sont courts et bon marché, c'est facile. <br /> Cela lui éviterait de parler dans le vide, de confondre banlieue et périurbain, Paris et Bordeaux, ironie et résignation. <br /> Bizarre. <br /> Comment peut-on être à ce point à côté de la plaque ?<br /> Si vous voulez forcer Ayrault et son gang de voyous spéculateurs à renoncer à leur OPA sur Notre-Dame-des-Landes (à trois pas de chez nous, non ?), il faudra affûter vos arguments, Anarchix, cesser de pleurnicher et passer à l'offensive.
Répondre
L
Il est regrettable de passer de cette façon aussi loin du fond du sujet pour à la fin tomber dans le trou d'à côté...<br /> <br /> ha!
Répondre