sympathy for the devil

« En attendant Godot est sans doute la plus grande pièce du XXe siècle. [...] Après l’avoir lue, j’ai créé ma propre compagnie et décidé de la mettre en scène. Notre mise en scène était la première à Los Angeles et la cinquième dans le monde après Paris, Londres, New York et San Francisco. Je n’en suis pas sûr, mais je crois que j’avais vu celle de San Francisco : très mauvaise. J’avais également vu quelques scènes de la production new-yorkaise à la télévision. Il manquait à l’une comme à l’autre, à mon avis, d’avoir compris que la pièce était une comédie. Mon modèle pour la mise en scène était Abbott et Costello, et particulièrement un de leurs sketches intitulé Who’s on First ? Pour moi, Who’s on First ? c’est En attendant Godot. Je pense que Beckett a été influencé par Abbott et Costello.

Who’s on First ?[demande l’interviouveur]

C’est un sketch composé de dialogues sans queue ni tête portant sur la confusion et le double sens des mots et des noms. C’est moins le contenu que le style de l’échange entre Abbott et Costello que Beckett a incorporé dans En attendant Godot. Il est clair, au moins pour moi, qu’il connaissait ce sketch – ou peut-être des spectacles de vaudeville antérieurs. Un dialogue comme Who’s on First a forcément des antécédents. »

Monte Hellman, Sympathy for the Devil [entretien avec Emmanuel Burdeau], Capricci 2011

~

Recommandons bien entendu la lecture de ce livre d'entretien, riche d'informations parfois inédites (voir la kyrielle de projets avortés, inaboutis ou inachevés de Monte) et de points de vue rentre-dedans, comme cette hypothèse aussi drôle que convaincante sur l'influence qu'ont exercée les immenses Bud et Lou sur le Samuel Beckett d'En attendant Godot.

[Regrettons au passage que le distributeur-éditeur Capricci reproduise de manière aussi crade les documents photographiques, souvent beaux et rares, qui lui ont été confiés et - dans le registre "chaussettes sales" de la distribution - qu'il n'ait pas soutenu Road to Nowhere lors de sa sortie en salles, comme c'était son devoir de le faire. On dira que c'est là toute l'histoire de la vie de Monte Hellman et de ses rapports au business.]

On trouvera ci-dessous une des multiples versions du fameux dialogue des Vladimir et Estragon du burlesque américain. J'y joins une retranscription du texte de base. La page Wikipedia en français [ CLIC ] fournit quelques indications utiles, dont la liste des joueurs de l'équipe (Qui, Quoi, Jenesaispas, Pourquoi, Parceque, Demain, Aujourd'hui, Jem'enfous).