« L'Elysée parle de "nos" soldats "lâchement assassinés", à propos des cinq militaires français tués par un kamikaze dans le guêpier afghan. Le même vocabulaire avait été utilisé par Bush à propos des auteurs de l'attentat du 11 septembre. On peut dire beaucoup de choses des kamikazes islamistes, entre autres qu'ils sont au service d'une idéologie répugnante, mais les traiter de "lâches", c'est vraiment torturer les mots de manière si grossière qu'elle en devient ridicule. Dans la novlangue des dirigeants occidentaux, la lâcheté, c'est de s'en prendre aux occidentaux, comme si les occidentaux n'étaient pas ceux qui ont la plus gigantesque supériorité des armes qui ait jamais existé sur la surface de la terre. Une telle inversion du réel manifeste que ces gens qui nous gouvernent n'aiment les mots que morts et la pensée qu'enterrée. »

Serge Quadruppani, 13/7/2011