Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 411 343
Newsletter
Derniers commentaires
11 octobre 2011

La chaise percée du Grand Lama

bourke2

Il fut un temps où on pensait communément que la même espèce de répugnante vénération était attachée à la personne du Grand Lama du Tibet. Maltebrun l’affirme en des termes sans ambiguité: «C’est un fait certain, on recueille avec un soin religieux le produit de ses excrétions, qu’on emploie comme amulettes et comme remèdes infaillibles contre la maladie.» Et il ajoute, citant Pallas, livre I, p.212: «Il est hors de doute que le contenu de sa chaise percée est dévotement recueilli; les parties solides sont distribuées pour être portées au cou en amulettes; le liquide est ingéré comme une médecine infaillible.» (Maltebrun, Géographie universelle, article "Tibet", vol. II, édition américaine, Philadelphie, 1832) […]

L’élucidation de ce problème ne doit pas rester sujet à controverse alors qu’il est possible de consulter des sources antérieures. Les premiers Européens connus pour avoir pénétré au Tibet furent les jésuites Grueber et Dorville qui, revenant de Chine vers l’Europe, traversèrent le Tibet à pied et descendirent par l’Inde vers la côte. C’était en 1661.

«Grueber certifie que les grands du royaume sont très soucieux de se procurer les excréments de cette divinité [ie le Grand Lama], qu’ils portent habituellement en reliques autour du cou. Ailleurs il est dit que les Lamas tirent grand bénéfice des importants présents qu’ils reçoivent à servir les grands en excréments ou en urine, car en portant ceux-là au cou et en mélangeant celle-ci à leurs aliments, ils s’imaginent être protégés contre toutes les maladies du corps. A l’appui de ceci, Gerbillon nous apprend que les Mongols portent les excréments du Grand Lama à l’état de poudre, dans de petits sacs passés au cou, comme de précieuses reliques propres à les préserver de toutes les infortunes et à les guérir de toutes les maladies. Au cours du second voyage de ce jésuite en Tartarie occidentale, un représentant d’un des principaux Lamas offrit à l’oncle de l’empereur une certaine poudre, contenue dans un petit paquet de papier blanc lui-même proprement enveloppé d’une écharpe de très pur taffetas. Mais le prince lui déclara qu’il ne pouvait se permettre d’accepter car il n’était pas dans les coutumes des Manchous de faire usage de telles choses. Selon l’auteur, cette poudre provenait soit des excréments du Grand Lama, soit des cendres de quelque objet dont il s’était servi. » (A description of Thibet, Pinkerton, Voyages and Travels, Londres, 1814, vol. VIII, p. 559).

John Gregory Bourke, Les Rites scatologiques, 1891, Philosophie d’aujourd’hui
édition française établie par Dominique G. Laporte,
préface de Sigmund Freud (1913).

[merci à Didier]

Publicité
Publicité
Commentaires
L
Succulent!!! Forcément on a relayé tout ça....<br /> Héhéhéhé. d’ailleurs, comme tous les Dalaï Matelas nous avons ouvert un compte en Suisse, un vrai cofio ...Une nouvelle plateforme en cour de construction qui démarre bien grâce à l’opiniâtreté dingue de notre copine Geneghys ressortissante de l'Helvétistan. -L'intitulé de la plateforme est un truc humoristique de "là-bas", mais c'est chouette quand même...Je tinvite cher Charles tout comme vous autres amis lecteurs/trices de ce site magnifique, à y venir faire un tour, lire et peut-être même à vous y inscrire et publier...ça va pas être de la tarte à bouddha tout de suite, mai on améliore au fur et à les performances du balai. C'est là:<br /> <br /> http://www.faicmfsf.org/groups/les-amis-du-negatif-a-loeuvre/forum/topic/raclures-virgules-et-chiures-de-divinites-la-chaise-percee-du-dalai-matelas-relaye-par-steph/<br /> <br /> bien amicalement aux uns comme aux zautres.<br /> Steph.
Répondre
Publicité