Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 402 287
Newsletter
Derniers commentaires
20 janvier 2012

Tous les chemins mènent à Straub

Le grand claveciniste hollandais Gustav Leonhardt vient de mourir à l'âge de 83 ans. On dit que ce musicien réputé aristocratique et austère, quasi janséniste, n'aimait rien qui fût postérieur à 1800. (Comme d'autres ont décidé que l'histoire du jazz s'interrompit en 1958, ou que la Nouvelle Vague marqua la fin du cinéma.) Pour jouer Bach en tout cas, il était imbattable, même avec une perruque. C'est pourquoi Jean-Marie Straub et Danièle Huillet lui confièrent, en 1967, le rôle du compositeur dans leur inoubliable Chronik der Anna Magdalena Bach. Ci-dessus, un court extrait. En bas, le film en entier. Dont une belle copie figure dans le volume 3 des oeuvres complètes de Huillet et Straub, chez Montparnasse.

Publicité
Publicité
Commentaires
T
Merci pour les extraits de ce beau film, où Nikolaus Harnoncourt fait également de la figuration. Straub et Huillet ne s’étaient pas trompés en faisant appel, dès 1968, à ceux qui allaient être à l’origine du profond renouveau de l’interprétation de la musique baroque, marqué entre autres par un grand souci philologique (celui-là même de Straub-Huillet dans leur approche des œuvres littéraires et musicales qu’ils ont portées à l’écran par la suite, et ceci explique sans doute cela).<br /> <br /> À noter, pour la petite histoire, que sous ses dehors de protestant austère, Leonhardt était connu pour aimer les plaisanteries parfois lestes, le bon vin, les jolies femmes, les voitures rapides et les films d’espionnage.<br /> <br /> On lira avec intérêt le portrait que lui a consacré Ivan A. Alexandre, republié par Diapason : http://t.co/gaEFfhuM
Répondre
Publicité