« Les chiffres de ce soir manifesteront une amélioration de la situation avec une baisse tendancielle de l'augmentation du nombre de chômeurs. Cette augmentation sera assez modérée. »

Dixit le favori de la droite à l'élection présidentielle française, ce matin, à la radio.

Ce qui peut vouloir dire qu'en moyenne, un nombre hyperboliquement plus élevé de personnes constateront bientôt une hausse tendancielle de la baisse de leurs revenus et un tassement modérément asymptotique de leur niveau de survie. (Manquerait plus que le prix de détail de la brioche fasse un bond en avant. C'est pas la Bastille qu'il faudra prendre, c'est Bercy qu'il faudra brûler.) Marrant, cette façon qu'ils ont prise, de parler comme les patrons des instituts de sondage.