Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 411 177
Newsletter
Derniers commentaires
3 novembre 2012

Valls et Hollande, ces malades de la répression

Pour les ceusses qui s'imaginent qu'ils n'ont rien à se reprocher,
qui ne s'intéressent qu'au prix du jambon-beurre
et qui n'ont pas compris que leur tour viendra:
un topo sur "Aurore Martin vs. la république des malfrats"

par Léon et Paulette

~

Valls et Hollande, ces malades de la répression

 

aurore martin

 

En juillet 2011, alors qu'il est candidat à la primaire socialiste François Hollande, a fait cette déclaration à Hossegor. Il disait qu'il fallait respecter la loi, mais invitait tout de même à la clémence pour Aurore Martin. Avec son élection, on pouvait donc penser que ça n'allait pas être pire qu'avec Claude Guéant... Voici un extrait du billet de blog daté du 3 novembre de Gilles Devers, avocat à Lyon sur le cas Aurore Martin, livrée par la France à l'Etat espagnol, "Valls et Hollande, ces malades de la répression"

 
"Aurore Martin, 33 ans, française, a été livrée par l’État français à l’État espagnol. Pourtant un État n’extrade pas ses nationaux. Guéant et Sarko s’y refusaient, mais Valls et Hollande n’ont eu pas eu ces scrupules."
 
Aucun acte de violence
 
Aurore Martin est membre du parti indépendantiste Batasuna, parti légal en France, mais illégal en Espagne, car les malades sécuritaires espagnols le considèrent comme lié à l’ETA. En France, Batasuna présente des candidats aux élections locales.
 
La faute d'Aurore ?
 
Elle a participé à deux réunions publiques de Batasuna en 2006 et 2007, à Pampelune, en Espagne. C’est ça et c’est tout. Voilà la prise de ces accros à la répression que sont Valls et Hollande: une Française, membre d’un parti légal en France, a participé à deux réunions de ce parti, illégal en Espagne. Pour cela, elle risque 12 ans de prison. (...)
 
Cette bouse de mandat d’arrêt européen
L’Espagne, le 13 octobre 2010, a demandé à la France l’extradition d’Aurore... qui est française. Cela aurait dû suffire à planter l’affaire, mais ici entre en jeu cette bouse de mandat d’arrêt européen (MAE).
Le MAE est le signe de la déliquescence européenne: l’ordre remplace la loi, pendant que les politiques se murgent à la buvette. Les politiques se sont couchés devant les justiciers ignorants.
 
Le MAE a été adopté en 2002 au prétexte de lutter contre la criminalité transfrontalière, grand sujet de consensus chez les blaireaux. Avec le MAE, on supprime les procédures d'extradition entre les États membres de l'Union européenne, vu la confiance amoureuse existant entre États européens, et on s’aime tellement qu’on permet l’extradition par un État de ses propres nationaux. Et la CEDH, lamentablement, se couche.
 
Comme si ça ne suffisait pas, le législateur a adopté la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004, qui inclut dans le Code de procédure pénale cet article 695-23, pourri jusqu'à la moelle. 
 
D’abord le principe: "L'exécution d'un mandat d'arrêt européen est également refusée si le fait faisant l'objet dudit mandat d'arrêt ne constitue pas une infraction au regard de la loi française."
 
Puis l’exception qui ruine le principe: "Par dérogation au premier alinéa, un mandat d'arrêt européen est exécuté sans contrôle de la double incrimination des faits reprochés lorsque les agissements considérés sont, aux termes de la loi de l'Etat membre d'émission, punis d'une peine privative de liberté d'une durée égale ou supérieure à trois ans d'emprisonnement ou d'une mesure de sûreté privative de liberté d'une durée similaire et entrent dans l'une des catégories d'infractions suivantes:
- participation à une organisation criminelle ;
- terrorisme […]."
 
Bref : il suffit qu’un juge espagnol écrive "terroriste" sous votre nom pour que tous les États européens se mettent à vous courser, en s’interdisant de vérifier si vous avez un lien quelconque avec le terrorisme.
 
Ne rigolez pas: c’est exactement le même projet (rédigé par Guéant et Sarko) que Valls et Hollande veulent faire voter pour remonter les filières "terroristes" islamistes.
 
Un traquenard pour livrer Aurore aux prisons espagnoles
 
Aurore a tenté tous les recours, mais le texte sur le MAE, agrémenté de l’article 695-23 est un mur, et les juges n’ont pu que constater l’existence de ce mur. La CEDH aurait pu renverser la table, mais elle reste un bébé devant la politique.
Elle ne se cachait pas. Elle avait réuni autour d’elle de nombreux soutiens, et pour cause: c’est une simple militante d’un parti légal ! Elle a toujours assumé son militantisme, expliquant qu’au sein de Batasuna, elle participait à un processus de paix au Pays basque: "Pour moi, chaque jour dehors est un jour où je peux travailler, un bonus."
Aurore a été interpellée jeudi lors d'un contrôle routier "fortuit" à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). Fortuit ?...
 
Jean-François Lefort, l’un des responsables de Batasuna à Bayonne, décrit un traquenard: "Nous réfutons la thèse d’un contrôle fortuit: au moment où Aurore Martin a été arrêtée, il y avait un important peloton de gendarmerie à un autre endroit où elle aurait pu passer."
 
Valls, gros venin, gros malin
Quatre jours plus tôt, Valls avait donné une interview à El Pais, affirmant que l’ETA était toujours l’ennemi et qu'il n'y aurait pas de Pays basque français dans la prochaine loi de décentralisation, alors que cette question était bien avancée. Avant-hier, Valls a fait arrêter Mohammed Hammami, iman de la Mosquée Omar, décrit aujourd’hui comme une abomination intégriste... alors qu’il est responsable du mouvement Tabligh, autorisé à participer sous le contrôle du ministre de l’Intérieur Sarkozy aux élections au CFCM. Son fils est trésorier du CFCM. Mohammed Hammami est âgé de 77 ans, et le 15 mai, la commission des expulsions avait rendu un avis défavorable à son expulsion. 
Mais Valls a un discours à tenir, et les décérébrés du PS l’ovationnent, lui permettant de rêver au poste occupé par Ayrault, alors ce n’est pas la loi qui va le limiter…
Même chose pour Aurore, mais cette fois-ci le consensus est pour la victime de Valls. Tout le monde s’oppose à l’extradition d’Aurore. 
 
Les réactions politiques 
 
Le PS de Désir d’amour fait le canard, et ça ne surprend personne. 
 
Mais pour le reste, c’est très intéressant.
 
Max Brisson, conseiller général UMP: "Cet événement est un nouveau signal préoccupant pour tous ceux qui œuvrent pour un Pays basque apaisé et le vivre-ensemble. La société civile du Pays basque et bon nombre d'élus ont dit combien ils pensaient que ce mandat d'arrêt était disproportionné par rapport aux faits reprochés à Aurore Martin."
 
Jean-Jacques Lasserre, sénateur MoDem: "Je suis choqué de voir de quelle façon ce gouvernement utilise des méthodes extrêmement brutales pour traiter des problèmes délicats."
 
Trois parlementaires PS, seize élus socialistes et républicains, par un communiqué commun: "Nous sommes consternés." Ils condamnent l'application du mandat d'arrêt européen et réclament le "retour immédiat sur le territoire français" d’Aurore et ajoutent: "Nous rappelons que les faits visés par l'Espagne ne sont pas répréhensibles en France: appartenance à un parti politique légal en France et participation à des manifestations publiques."
 
Kotte Ecenarro (PS), vice-président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques: "Je déplore une situation ubuesque, incompréhensible en plein processus de paix. Ça tourne à la provocation de la part des gouvernements français et espagnol."
 
Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF des Pyrénées-Atlantiques: "Le gouvernement Ayrault vient d'écrire une page déshonorante pour notre pays. Il est insupportable et indigne qu’une ressortissante française, militante d’un parti autorisé en France, soit extradée pour des faits non punissables dans notre pays."
 
EELV Pays basque: "Alors que les élus de tous bords et la société civile s'allient à la fois pour travailler à l'avenir du territoire et pour rendre pérenne la paix rendue possible par le dépôt des armes d'ETA, M. Valls semble vouloir créer la discorde en entretenant sciemment l'amalgame et la confusion."
 
Noël Mamère: "Le ministre de l’Intérieur prend le risque de rallumer le feu. Il est en train de mettre en péril le processus de paix qui est engagé au Pays basque, alors même que l'ETA a annoncé en 2011 qu'elle déposait les armes. M. Valls joue un jeu extrêmement dangereux dans le but de soigner son image de ministre de l'Intérieur intransigeant."
 
Le Parti de Gauche: "Là où en 2011, Guéant et Sarkozy avaient reculé devant la mobilisation des nombreux soutiens de gauche comme de droite de la militante politique, Valls et Hollande n'ont pas hésité à bafouer les libertés d'opinion et d'expression reconnues par notre constitution et trahissent honteusement les principes fondateurs de la gauche."
 
Anita Lopepe, membre de la coalition basque EH Bai: "Valls s’aligne sur le Partido Popular, c’est un simple relais de Madrid à Paris."
 
Le Comité de défense des droits de l’Homme Pays basque rappelle: "François Hollande lui-même avait apporté son soutien à la jeune Aurore quand il était candidat."
 
* * *
 
La décision de Valls et Hollande est claire : ils ont extradé une Française qui n’a commis aucune infraction au regard du droit français, pour jouer aux chefs de guerre contre le terrorisme..."
Publicité
Publicité
Commentaires
É
Pathétique défense des illuminés de l'islam au passage. L'islam, secte qui célèbre la haine des femmes et de l'intelligence.<br /> <br /> Et tout ça entre deux photos de "hotties reading" !<br /> <br /> Les contradictions des gauchistes valent celles de la société du spectacle.
Répondre
D
Aurore Martin sur cette photo ressemble à notre Bulle Ogier du temps de Tanner. Dorothee
Répondre
H
Hollande promet de lutter contre toutes les discriminations ( discours lors de la célébration de la tuerie de Toulouse par Merad) , il veut une justice indépendante du pouvoir politique , Il se réfère certainement aux principes des droits de l'homme et du citoyen :droits de manifester sa pensée ses opinions, protection accordée par la société à chacun de ses membres.. principes fondateurs de nos démocraties normallement . Or en livrant la jeune femme à l Etat espagnol ,il bafoue ces principes .<br /> <br /> <br /> <br /> Il faut rappeler à M Hollande que parler en politique ne consiste pas à rivaliser avec des slogans publicitaires . Si c'est le cas , il est vrai qu'il est doué , car peu importe après si ce qu'il a à offrir est à la hauteur de l'ambition du message. Crois t il que la politique des droits ce n'est qu'un rêve?<br /> <br /> <br /> <br /> Si on n'y prends garde c'est une Europe policière que l'ont construits .<br /> <br /> Le Changement oui , la gauche socialo vire à droite <br /> <br /> maryline
Répondre
L
"Les politiques se sont couchés devant les justiciers ignorants." --> En réalité, c'est l'inverse. L' "espace judiciaire européen" (= le rapprochement et l'harmonisation des droits et des systèmes judiciaires, ainsi que la coopération entre la justice des différents pays de l'Union) est une des politiques mises en oeuvre par l'UE. Or, qui siège à la Commission et au Parlement Européen, si ce ne sont nos "représentants" nationaux, nos "politiques", précisément...?
Répondre
Publicité