« Attendu que la mauvaise gestion des intérêts pécuniaires de l’AFGES* reprochées aux défendeurs résulte d’une façon évidente du fait, par eux non contesté, qu’ils ont fait imprimer et distribuer aux frais de l’AFGES, 10000 brochures qui ont coûté près de 5000 F, et autres publications antérieurement, d’inspiration "Internationale situationniste" [...] Qu’il suffit en effet de lire ces publications dont les défendeurs sont les auteurs, pour constater que ces cinq étudiants à peine sortis de l’adolescence, sans aucune expérience, le cerveau encombré de théories philosophiques, sociales, politiques et éonomiques mal digérées, et ne sachant comment dissiper leur morne ennui quotidien émettent la vaine, orgueilleuse et dérisoire prétention de porter des jugements définitifs et bassement injurieux sur leurs condisciples, leurs professeurs, Dieu, les religions, le clergé, les gouvernements et les systèmes politiques et sociaux du monde entier; puis rejetant toute morale et toute entrave légale, vont cyniquement jusqu’à prôner le vol, la destruction des études, la suppression du travail, la subversion totale et la révolution mondiale prolétarienne sans retour possible pour "jouir sans entrave"... »

[Extrait de l’ordonnance de référé rendue le 13 décembre 1966
par le tribunal de grande instance de Strasbourg.]

*Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg

misère strasbourg