Mes films et séries préférées de l’année 2012 et autres.

bideau

Une série française, c’est suffisamment rare pour être noté, Ainsi soient-ils, sur Arte. C’est cinq garçons qui viennent faire leurs classes pour entrer au séminaire. C’est très juste, très bien écrit, interprété, mis en scène, avec Jean-Luc Bideau qui tient bon la rampe depuis La Salamandre des années soixante-dix. Le genre de réussite qui va faire chier les ayatollahs de la laïcité.

the wire

Une série américaine mythique mais que je n’avais jamais vue, The Wire, écrite notamment par George Pelecanos et dont j’ai acheté en DVD la saison 1. On comprend comment elle a inspiré toutes les séries qui sont venues après. J’aime beaucoup le comédien qui joue le personnage principal, Dominic West.

soldat-dieu

Grâce à Charles Tatum, j’ai fait connaissance avec Wakamatsu, dont j’ignorais même l’existence. J’ai regardé Le Soldat-dieu, c’est impressionnant. Formellement, c’est très japonais, avec beaucoup de plans fixes mais le contenu est très fort. Je m’en suis procuré un autre, avec le mot piscine dans le titre.

the yards

The Yards. Je l’ai revu, pour confirmer que James Gray est vraiment un grand cinéaste.

de rouille et d'os

Parmi les films français de l’année: celui d’Audiard, De rouille et d’os. Je n’avais pas trop aimé Le Prophète, dont l’idéologie me semblait douteuse, mais je trouve qu’Audiard se rattrape dans son dernier film. Il y a bizarrement une sorte d’analogie avec celui de Wakamatsu, il s’agit dans les deux cas d’un personnage amputé des jambes.

quelques-heures-de-printemps

Quelques heures de printemps, de Stéphane Brizé. J’aime beaucoup ce cinéaste, qui avait fait Je ne suis pas venu pour être aimé et Mademoiselle Chambon. Il traite des sujets qui pourraient être des sujets de téléfilms mais là où les types de la télé en auraient fait des tonnes dans la sentimentalité et le mélo, il sait rester dans le off et le non-dit et c’est évidemment beaucoup plus fort.

~

C’est tout, et ce n’est pas beaucoup mais je trouve qu’en 2012, on a gâché beaucoup de pellicule.