« Suis resté couché. Impossible d'aller, dans mon état, à la remise du prix littéraire Yomiuri, décerné ce soir à Maître Satomi. »

[Yasujiro Ozu, 28 janvier 1956, Carnets 1933-1963,
Alive, traduction de Josiane Pinon-Kawatake]