hors satan

Cannes, présentation de Hors Satan : David Dewaele, Bruno Dumont, Alexandra Lematre

~

Extraits d'un entretien avec Bruno Dumont,
intitulé « On a besoin de sensibilité pour ne pas taper sur son voisin.
Il n'y a que l'art pour ça »
,
et recueilli par Isabelle Regnier (Le Monde, 18/10/2011),
sur Hors Satan.

à propos de David Dewaele

[ merci Ph!l ]

~

 Qui est ce "gars" qui porte tout le film sur ses épaules ? D'où vient-il ?

C'est sûrement une parcelle de moi. Le film est né de l'attachement que je lui porte. J'aime beaucoup travailler avec lui. C'est un gars du Nord. Il a un visage adéquat avec les paysages dans lesquels on va, une nature qui peut être très violente. Il est très sensible.

Vous parlez de l'acteur, David Dewaele ?

Oui, mais de moi aussi. C'est pareil. Je travaille avec lui parce qu'il me touche. Il est très proche d'un noyau que j'ai et il l'incarne à sa façon. Je sais qu'avec lui, j'arrive à faire une histoire. Parce qu'il est ambivalent. Il contient une très grande amplitude de contraires, de virilité et de sensibilité. C'est un mec, quoi.

Après Flandres et Hadewijch, c'est la troisième fois que vous tournez ensemble. Il a joué dans d'autres films ?

Non. Les gens avec qui je travaille ne tournent pas par ailleurs. Cela ne les intéresse pas. C'est moi qui dois toujours faire l'effort, qui dois aller les chercher. Et du coup, ils aiment bien.

Comment vous l'avez trouvé ?

Dans une agence pour l'emploi. Il cherchait du travail, je lui en ai proposé. Je suis un employeur après tout. Il m'a parlé de sa vie, comme pour un entretien d'embauche. J'ai fait des essais ensuite, il était bien.

Vous donnez un scénario à vos acteurs ?

Du tout. On ne travaille pas. Les prises servent à répéter. Je dis "action !" et je suis assez surpris de ce qu'il fait. Il y a une fatalité de mes acteurs. C'est important moralement. Ils ne sont justes que s'ils sont vrais. S'ils sonnent faux, c'est qu'il y a un problème dans le scénario, ou dans les indications que je leur donne.