Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 411 236
Newsletter
Derniers commentaires
21 août 2013

Benjamin le capitalisme et la marche à pied

En exergue du nouveau livre de Yannick Haenel, une phrase de Benjamin.

« Vaincre le capitalisme par la marche à pied. »

[Les renards pâles, Gallimard, L'infini, 2013. Ouvrage que je recommande à ceux et ceusses qui trouveraient encore le temps, entre orgie de sorbets sur la plage, fessebouqueries chronophages et achats de cartables-et-plumiers au Leclerc du coin, de se livrer à une activité aussi futile que la lecture. Au tarif 2013, Les renards pâles coûte l'équivalent de deux paquets de cigarettes et demi.]

Déjà, dans une chronique publiée par Libération en janvier 2010, Haenel écrivait ça :

 

 

Corps insurrectionnels

On marche toute la journée, B. et moi, dans les rues de notre arrondissement, le XXe, l’ancien arrondissement révolutionnaire, entre Belleville et Bagnolet. Les guerres civiles sont-elles mortes? Où est passé ce qu’on nomme "politique"? Qu’est-ce qui est aujourd’hui révolutionnaire? Une fidélité à l’intraitable. Ça a lieu dans les visages et les gestes. Il existe ainsi des corps insurrectionnels: des corps qui sont à la hauteur de ce qui les enflamme et les soulève, des corps qui enflamment et soulèvent les corps qu’ils rencontrent. Je me récite en souriant la phrase de Walter Benjamin: "Vaincre le capitalisme par la marche à pied." »

Ce post est dûment dédié à Patrick Leboutte et aux siens.

yannick haenel

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité