Sylvia et Renoir

Tournage de Partie de campagne

voir aussi ici

sylvia partie de

« Renoir, qui voit dans la nouvelle de Maupassant "des choses qui iraient bien avec la voix de Sylvia" et qui avait déjà imaginé la faire tourner dans un film en costumes, lui dit ce passage à propos du personnage d’Henriette: "C’était une belle fille de dix-huit à vingt ans ; une de ces femmes dont la rencontre dans la rue vous fouette d’un désir subit, et vous laisse jusqu’à la nuit une inquiétude vague et un soulèvement des sens. Grande, mince de taille et large des hanches, elle avait la peau très brune, les yeux très grands, les cheveux très noirs." Ce portrait apparaît à Sylvia, qui représente aussi bien l’éternelle jeune fille, avec sa minceur de garçon et son visage rieur d’enfant, que la figure type de la femme des années trente, à la fois soumise à son destin de servitude et rebelle à sa condition, comme une évidence.

Henriette est cette jeune personne qui, au contact de la nature, s’éveille au désir et se laisse aller à vivre une aventure aussi forte que furtive avec Henri, un canotier. À peine consommée, cette liaison sans lendemain laisse à Henriette un souvenir d’autant plus amer que la jeune fille est promise au pitoyable commis de son père. Des années après, alors qu’elle est mariée et qu’une multitude de "dimanches tristes comme des lundis" ont passé, elle recroise Henri à l’endroit de leur étreinte. Quand elle lui avoue dans un sanglot: "Moi, j’y pense tous les soirs", elle exprime, en quelques mots aussi abrupts qu’effroyables, le sentiment d’un amour déçu, suivi d’une vie gâchée. »

Angie David, Sylvia Bataille, Léo Scheer, 2013

sylvia bataille