Louis Skorecki n'aime plus le cinéma, dit-il, ce qui ne l'empêche pas de faire des films inoubliables de drôlerie et de tendresse. Cet après-midi, par exemple, Emmanuel Burdeau nous a montré, en la présence du critique-réalisateur, Skorecki devient producteur. Cette projection valait à elle seule le déplacement en Vendée ( CLIC ). Demain, avant la clôture du festival, Mati Diop viendra présenter Mille Soleils, et nous penserons à Ph!l.

sdp