pussy riot contre les milices cosaques

« Deux chanteuses du groupe Pussy Riot disent avoir été agressées à coups de fouet, mercredi 19 février, par des Cosaques supplétifs des forces de sécurité russes qui patrouillaient dans Sotchi. « Des Cosaques nous ont attaquées, battues avec des fouets et aspergées avec des gaz lacrymogènes », a écrit Nadejda Tolokonnikova sur Twitter. Des photos de l'incident montrent un Cosaque en uniforme frappant les jeunes femmes. Une autre montre un manifestant au visage ensanglanté. Nadejda Tolokonnikova et Maria Aliokhina, libérées en décembre 2013, avaient été condamnées à deux ans de prison pour avoir chanté une prière punk contre Vladimir Poutine en février 2012. Mardi 18 février à Sotchi, elles avaient été interpellées et accusées de vol avant d'être relâchées. » [un journal proche de tous les pouvoirs, droit dans ses brodequins du moment qu'on ne boycotte pas les JO]

pussy riot et les cosaques

20h00. Nouvelle version de l'article du même canard sur le même sujet. Le stagiaire de service à Sotchi a dû, entre-temps, visionner les images du Telegraph. [Et puisqu'on a le coeur à la rigolade, on retiendra que les Cosaques sont "composés en majorité d'hommes".]

« Six membres du groupe punk contestataire Pussy Riot ont été violemment prises à partie par des Cosaques, mercredi 19 février à Sotchi, en Russie. Alors qu'elles tentaient d'entamer une chanson à proximité du port, les activistes ont été aspergées de gaz lacrymogène et frappées à coups de fouet et de bâton. La veille, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, les deux membres les plus médiatiques du groupe, avaient été relâchées après une interpellation. Composés en majorité d'hommes en tenue folklorique et aux idées très patriotiques, les Cosaques sont venus grossir les rangs des dizaines de milliers de militaires et policiers en charge de la sécurité des Jeux. »