L'acteur Houellebecq est aussi creux et aussi pompeux que le romancier du même nom.
Que maints magazines et journaux consacrent encore leur une à cet imposteur et en fassent explicitement le porte-parole d'une génération (?) est un épais mystère.
Que Delépine (de ch'val) et Kervern, qu'on a connus moins retors, foutent en l'air un an de leur vie (et une heure et demie de la nôtre) en lui offrant un film tout entier pour déclamer ses inepties, c'est de la métaphysique.
Pour notre part, nous en resterons à Mammuth

 

mammuth