Communiqué des LilithS

~

qui ont enfrité (mayo) lundi le premier ministre Michel, ce libéral belge aux mains sales
qui gouverne avec l'extrême droite la plus nauséabonde

(il convient de ne PAS les appeler ex-Femen - je m'adresse aux chroniqueurs plus ou moins bien intentionnés,
ces champions de la simplification et de la confusion)

~

mayo

Ce lundi 22 décembre 2014, à 13h00, en cette période de dindes amaigries, les LilithS ont chassé à coup de frites Charles Michel, premier ministre du royaume de Belgique.
Celui-ci tenait une conférence privée, où il exposait son programme politique et économique devant un parterre de grands patrons et de financiers wallons. Trois LilithS lui ont lancé des frites au visage et l’ont aspergé de mayonnaise en criant “DEHORS L’AUSTERITÉ ! MICHEL DÉGAGE !”
Sur leurs tee-shirts étaient inscrits les slogans suivants : “Quel social sur vos frites ?”, “Michel Dégage !”
Le modèle social est détruit au nom d’une compétitivité absurde qui laisse le bien-être de la population à la porte des ministères. Au peuple belge on ne laisse que les frites sauce austérité. C’est pourquoi nous jetons à leur visage le symbole d’une Belgique qu’ils démantèlent.

La Belgique se portait mieux sans gouvernement. Michel dégage! Nous avons pu lire le communiqué du cercle Wallon annonçant cet évènement, En voici un extrait scandaleux :
"Le premier [ministre] défendra deux jours après un 15 decembre animé son programme de gouvernement. Si de nombreuses mesures projetées sont bien accueillies par le monde économique, elles génèrent une inquiétude populaire entretenue par des préjugés qui peinent à masquer les véritables intérêts de ceux qui les distillent." Ces phrases nous donnent la mesure du mépris avec lequel les élites considèrent les revendications du peuple: une journée nationale de grève devient une journée “animée”, la population, un pantin manipulable. Cette “inquiétude populaire” comme vous dites, c’est la colère d’une population qui voit son avenir bafoué au nom de mesures qui peinent à masquer les interêts de quelques-uns, les vôtres! Le peuple descend dans la rue avec sa conscience politique, et vous pouvez la craindre car nos idées sont aiguisées. Nous ne tolèrons pas vos coupes budgétaires, votre politique d’immigration, votre criminalisation des pauvres, votre société sécuritaire. Nous voulons nous attaquer à ce qui gangrène réellement nos sociétés: la spéculation, la dérégulation de l’économie, l’évasion fiscale. La prétendue fraude doit changer de camp, elle n’est certainement pas sociale! Ce gouvernement fascisant ne laisse au peuple d’autres choix que de déployer ses multiples outils: de la grève à l’action directe, des assemblées populaires aux débats démocratiques, nous ne vous laisserons pas nous précipiter dans la misère! Nous sommes multiples.

Nous surgirons de l’espace public dans vos sphères de pouvoir chaque fois que cela sera nécessaire. LilithS
 

liliths