Ayant été très occupé pour diverses raisons, je me suis assez peu rendu dans les salles l'année dernière. Néanmoins, je garde quelques souvenirs marquants de 2015

En premier lieu, deux immenses films que je n’arrive pas à départager :

Les Mille et une nuits Miguel Gomes_0

As Mil e Uma Noites [Les 1001 nuits], Miguel Gomes (Portugal-France, 2015)

Mia madre, Nani Moretti (Italie, 2015)

irrational man

Puis deux films interprétés par Joaquin Phoenix:
Inherent Vice, Paul Thomas Anderson (États-Unis, 2014)
et Irrational Man [L’Homme irrationnel], Woody Allen (États-Unis, 2015)

et deux délicieuses comédies à la française :

comme un avion

Comme un avion, Bruno Podalydès (France, 2015)
et son éloge libertaire du « pas de côté » et du refus de l’esclavage salarié,
et Caprice du toujours élégant Emmanuel Mouret (France, 2015)

~

Sinon, 2015 aura été une année japonaise pour moi puisque la meilleure reprise vue au cinéma fut

furyo

Merry Christmas Mr. Lawrence [Furyo], Nagisa Oshima (Royaume-Uni-Japon, 1983)

Le meilleur coffret DVD :

Nagisa Oshima chez Carlotta Films

Sans oublier les trois grands films d’Imamura édités par Elephant Films :

imamura

Buta to gunkan [Cochons et cuirassés, 1961],
Nippon konchuki [La Femme insecte, 1963]
et Erogotoshitachi yori jinruigaku nyumon [Le Pornographe, 1966]

Out-1feat

et le génial film-fleuve de Jacques Rivette, Out One (1971)

~

Enfin, 2015 fut pour moi l’occasion de découvrir enfin deux grands classiques :

passion jlg

Passion de Jean-Luc Godard (1982)
et Jamaica Inn [La Taverne de la Jamaïque] d’Alfred Hitchcock (1939)

et de lire trois superbes ouvrages relatifs au cinéma

Jacques Thorens, Le Brady, cinéma des damnés (Verticales, 368 p.)

Alain Petit, Jess Franco, les prospérités du bis (Artus Films, 750 p.)

Sébastien Gayraud, Joe d’Amato, le réalisateur fantôme (Artus Films, 368 p.)

joe-d-amato-le-realisateur-fantome