[récupéré sur la page FB de Verticales, relayé par Jean-Louis Comolli]

bhl debord 1

"""Hors actualité littéraire, on vous laisse méditer ce petit cliché archi-contemporain. Le 4 août 2013, Bernard-Henri Lévy conviait, à la fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence, le premier ministre et son épouse pour visiter l'exposition dont il était le bien-nommé "commissaire". Parmi les œuvres illustrant ces «Aventures de la vérité - peinture et philosophie» (sic), deux tableaux de Guy Debord datant de 1963.

"""En ce 4 août donc — soit deux siècles après l'abolition des privilèges —, la jet-set politico-intello-gogo fêtait le dépassement de toute subversion par le fétichisme arty et le sacre obscène de l'aliénation socialo-libérale. Quant au pape des situationnistes ainsi profané dans sa tombe, il n'a eu que ce qu'il méritait, une récupération posthume pour laquelle il a tant œuvré dans les vingt dernières années de sa trop légendaire existence."""

***

"""Encore une photo du même "commissaire" et bonimenteur multi-cartes faces à deux "Directives" de feu l'avant-gardiste Debord, celui qu'un de ses anciens compagnons de dérive psycho-géographique avait baptisé le "Sacha Guitry de la Révolution"."""

bhl debord 2

[les commentaires ci-dessus sont de la rédaction de Verticales]

***

NB. "Parmi les soiffards qui fréquentaient les mêmes bistrots que Guy Debord au cours des années 60, l'un d'eux, futur écrivain de peu de postérité, m'a confié par la suite l'avoir alors secrètement baptisé "le Sacha Guitry de la révolution"." (Souviens-moi, Yves Pagès, 2014)