29 octobre 2016

Incadrage : Wilder, Eastwood

Ace in the Hole (Wilder, 1951) in Jersey Boys (Eastwood, 2014) envoi Ph!l
Posté par charles tatum à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

24 octobre 2016

Kilroy Was Here

pour rire
Posté par charles tatum à 17:39 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 octobre 2016

Adonis, deux mots sur le poète et le critique

« La poésie, de nos jours, s’expose à un danger qui ne vient pas d’elle mais de la parole qui s’y réfère. [...] Le lecteur ne lit plus le poème, il lit le poète, ses préférences, ses inclinations. Il lit ce qu’on lui déclare du poète et de la poésie. Le poète est devenu pour le critique un moyen d’affirmer ses options, d’exposer ses théories, non de donner accès au poème en tant que tel. Il s’agit là d’une critique qui déchiffre la poésie par le truchement du monde. La véritable critique est tout le contraire, elle dévoile le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 02:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 octobre 2016

Pour l'amour du cinéma [Emile Breton sur "Le Cancre"]

"Faire un film, n’est-ce pas faire l’amour ?" [Emile Breton, L'Huma, 5 octobre 2016) Soit quelques saisons (avril 2007-­octobre 2015) dans la vie d’un vieil homme retiré sur ses terres, au Plan-de-la-Tour, au bord de la Méditerranée. Chacune des séquences rythmant sa vie aux côtés de son fils Laurent, proche de la quarantaine, est en effet datée d’un jour précis. La précision n’était pas obligatoire. Elle a donc un sens: celui, peut-on supposer, de marquer à quel point, dans un âge avancé, on sait combien chaque jour... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
06 octobre 2016

Panorama de l'énucléation

L'art cinématographique de l'énucléation [Jean-François Rauger, in Le Monde] Le nouveau film de Tim Burton, Miss ­Peregrine et les enfants particuliers, met en scène des monstres dont l’obsession est de dévorer les yeux des enfants qu’ils parviennent à capturer. Sans doute peut-on imaginer qu’une des origines possibles de cette idée se trouve dans un des contes d’Hoffmann, L’Homme au sable, conte qui fut lui-même évoqué par Freud lorsqu’il développa sa théorie de l’unheimlich (souvent traduit par "inquiétante étrangeté"). L’homme au... [Lire la suite]