Laurent Dubreuil, La dictature des identités, Gallimard/le débat 2019

« Bienvenue dans le monde de la politique d’identité [identity politics], qui est en passe de devenir notre horizon commun. Selon la bonne nouvelle identitaire répandue chaque seconde par le brouhaha de la communication et le babil des "réseaux sociaux", nous agissons, vivons et pensons en tant que catégories, au besoin croisées (par exemple homme blanc juif LGTBQIA) et volontiers blessées. Comme le révèle son expérience américaine et préfiguratrice, qui diffuse à partir du foyer des universités, la politique d’identité conforte l’avènement d’un despotisme démocratisé, où le pouvoir autoritaire n’est plus entre les seules mains du tyran, du parti ou de l’État, mais à la portée d’êtres manufacturés et interconnectés que traversent des types de désirs totalitaires. Cet ordre mondialisé est une dictature moralisatrice qui distribue les prébendes en fonction du meme, qui remplace le dialogue par le soliloque plaintif et la vocifération, qui interdit, qui censure l’inattendu – dont les arts – au nom du déjà-dit et des comme-nous. Malgré son succès grandissant une telle enreprise peut encore être défaite, à condition, du moins, d’en vouloir comprendre les manifestations contemporaines. »

G02896