Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 401 874
Newsletter
Derniers commentaires
16 mai 2019

Un peu de lecture, pour mourir moins sot

« Les prophètes du mensonge décrypte les techniques de persuasion et les motifs psychologiques de l’agitation fasciste des années 1940 aux États-Unis. [...] Les auteurs dégagent les thèmes récurrents, schème argumentatifs et procédés rhétoriques de cette démagogie pour en révéler le sens implicite et, surtout, la signification politique. L’ouvrage montre comment le malaise social engendré par les sociétés capitalistes modernes est exploité pour enflammer les esprits, détourner les émotions vers des "ennemis" (l'Autre, le Juif, les Rouges), cibles faciles d’un discours de haine. [...] Diagnostic cru sur le devenir de la démocratie, Les prophètes du mensonge démonte les procédés qui étouffent les capacités de jugement et la capacité réflexive. Un manuel de résistance intellectuelle et politique contre la séduction des discours fascistes, d’une brûlante actualité. » [Note de l’éditeur]

prophètesdumensonge

Voici une édition française de salubrité publique, soixante-dix ans après la sortie initiale de ce brûlot signé de deux « petits écoliers de Francfort » [comme dirait Noël Godin] et camarades d’Henri Lefebvre. Traduction de Vincent Platini et Émilie Martini. Préfaces de Max Horkheimer (1949) et de Herbert Marcuse (1969). Même s’il est exclu, n'est-ce pas, de comparer notre belle époque aux années trente et quarante, il est clair que le texte et le diagnostic qu’il induit n’ont pas vieilli d’un poil. Leo Löwenthal et Norbert Guterman, Les prophètes du mensonge. Étude sur l’agitation fasciste aux États-Unis. La découverte, « Théorie critique », 2019.

Commentaires