28 novembre 2009

Lectures pour tous : Jean-Bernard Pouy

« Peu à peu, il revint près du quartier du Petit-Maroc. Sous la façade vieillotte d'une ancienne usine, sur un étal en plein vent, de jeunes pêcheurs vendaient des huitres très vertes qu'ils servaient avec un petit verre de vin blanc acide. Yorgos les trouva délicieuses. C'était une fracture dans son malheur diffus, cette fraîcheur coulant dans le palais. [...] « Il s'enfonça dans le petit bourg de Penhoet, en bout de port, très près des Chantiers, longeant une cale vide de paquebot, avec ses plots, au fond, comme des bubons... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 novembre 2009

Lectures pour tous : Alain Badiou

« L'amour sécuritaire, comme tout ce dont la norme est la sécurité, c'est l'absence de risques pour celui qui a une bonne assurance, une bonne armée, une bonne police, une bonne psychologie de la jouissance personnelle, et tout le risque pour celui en face de qui il se trouve. Vous avez remarqué que partout on vous explique que les choses se font "pour votre confort et votre sécurité", depuis les trous dans le trottoir jusqu'aux contrôles de police dans les couloirs du métro. Nous avons là les deux ennemis de l'amour, au... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
01 octobre 2009

Lectures pour tous : Pierre Dac

Après Pierre Dac 1 Et Pierre Dac 2 Lisez Pierre Dac 3 Évariste Malfroquet est bien plus marrant que Michel Onfray(qui n'a jamais lu Mordicus d'Athènes, c'est sûr) DU CÔTÉ D'AILLEURS ET DE PARTOUT ROMANS LOUFOQUESPIERRE DAC Les Pédicures de l'âme  - Du côté d'ailleurs  - La Vie rêvée d'Evariste Malfroquet  ;  Le Disparu de la huche à pain ; Le Trésor de Lessiveuse Bill ;  Les Gars de la 14e Escouade - Et un inédit : Du côté de partout Suivez l'enquête des reporters... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 23:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 septembre 2009

Elinor Glyn, grande prêtresse

Elinor Glyn (1864-1943) ~ Would you like to sin   With Elinor Glyn   On a tiger skin   Or would you prefer   To err with her   On some other fur ? [Je ne vous infligerai pas une traduction mirlitonesque incapable de restituer la beauté allusive et très marrante de ce sixtain. Si vous ne jactez pas la langue de Martin Amis, débrouillez-vous, faites-le vous lire à haute voix.] ~ J'apprends qu'Elinor Glyn est morte un 23 septembre. Excellente raison d'avoir une pensée... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
11 septembre 2009

Lectures pour tous : Jacques Sternberg

Pour Élise, encore Les morts « Là-bas, sur Nécraulis, la lugubre planète de la Galaxie maudite, les créatures vivent sous le sol, parmi les larves et la moisissures. Ils ressemblent comme des frères à nos squelettes. Et quand ils meurent, on les rejette à la surface du sol où, après quelques années, ils se métamorphosent dans la mort, s'engrossent de mauvaise chair, de graisse, et dans leurs visages livides viennent alors se greffer des traits qui rappellent étrangement les nôtres. » Jacques Sternberg, « Les morts » in... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 septembre 2009

Lectures pour tous : Christian Gailly

« Simon se sentait léger. Il avait trop mangé, cinq croissants au beurre, mais se sentait le cœur léger. Plein de choses agréables lui arrivaient qui ne lui étaient pas arrivées depuis très longtemps. Jouer du piano, boire de l'alcool, dormir à l'hôtel, sortir pas rasé à 11 heures un jour de juin, être à la mer, la voir, être aimé par un tas de gens comme hier soir, être aimé tout court, être amoureux et le croire, bref il avait rendez-vous. » Christian Gailly, Un soir au club, Minuit, 2001 (rééd. 2004, "Double" n°29) ... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

30 août 2009

Lectures pour tous : Jørn Riel

Ce qui manquait à Bandita Eliassen, c'était un homme. Depuis le début de son veuvage dix ans auparavant, une telle créature lui faisait cruellement défaut. Mais personne n'avait jamais vraiment eu le courage de jeter son dévolu sur Bandita, même si elle avait de l'argent au fond de son coffre, des moutons plein la montagne et une santé à toute épreuve. Parce que Bandita était célèbre pour sa langue acérée et la force prodigieuse de ses biceps. [...] On racontait qu'elle avait tué son mari, qu'elle l'avait tabassé à mort parce... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juillet 2009

Lectures pour tous : Michel Arbatz

« Bref, on allait bientôt franchir un nouveau degré dans l'échelle de la scatologie de combat. On apprit qu'une sauterie nocturne devait réunir le fleuron du patronat de la ville sur un bateau de plaisance qui parcourait les bords de l'Erdre. On créa la grande alliance de la paysannerie et de l'avant-garde révolutionnaire par le collectage de quelques centaines de kilos de fumier de vache soigneusement emballés dans des sacs d'engrais, chargés dans les coffres des voitures. Tout était minuté, on pensait à la prise du palais d'Hiver à... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 juillet 2009

Lectures pour tous : Humour

Humour À partir du français « humeur », les Anglais ont inventé humour. D'un « râleur », ils ont fait un homme d'esprit. La création du mot est conforme au mouvement de la chose même, l'humour est ce pas de côté libérateur qui permet de transformer une circonstance pénible en une prime de plaisir, un accablement en un instant de triomphe. Pénétrant un lundi à l'aube dans la cour de prison où est dressé l'échafaud qui l'attend, le condamné à mort a cette pensée: « La semaine commence mal ! » La victoire peut etre brève, l'humour... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 juillet 2009

Lectures pour tous : Arkadi et Guergui Vaïner

« Tu veux que je te l'arrache, ta dent ? Tu n'auras plus mal. [...] Avec ça », dis-je, en désignant la grosse pince qui lui servait à plomber ses armoires. Sans hésiter, elle s'assit sur une caisse de conserves de poisson, en écartant largement ses jambons, et dit d'un air lugubre: « Vas-y, on va pas y passer le réveillon... » Nous combattions comme des héros antiques. J'avais plongé ma main dans sa gueule, prenant appui avec mes coudes sur les boudins charnus de ses seins proéminents, elle meuglait et, lorsque, trouvant une... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,