07 décembre 2014

Lectures pour tous : Fernando Vallejo, et un film de Luis Ospina

« Le parc de Támesis était une succursale de l’abattoir et de l’enfer. À l’air libre et entouré d’une grille ancienne entre de grands arbres au milieu du parc, fonctionnait un bistrot avec un kiosque et des tables sous des parasols où l’on servait de l’eau-de-vie de canne. Du kiosque, un haut-parleur étourdissait nuit et jour le peuple avec ses rengaines. À l’extérieur de la grille, quatre rues avec autant de bistrots et le pavé couvert, sur un tapis de feuilles de bananier et d’ordures que nul balai humain n’avait balayé... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 octobre 2014

Lectures pour tous : Alice Roland et Marcel Duchamp

« Marilyn. Mais j’ai oublié de te raconter mon rêve. Mélissa. Oui, le rêve ? Marilyn. C’était le matin, très tôt. Le sex-show n’avait pas été détruit, il n’y avait ni grue, ni terrain vague, ni promoteurs immobiliers véreux. Il était juste devenu un champ. Un grand pré, en fait, et toi et moi on y élevait des petits ânes, tous très bien membrés. Mélissa. Oh, quel cauchemar ! Pour moi, je n’aime ni les animaux, ni le matin tôt. Marilyn. Un type est descendu du bus (il y avait toujours un arrêt à côté), très chic.... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
13 septembre 2014

Lectures pour tous : Alban Lefranc

« Il vous tend un verre (gin ? vodka ?) que vous refusez, qu’il porte à ses lèvres, repose dans le fouillis de la table basse surmontée d’un miroir. Le petit homme, le petit homme blessé, avec son costume sale, son humour fêlé, votre ami – que la justice a décidé d’abattre. Il sort de sa poche un article de presse, il vous jette un regard mauvais. Écoute ça. Tu ne connais pas ça toi, toi et ta bande de peinturleurs. Tu ne connaîtras jamais ce plaisir. C’est un extrait du réquisitoire du procureur de New York, Frank... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 septembre 2014

Lectures pour tous : Patrick Deville

« C’est jaunâtre et blanchâtre et tout parcouru de filaments, cette manière d’aligot que nous sommes, et de cela naît la pensée politique et parfois la poésie. Difficile de distinguer là-dedans l’épinière et la substantifique et la glande pinéale où Descartes voyait l’âme. Le grand bec métallique est entré profond de sept centimètres. Un hurlement terrible dit-on. Le vieil homme maîtrise son agresseur, exige que Joe Hansen déjà en train de le tabasser l’épargne pour qu’il parle, crie son amour pour Natalia et demande que Sieva ne... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 août 2014

Lectures pour tous : Alban Lefranc

« Le 22 mai 1967, le grand magasin bruxellois À l’Innovation est ravagé par un incendie accidentel. La vétusté du bâtiment, le non-respect des normes de sécurité, une série de défaillances humaines, tout concourt à un véritable carnage: on compte plus de trois cents victimes. Quelques jours plus tard, des étudiants berlinois issus de la Kommune 1 font circuler des tracts anonymes dans l’ancienne capitale du Reich devenue le poste avancé du monde libre. Kommune 1 ~ NOUVEAU !MODERNE !BIENTOT SUR VOS ECRANS !LES BELGES... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 juillet 2014

Lectures pour tous : Julien Gracq [et Dominique Noguez]

« Littérature : quelle folie d'investir le meilleur de soi-même dans un art dont le médium, la langue, en continuelle évolution, reste à la merci de l'usage qu'en feront, année après année, quelques dizaines de millions d'analphabètes. » Julien Gracq, Carnets du grand chemin, José Corti, 1992, p.284   [cité par Dominique Noguez in La véritable origine des plus beaux aphorismes, Payot, "Manuels", 2014]
Posté par charles tatum à 00:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juin 2014

Lectures pour tous : Tim Willocks

« "Tu adorais les chevaux. Et je dirais qu’ils t’aimaient, et je ne les en blâmerais pas. Tu as retrouvé ma fille dans la plus noire des nuits. Tu as mis Carla dans mes bras. Tu étais avec moi, tu es resté avec moi, tu m’as guidé, à travers le sang, la mort et le tonnerre, et tu n’as jamais flanché. Si nous ne nous étions pas rencontrés, tous les deux, tu aimerais toujours les chevaux. Mais même si cela me brise le cœur, je ne mentirai pas. Je ne souhaiterais pas qu’il en soit autrement. Je n’ai rien avec quoi je puisse... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 juin 2014

Lectures pour tous : Jean Genet

« Nommez donc, si votre âme est basse, inconscience le mouvement qui porte l’enfant de quinze ans au délit ou au crime, moi je le nomme d’un autre nom. Car il faut un fier toupet, un beau courage, pour s’opposer à une société aussi forte, aux institutions les plus sévères, à des lois protégées par une police dont la force est autant dans la crainte fabuleuse, mythologique, informe qu’elle installe dans l’âme des enfants, que dans son organisation. Ce qui les conduit au crime, c’est le sentiment romanesque, c’est-à-dire la... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 01:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 mars 2014

Lectures pour tous : Tim Willocks

« Vendredi 18 mai 1565. Baie de Kalkara, le Borgo, Malte. « Le massacre des chiens avait pris trois jours. Aujourd’hui c’était le quatrième. Leur extermination avait été décidée par le grand maître La Valette. Lors du siège de Rhodes, disait-on, La Valette avait vu le peuple manger des chiens et des rats. Pire, les chiens avaient mangé les cadavres des massacrés. Il avait donc décrété qu’à Malte la mort viendrait pour tous avant qu’une telle dégradation ne soit tolérée. Orlandu avait aussi entendu que, entre tous les... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
08 mars 2014

Lectures pour tous : John Ross Macdonald

« Elle était là, à attendre, devant la porte de mon bureau. C’était une femme trapue, plus petite que la moyenne, vêtue d’un pull à col roulé bleu sous une veste de tailleur bleue informe, et d’une étole de vison bleue qui tentait d’adoucir la silhouette mais n’y parvenait pas. Son visage carré et bronzé en profondeur lui donnait une allure garçonne que confirmaient ses cheveux brun sombre coupés court sur la nuque. Ce n’était pas le genre de femme que l’on s’attendait à voir fraîche et dispose à huit heures et demie du matin,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,