04 novembre 2013

Lectures pour tous : Stig Dagerman

Le poète anarchiste suédois se suicida, à l'âge de 31 ans, le 4 novembre 1954 « [...] Par contre, il n’est pas en mon pouvoir de rester perpétuellement tourné vers la mer et de comparer sa liberté avec la mienne. Le moment arrivera où je devrai me retourner vers la terre et faire face aux organisateurs de l’oppression dont je suis victime. Ce que je serai alors contraint de reconnaître, c’est que l’homme a donné à sa vie des formes qui, au moins en apparence, sont plus fortes que lui. Même avec ma liberté toute récente je ne... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 octobre 2013

Lectures pour tous : René Pellos 1

La rentrée littéraire, enfin. juillet 1948-février 1949 ~ « Les mercantis. Issu de l'argot employé en Afrique du Nord, le mot va bien au-delà de la traduction italienne de "marchands". Il définit les commerçants qui suivent les armées en espérant développer leurs affaires sur les malheurs de la guerre. Avec le temps, le mercanti prend l'apparence d'un margoulin avide et cupide, prêt à tous les trafics pour amasser de l'argent. A peu de choses près, la description de tous ces profiteurs que corrigent les Pieds Nickelés. »
Posté par charles tatum à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 octobre 2013

Lectures pour tous : Sylvia Bataille (par Angie David)

Tournage de Partie de campagne voir aussi ici « Renoir, qui voit dans la nouvelle de Maupassant "des choses qui iraient bien avec la voix de Sylvia" et qui avait déjà imaginé la faire tourner dans un film en costumes, lui dit ce passage à propos du personnage d’Henriette: "C’était une belle fille de dix-huit à vingt ans ; une de ces femmes dont la rencontre dans la rue vous fouette d’un désir subit, et vous laisse jusqu’à la nuit une inquiétude vague et un soulèvement des sens. Grande, mince de taille et large des... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 septembre 2013

Lectures pour tous : Laura Kasischke

« Pour la première fois de sa vie, dans son cercueil, il avait l’air en colère. C’était à cause de ses sourcils, qui étaient retombés et s’étaient détendus dans la mort. Quand il était vivant, il les levait toujours, dans une expression de modeste confusion, comme s’il s’apprêtait à dire: « Je suis désolé » [...] Mais, dans ce cercueil blanc, vêtu de son costume bleu, les mains cireuses croisées sur son ventre, les yeux fermés, avec cette nouvelle expression, mon père n’avait plus du tout l’air de celui qui nous... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 septembre 2013

Lectures pour tous : Jean Rolin

« [Wax] se trouve maintenant à la hauteur d’un monument de carton-pâte – un faux rocher, d’où saillit sur le versant opposé une cascade –, dans lequel il croit reconnaître ce décor de l’Iceland Park, près de Ras al-Khaimah, couronné de pingouins, qui abritait un bar où il s’est saoulé à plusieurs reprises alors qu’il séjournait dans les Émirats. "Un endroit merveilleux, se dit-il, et tenu par un Australien très sympathique", même si ce n’est pas exactement sous ce jour qu’il les envisageait, l’un et l’autre, à l’époque.... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 août 2013

Lectures pour tous : Tim Willocks

« Nous ne leur avons jamais fait de mal, grogna Argal. Tout ce que nous avons fait, c’est être leurs plus fidèles compagnons pendant des milliers d’années. Nous avons protégé leurs enfants, leurs maisons, leurs fermes. Nous avons mené leurs troupeaux de bovins et de moutons. Nous leur avons montré comment chasser. Nous avons combattu dans leurs guerres. Quand ils étaient perdus, nous les ramenions chez eux. Nous leur avons porté de la nourriture quand ils étaient affamés et nous avons sauvé leurs vies quand ils étaient... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 août 2013

Lectures pour tous : Jean-Bernard Pouy

« À l'hyper, ça a commencé très dur. Le responsable approvisionnement m'a montré un énorme et clinquant chariot à roulettes. - Je vous présente Philippe. Philippe Caddie. Et de se marrer aussi sec. Ça débutait sur les chapeaux de roue. J'étais en pleine science-fiction, d'abord la disparition brutale de mon lumbago et puis l'humour proprement interplanétaire de mon interlocuteur. C'est en équilibre sur un petit nuage fragile que j'ai assuré la suite. » Jean-Bernard Pouy, Plein le dos (illustré par Florence Cestac)SNCF/Le Monde,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 juillet 2013

Lectures pour tous : Gérard Lenne

Le gardien de la morale [extrait] « [...] Monsieur Hulot aime que la morale règne. Il arpente la plage comme un garde-champêtre les chemins de son village. Il foudroie les couples d’amoureux qui s’embrassent sur la bouche (avec la langue), il tient à leur faire honte. Aux alentours des cabines, il fait la chasse à ces vicieux dont il a repéré le manège, à cet endroit précis où un trou discret, dans le bois, permet aux chenapans d’observer la bourgeoise qui se change à l’intérieur. Lorsqu’il surprend l’un d’eux, il ne pardonne... [Lire la suite]
13 juillet 2013

Lectures pour tous : Ross Macdonald

« - En général, dis-je, on me donne un acompte. Je ne voulais pas de l'argent de Dowser, mais je devais le lui demander. Donner et recevoir de l'argent, l'exiger, le refuser, constituaient pour Dowser les modalités élémentaires de la communication avec autrui. Ça, et menacer, frapper, faire peur et faire souffrir. Il maugréa et me tendit un billet de cent dollars. L'argent tire sa consistance des gens qui l'ont manipulé. Ce billet se tortilla dans ma main comme une grosse chenille verte. » Ross Macdonald, À chacun sa mort, 1951,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 juillet 2013

Lectures pour tous : Tim Willocks

« Ses yeux étant fermés, il fut tenté de les garder ainsi et de laisser à la Mort le soin de le délivrer. Le bruissement s’approcha; l’herbe remua contre ses jambes. Il ouvrit les yeux. Sa première pensée fut que la Mort, en fin de compte, l’avait emporté et le regardait fixement. Mais s’il était prêt à croire que la Mort pouvait être un loup noir surgi des profondeurs de l’éternité, Grimes ne croyait pas que ce loup serait couvert de sang. Le chien se dressait entre ses genoux écartés et semblait plonger son regard au fond de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,