21 août 2013

Lectures pour tous : Tim Willocks

« Nous ne leur avons jamais fait de mal, grogna Argal. Tout ce que nous avons fait, c’est être leurs plus fidèles compagnons pendant des milliers d’années. Nous avons protégé leurs enfants, leurs maisons, leurs fermes. Nous avons mené leurs troupeaux de bovins et de moutons. Nous leur avons montré comment chasser. Nous avons combattu dans leurs guerres. Quand ils étaient perdus, nous les ramenions chez eux. Nous leur avons porté de la nourriture quand ils étaient affamés et nous avons sauvé leurs vies quand ils étaient... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 août 2013

Lectures pour tous : Jean-Bernard Pouy

« À l'hyper, ça a commencé très dur. Le responsable approvisionnement m'a montré un énorme et clinquant chariot à roulettes. - Je vous présente Philippe. Philippe Caddie. Et de se marrer aussi sec. Ça débutait sur les chapeaux de roue. J'étais en pleine science-fiction, d'abord la disparition brutale de mon lumbago et puis l'humour proprement interplanétaire de mon interlocuteur. C'est en équilibre sur un petit nuage fragile que j'ai assuré la suite. » Jean-Bernard Pouy, Plein le dos (illustré par Florence Cestac)SNCF/Le Monde,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 juillet 2013

Lectures pour tous : Gérard Lenne

Le gardien de la morale [extrait] « [...] Monsieur Hulot aime que la morale règne. Il arpente la plage comme un garde-champêtre les chemins de son village. Il foudroie les couples d’amoureux qui s’embrassent sur la bouche (avec la langue), il tient à leur faire honte. Aux alentours des cabines, il fait la chasse à ces vicieux dont il a repéré le manège, à cet endroit précis où un trou discret, dans le bois, permet aux chenapans d’observer la bourgeoise qui se change à l’intérieur. Lorsqu’il surprend l’un d’eux, il ne pardonne... [Lire la suite]
13 juillet 2013

Lectures pour tous : Ross Macdonald

« - En général, dis-je, on me donne un acompte. Je ne voulais pas de l'argent de Dowser, mais je devais le lui demander. Donner et recevoir de l'argent, l'exiger, le refuser, constituaient pour Dowser les modalités élémentaires de la communication avec autrui. Ça, et menacer, frapper, faire peur et faire souffrir. Il maugréa et me tendit un billet de cent dollars. L'argent tire sa consistance des gens qui l'ont manipulé. Ce billet se tortilla dans ma main comme une grosse chenille verte. » Ross Macdonald, À chacun sa mort, 1951,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 juillet 2013

Lectures pour tous : Tim Willocks

« Ses yeux étant fermés, il fut tenté de les garder ainsi et de laisser à la Mort le soin de le délivrer. Le bruissement s’approcha; l’herbe remua contre ses jambes. Il ouvrit les yeux. Sa première pensée fut que la Mort, en fin de compte, l’avait emporté et le regardait fixement. Mais s’il était prêt à croire que la Mort pouvait être un loup noir surgi des profondeurs de l’éternité, Grimes ne croyait pas que ce loup serait couvert de sang. Le chien se dressait entre ses genoux écartés et semblait plonger son regard au fond de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 juin 2013

Lectures pour tous : Tim Willocks

« Aspirant un grand coup, Victor Galindez retint son souffle et s’avança dans les flammes. Accroupi, faisant gicler la mousse par brèves saccades devant ses pieds, il pénétra dans une poche sans air et sans flammes. Trop vite, et il se heurtait à l’incendie; trop lentement, et il n’arriverait jamais au bout. À chaque pas, les flammes se reformaient derrière lui. Son dos commença à brûler. Au bord de sa casquette, il sentit les cheveux mouillés grésiller et se recroqueviller contre son crâne. Doucement. Doucement. Un pas, et... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 juin 2013

Lectures pour tous : Robert Littell et la myxine

« R. Russell Fontenrose était un homme disgracieux, à la taille épaisse, au torse large et aux épaules carrées, d'une quarantaine d'années. Ni sa coupe de cheveux à soixante-quinze dollars, ni son costume à neuf cents ne parvenaient à dissimuler à quel point il était laid [...]. Il avait des bajoues, les sourcils broussailleux, des yeux minuscules et un nez cabossé, et ces traits se conjuguaient pour lui donner l'aspect d'une myxine, ces créatures proches de l'anguille que l'on rencontre parfois dans le triangle des Bermudes. Avec un... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 mai 2013

Lectures pour tous : Robert Louis Stevenson

« Camarades, cria-t-il, je suis ici pour avoir cette marchandise, et je ne me laisserai battre par homme ni diable. Je n’ai jamais eu peur de Flint durant sa vie, et, par les puissances ! je l’affronterai mort. Il y a sept cent mille livres à moins de quatre cents mètres d’ici. Quand un gentleman de fortune a-t-il jamais montré sa poupe à tant de dollars, pour un vieux marin à la gueule bleue, – et mort, encore ! » Robert Louis Stevenson, L'île au trésor, 1881[traduction française de Théo Varlet, Presses-Pocket]
Posté par charles tatum à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 mai 2013

Lectures pour tous : Alban Lefranc

« Il y a ce premier moment de parole vraie quoique modeste qui est le combat contre Junie Hall à Chicago où Cassius jette à son adversaire un you like it bitch qui produit un effet prodigieux. Junie Hall baisse les bras de stupeur et Cassius le cueille au menton. L’arbitre le sermonne, mais un K.-O. est un K.-O. « Malgré toutes les remontrances de son entraîneur, Cassius continue de jeter des slut et des bitch sur le ring et réussit à les prononcer à des moments tout à fait inattendus. Les adversaires sont prévenus, se... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 mai 2013

Lectures pour tous : Simon Roussin

« Les années passées à braquer des banques, à piller parfois des villages entiers, avaient transformé Jesse en un homme fier et charismatique. Il était rapidement devenu le chef de la bande (il était de loin, et sans difficulté, le plus futé de tous). Craint et respecté, il terrorisait les populations et devait parfois freiner la folie sanguinaire des brutes qui l'accompagnaient. Ce vieil homme abattu en pleine rue à Wichita, ou cet enfant, témoin gênant du casse de la banque de Tulsa, qu'ils avaient enlevé plusieurs jours puis... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,