02 novembre 2022

Béla Lugosi : acteur, syndicaliste, militant antifasciste

Béla Lugosi: actor, union leader, anti-fascist Hungarian actor Béla Lugosi was crowned "Hollywood’s Prince of Darkness" for his portrayal of the vampire Count Dracula in several films. But today few people know he was a union leader and anti-fascist who fought real-life monsters. Lire l'article de Mike Kuhlenbeck (5 mars 2019) sur workers.org.
Posté par charles tatum à 10:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 novembre 2022

Hotties Reading 754

Franz Eybl, 1806-1880, Jeunes filles lisant [merci JiPé]
Posté par charles tatum à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 novembre 2022

Ran Blake & Christine Correa

Bird Alone, extrait de "Down Here Below, Tribute to Abbey Lincoln vol.1" [RPR, 2012] (Christine Correa est ICI) « Imaginons un passant ordinaire dans les rues de Strasbourg, un samedi de pluie. Il se réfugie au Fossé des Treize, centre socioculturel aussi ouvert qu’accueillant. La sobre beauté des lieux, la petite cour, la gentillesse des dames en cuisine, tout est fait pour surprendre. Ce samedi 13 mai au soir, un certain Ran Blake donne un récital. Notre passant entre. Il ignore que les deux tiers de l’auditoire sont... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
31 octobre 2022

Boire ou faire des gosses, il faut choisir

« Ou bien... ou bien. » Affiche contre l'alcoolisme, P. Letunov, Moscou, 1983
Posté par charles tatum à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 octobre 2022

La fin d'un empire

« Voyez-vous, pour comprendre que Gorbatchev allait détruire l’Union soviétique, on n’avait pas besoin de l’écouter; il suffisait de le regarder. Il montait à la tribune et on lui apportait immédiatement son verre de lait. Les gens n’en croyaient pas leurs yeux. Puis il doubla le prix de la vodka. Il voulait mettre tout le monde au lait. En Russie. Vous vous rendez compte ? Après on s’étonne que tout soit parti en vrille. » Giuliano Da Empoli, Le mage du Kremlin, Gallimard, 2022.
Posté par charles tatum à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 octobre 2022

Une bise et au lit 173

Oliver Hardy & Stan Laurel dans They Go Boom !, James Parrott, 1929
Posté par charles tatum à 00:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 octobre 2022

« Pennsylvanie : De 1951 à 1974, des détenus afro-américains ont été utilisés comme cobayes »

Entre les années 1950 et 1970, des milliers de prisonniers afro-américains de la prison d’Holmesburg, à Philadelphie, ont servi de cobayes pour des expériences médicales menées par un dermatologue influent de l’université de Pennsylvanie, Albert Kligman (1916-2010). Elles visaient à tester des produits pour le compte d’entreprises telles que les cosmétiques Helena Rubenstein, les laboratoires Johnson & Johnson et Dow Chemical, ainsi que pour l’armée américaine. Les détenus ont été exposés à des produits pharmaceutiques, à des... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 octobre 2022

Vu au marché du film (1946)

*** Et ça nous amuse.
Posté par charles tatum à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 octobre 2022

Hedy Lamarr 1914-2000

Si la Cinémathèque française n'existait pas, il faudrait l'inventer. La preuve : Hedy Lamarr - Bande-annonce from La Cinémathèque française on Vimeo. Brains and Beauty « L’Histoire a rendu justice à Hedy Lamarr. Jeune étoile viennoise, puis star hollywoodienne, elle est aujourd’hui aussi reconnue pour sa contribution fondamentale à l’effort de guerre anti-nazi. L’exposition « Top Secret, cinéma et espionnage » sera ainsi l’occasion de montrer une douzaine de ses films, dont le vénéneux Extase [Ecstasy, Gustav... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
26 octobre 2022

Lectures pour tous : Ricardo Menéndez Salmon

« La maîtresse de maison regarde son mari, comme on regarde une cuvette cassée ou une fenêtre déglinguée par l’ouragan. Elle ne remarque sur son visage que la rouille du temps, l’impitoyable passage des saisons, l’insondable va-et-vient des heures. C’est la figure d’un homme qui vieillit, auprès duquel il y a longtemps qu’elle n’a plus envie de rêver. » [...] « Le maître de maison regarde ses mains et découvre que dans le creux qu’il y a entre elles tient le cou du maître d’école, sa langue violette pendant sur un côté... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 06:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,