08 juin 2016

Benotman à Anvers, pour Harari

L'émotion du jour. Se rappeler que Arthur Harari a eu la sacrément bonne idée de confier un rôle important, dans son formidable Diamant noir, à l'irremplaçable Abdel Hafed Benotman, voyou non repenti, écrivain de culot, acteur inimitable et homme de grand cœur, ... et l'extrême élégance de lui dédier son film. [Benotman est mort en février 2015, après le tournage de Diamant noir, qu'il n'a sans doute pas vu.]
Posté par charles tatum à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 mars 2015

Sur Hafed Benotman, par Arthur Harari

Je n'avais jamais rencontré Abdel-Hafed Benotman. Mais la lecture de quelques-uns de ses livres, Les Forcenés, Les Poteaux de torture, Garde à vie (tous chez Rivages), parfois douloureux, souvent violents, toujours à contre-courant, m'avaient fait penser que nous étions de la même famille, que nous aurions pu être très copains. Cela n'arrivera pas. Il est mort il y a quelque jours faute de soins, invisible aux yeux de l'administration et du pouvoir républicains. Il avait 54 ans, dont 17 passés en taule. Honte à "La France debout"... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
10 septembre 2010

Lectures pour tous : Abdel-Hafed Benotman

« Il m'est arrivé de vouloir me réinsérer mais, à force de tourner en rond, pendant des années, dans les cours de promenade des prisons, il est dur de marcher droit du jour au lendemain. » « Mon métier, car c'en est un, est l'attaque à main armée. Je travaille habituellement avec deux armes de poing, une fausse pour braquer les gens et une vraie pour ces voyous ratés que sont les flics. Je fais le change d'armes sitôt que je sors de la banque, de la bijouterie ou de tout autre endroit à royalties. Je ne peux pas braquer des... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,