15 mars 2018

Aujourd'hui, rendons hommage à Luis Bunuel et à Bigas Luna

"Il va falloir ouvrir l'oeil, et le bon", me dit le chirurgien.
Posté par charles tatum à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 février 2018

FDJ 14 : Luis Bunuel

Los Olvidados, 1950   (marathon)
Posté par charles tatum à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 février 2018

FDJ 13 : Luis Bunuel

Las Hurdes, 1932  
Posté par charles tatum à 02:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 février 2018

FDJ 11 : Luis Bunuel

El, 1952
Posté par charles tatum à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 février 2018

FDJ 10 : Luis Bunuel

  Ensayo de un crimen, 1955  
Posté par charles tatum à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 février 2018

FDJ 09 : Luis Bunuel

Posté par charles tatum à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 février 2018

Luis Bunuel, qui était sourd, n'aimait pas trop les aveugles

... ce dont témoignent ces fragments de Mon dernier soupir(Luis Bunuel, Éditions Robert Laffont, 1982). ~ « Je n’aime pas beaucoup les aveugles, comme la plupart des sourds. Un jour, à Mexico, j’ai vu deux aveugles assis côte à côte. L’un était en train de masturber l’autre. Je fus quelque peu frappé par cette rencontre. [...] « Parmi tous les aveugles du monde, il en est un que je n’aime pas beaucoup, c’est Jorge-Luis Borges. Qu’il soit un très bon écrivain, c’est évident, mais le monde est rempli de bons écrivains. Au... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
03 février 2018

FDJ 07 : Luis Bunuel

Belle de jour, Luis Bunuel 1967
Posté par charles tatum à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 octobre 2017

Age d'Or EXPRMTL 2017

du 19 au 24 octobre prochains, à Bruxelles (Cinémathèque royale) LIEN et PROGRAMMES
Posté par charles tatum à 13:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
06 octobre 2016

Panorama de l'énucléation

L'art cinématographique de l'énucléation [Jean-François Rauger, in Le Monde] Le nouveau film de Tim Burton, Miss ­Peregrine et les enfants particuliers, met en scène des monstres dont l’obsession est de dévorer les yeux des enfants qu’ils parviennent à capturer. Sans doute peut-on imaginer qu’une des origines possibles de cette idée se trouve dans un des contes d’Hoffmann, L’Homme au sable, conte qui fut lui-même évoqué par Freud lorsqu’il développa sa théorie de l’unheimlich (souvent traduit par "inquiétante étrangeté"). L’homme au... [Lire la suite]