01 mars 2019

Albera au défi des arts

Extrait de la présentation […] Entre l'appel d'Aragon de 1918 à voir les avant-gardes s'emparer du cinéma et l'appropriation de plus en plus courante dans les arts actuels des techniques filmiques et du cinéma comme machine, spectacle, modalité temporalisée de la représentation, que s'est-il passé ? Pour qui se trouve, comme Charlot, à claudiquer de part et d'autre d'une frontière d'ailleurs incertaine entre ces deux "champs", la recherche des proximités et des différences s'impose sans cesse à l'esprit, mettant à jour l'inégalité... [Lire la suite]

19 janvier 2019

Skorecki sur Dwoskin, 1982

Dwoskin : le dernier cinéaste [Louis Skorecki, 1982] ~ Dwoskin est inexplicable. Au-delà de l’analyse, de la description, de l’exégèse. Avec une aisance impertinente, inédite réellement radicale, il excède les paroles structurées, intelligentes, intelligibles, qui pourraient se proférer sur ses films. Tant de précaution oratoire pour arriver à ceci: tout ce que je veux annoncer – oui, comme une bonne nouvelle, une surprise de dernière heure – c’est que la mort du cinéma est momentanément différée, et qu’il y a encore un cinéaste. ... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
24 novembre 2014

Le soufre des Caraïbes

Le dollar des sables est un oursin irrégulier, appartenant à l'ordre des clypéastéroïdes. En cas de danger, sa larve est capable de se cloner instantanément pour doubler ses chances de survie. ~ « Si, plus tard dans la chambre, il me demandait, très vite, de l’argent delante (pourquoi ? pour la moto que Rubio avait proposé de lui vendre), en froissant sans cesse dans le lit les papiers de mentas qu’il balançait autour de lui, c’était, cette fois, avec une sorte de violence perdue, de despotisme égaré, de dureté affolée,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
16 juillet 2014

Le cinéma, sous les couvertures 10

Charlot [version définitive de 1957] Philippe Soupault, 156 p., 7,50 €, ISBN 978-2-07-014581-2 Gallimard, « L'imaginaire » n° 659, Paris 2014 ~ « Pour les millions d’êtres humains qui vont au cinéma, le personnage créé par Chaplin était devenu un ami. Il jouissait d’une popularité et d’une affection qu’aucune créature née de l’imagination humaine n’a connues, que ce soit Don Quichotte ou le Petit Poucet, Robinson Crusoé ou le Bon Petit Diable. Il vivait avec plus d’intensité que tous les personnages des légendes qui, du... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 avril 2014

« L'élégance et l'infinie politesse d'Ozu » à la Cinémathèque française

Une preuve indéniable de l'arrivée du printemps. La Cinémathèque française organise une large rétrospective des films de Yasujiro Ozu (parrain fondateur de ce blog avec Ravachol, Jean-Luc Godard, Charles Fourier et quelques autres). Les projections et diverses rencontres auront lieu du 23 avril au 26 mai. Toutes informations ICI. Extrait d'un texte de présentation de Charles Tesson : « Dans le monde d'Ozu, les enfants de sexe masculin sont capables de la plus grande violence, filmés comme des petits martiens absolutistes et... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
14 juillet 2012

Dwoskin, Stephen (3) Le dernier cinéaste, par Skorecki, 1982

Quand Louis Skorecki croyait encore (un tout petit peu) au cinéma, il écrivait ceci : « Dwoskin est inexplicable. Au-delà de l’analyse, de la description, de l’exégèse. Avec une aisance impertinente, inédite réellement radicale, il excède les paroles structurées, intelligentes, intelligibles, qui pourraient se proférer sur ses films. Tant de précaution oratoire pour arriver à ceci: tout ce que je veux annoncer – oui, comme une bonne nouvelle, une surprise de dernière heure – c’est que la mort du cinéma est momentanément... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

16 avril 2012

Une journée sans se marrer...

« A day without laughter is a day wasted. » Charlie Chapline, qui aurait aujourd'hui 123 ans. (Ce qui donne, traduit à la volée : « Une journée sans se marrer est une journée foutue. »)
Posté par charles tatum à 17:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 décembre 2011

Mes films préférés (1939), par Alfred Hitchcock

1. Saturday Night (Le Détour) de Cecil B. DeMille, 1923 2. The Isle of Lost Ships (L’Ile des navires perdus) de Maurice Tourneur, 1923 3. Scaramouche de Rex Ingram, 1923 4. Forbidden Fruit (Le Fruit défendu) de Cecil B. DeMille, 1921 5. Sentimental Tommy de John S. Robertson, 1921 6. The Enchanted Cottage de John S. Robertson, 1924 7. Variétés de E.A. Dupont, 1925 8. The Last Command (Crépuscule de gloire) de Josef von Sternberg, 1928 9. The Gold Rush (La Ruée vers l’or) de Charles Chaplin, 1925 10. I Am a Fugitive from a... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
24 juillet 2011

Chaplin & Keaton, affiches des frères Stenberg

A Woman of Paris (L'Opinion publique), Charles Chaplin, 1923Vladimir et Georgui Stenberg ~ Tableaux d'une exposition à la Galerie Tony Shafrazi (clic)] REVOLUTIONARY FILM POSTERS Aesthetic Experiments of Russian Constructivism, 1920-1933 ~ The "General" (Le Mécano de la "Général"), Buster Keaton, 1926Vladimir et Georgui Stenberg   
Posté par charles tatum à 23:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 octobre 2010

Norman Wisdom

"Norman Wisdom, the best of all clowns", disait Chaplin.  Le grand Boudou était très triste en apprenant sa disparition. C'est lui, Boudou, qui nous a présenté Norman. Sans l'un et l'autre, nous serions peut-être restés des enfants sages.
Posté par charles tatum à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,