13 avril 2019

Le garage Demy n'est plus

Sur un mur délabré, dans une allée déserte du centre de Nantes, il y a cinq mois
Posté par charles tatum à 19:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 janvier 2019

Michel Legrand : "Je ne pourrais jamais vivre sans toi"

~
Posté par charles tatum à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
27 avril 2018

C-huit H-dix N-quatre O-deux #33

Jacques Demy et Agnès Varda, 1965 © Pierre Boultat
Posté par charles tatum à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 novembre 2016

Exit Roland Cassard

Son histoire était un des fils rouges de Lola (le plus beau film du monde, ce n'est pas Paul qui me contredira) - à l'heure où la façade du Katorza faisait encore rêver. Quelques années plus tard, dans Les Parapluies de Cherbourg, de retour d'un mystérieux voyage au bout du monde, Cassard épousera Geneviève. Le beau Marc Michel est mort hier, il avait 84 ans.
Posté par charles tatum à 09:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 octobre 2016

Pour l'amour du cinéma [Emile Breton sur "Le Cancre"]

"Faire un film, n’est-ce pas faire l’amour ?" [Emile Breton, L'Huma, 5 octobre 2016) Soit quelques saisons (avril 2007-­octobre 2015) dans la vie d’un vieil homme retiré sur ses terres, au Plan-de-la-Tour, au bord de la Méditerranée. Chacune des séquences rythmant sa vie aux côtés de son fils Laurent, proche de la quarantaine, est en effet datée d’un jour précis. La précision n’était pas obligatoire. Elle a donc un sens: celui, peut-on supposer, de marquer à quel point, dans un âge avancé, on sait combien chaque jour... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
15 avril 2016

Benoît, for ever

  Un certain 15 avril, Benoît Lamy succombait sous les coups de son compagnon, Perceval. Affaire brutale, moins criminelle qu'amoureuse. Benoît était depuis longtemps, excusez l'assonance, un de nos meilleurs amis (et le plus redoutable de mes partenaires au ping-pong). C'était aussi un des cinéastes belges qui comptaient, entre Bucquoy et Lehman. Les années passent, il nous manque toujours beaucoup. Ses meilleurs films étaient Home, sweet home (la révolte des pensionnaires d'un mouroir) et La vie est belle... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

02 août 2015

Une Violette chez Jacques Demy

Fabienne Guyon (inoubliable Violette) en séance d'enregistrement des chansons d'Une chambre en ville, 1982  
Posté par charles tatum à 23:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 février 2015

Hanin n'est plus

On annonce la mort, à l'âge de 89 ans, de Roger Hanin. L'acteur acquit une certaine notoriété lorsque Christine Gouze-Rénal, qui fut longtemps son épouse, produisit Une chambre en ville, chef-d'oeuvre tardif de Jacques Demy. CGR et Brigitte Bardot (1959)
Posté par charles tatum à 13:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 octobre 2014

Feue Mme Desnoyers [Elina Labourdette]

Elina Labourdette vient de mourir. Elle avait prêté son sourire et sa délicatesse à Jacques Becker, Jean Renoir, Jean-Pierre Mocky, Guy Gilles, Robert Bresson et quelques autres. Pour nous, elle fut surtout la délicieuse Mme Desnoyers, papillonnante bourgeoise nantaise et mère de la petite Cécile. Dans Lola. ~ Scène de la librairie de la rue du Calvaire, rencontre avec Roland Cassard. Un mauvais plaisant, un maniaque sans doute, a cru bon devoir noter le nom de l'assassin à la page 13. C'est scandaleux ! Quant à l'autre, n'en... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
18 septembre 2014

Le cinéma, sous les couvertures 15 (& à la Cinémathèque)

Un cinéaste retrouvé Les films de Guy Gilles nous reviennent de très loin: peu vus et mal compris à leur époque, ils sombrèrent peu à peu dans un oubli qu’entérina la mort du cinéaste en 1996. Car si le cinéma français des années 1960-1970 fut d’une extraordinaire richesse, quelques auteurs fragiles et solitaires en payèrent le prix, noyés par des courants trop puissants, condamnés au silence par des voix trop péremptoires – je pense aussi à Jean-François Adam, ce "suicidé du cinéma" qui fut un proche de Guy Gilles. Pourtant, dans... [Lire la suite]