10 juillet 2016

La Rochelle 18

Grâce à Thomas, j'ai retrouvé dans le Journal de Jean-Patrick Manchette cette remarque assassine (mais assez juste) à propos d'un vieux film de Rohmer, qui me semble s'appliquer assez exactement à tout ce pan du cinéma bourgeois auquel appartient le dernier Dreyer - que j'ai revu ce matin. "Lundi soir, nous avons vu à la télévision Ma nuit chez Maud d'Eric Rohmer. Ce serait une charge féroce de la sottise bourgeoise s'il n'apparaissait pas clairement que, de l'avis de l'auteur, les personnages sont non pas des sots, mais tout au... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 juillet 2016

La Rochelle 17

Cent quinze minutes plus tard (et trente ans après une première vision). Pas de la tarte, décidément, Gertrud. Pas du cinéma pour moi. Le drame bourgeois dans son horreur. Des gens très bien ont pourtant essayé de m'expliquer. Mais j'essaie toujours de comprendre qui sont ces êtres, riches et puissants, qui se font du bien à se faire du mal ("L'amour c'est la souffrance", mot d'auteur) sur une planète inconnue de mézigue. * Alien, qui ouvrira tout à l'heure la Nuit des planètes interdites, précisément, est beaucoup moins... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
09 juillet 2016

La Rochelle 16

A tout à l'heure.
Posté par charles tatum à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03 juillet 2016

La Rochelle 4

La rétrospective intégrale Carl Theodor Dreyer a pris son rythme de croisière. J'ai raté aujourd'hui Le maître du logis. Un film devenu très rare, comédie de mœurs légère et ironique, peu dans le registre habituel du Danois. Plusieurs de mes bons camarades, telle Laura Laufer, le dépeignent comme une œuvre cocassement féministe bien en avance sur son temps. Je le verrai, c'est promis, lors d'une projection ultérieure.
Posté par charles tatum à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 janvier 2016

Nos films préférés en 1955 : Jacques Rivette

Les dix meilleurs films de l’année 1955, par Jacques Rivette. Films sortis à Paris entre le 1er janvier et le 31 décembre 1955.   ~ 1. Viaggio in Italia [Voyage en Italie], Roberto Rosselini (Italie) 2. Ordet [La parole], Carl Theodor Dreyer (Danemark) 3. To Catch A Thief [La main au collet], Alfred Hitchcock (États-Unis) 4. Johnny Guitar [Johnny Guitare], Nicholas Ray (États-Unis) 5. Rear Window [Fenêtre sur cour], Alfred Hitchcock (États-Unis) 6. Les mauvaises rencontres, Alexandre Astruc (France) 7.... [Lire la suite]