04 août 2022

FDJ 217 : Louis Feuillade

Musidora et Marcel Lévesque dans Lagourdette gentleman cambrioleur, 1916 « Voilà de vrais héros, Lagourdette. Je les adore ! »
Posté par charles tatum à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 avril 2022

Lectures pour tous : Didier Blonde

[Les débuts chez Léon Gaumont] « Le metteur en scène était une femme – on disait maintenant une cinéaste, ce qui était plus chic –, Mlle Alicia Malycia, tailleur sombre, guêtres blanches, qui tournait en série des fins postiches pour les films russes qu’on trouvait trop mélancoliques pour le public français: avant de les projeter sur les boulevards, on coupait les dénouements pour les remplacer par des happy ends. Dans Le Château de l’angoisse rebaptisé Le Château du mystère, le héros ne se suicidait plus de désespoir après la... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 janvier 2020

Nos films préférés en 2019 : Thierry Horguelin

En salles Se rokh (Trois Visages), de Jafar Panahi (Iran, 2018) Buñuel en el laberinto de las tortugas (Buñuel après l’Âge d’or), de Salvador Simó (Espagne, 2018) Tel Aviv on Fire, de Sameh Zaobi (Israël/France/Belgique/Luxembourg, 2018) Ad astra, de James Gray (États-Unis, 2019) A Rainy Day in New York(Un jour de pluie à New York), de Woody Allen (États-Unis, 2019) Santiago, Italia, de Nanni Moretti (Italie/Chili, 2018) ~ Rattrapage Judex, de Louis Feuillade (France, 1916) The Spy in Black (l’Espion noir), de Michael... [Lire la suite]
01 mars 2019

Albera au défi des arts

Extrait de la présentation […] Entre l'appel d'Aragon de 1918 à voir les avant-gardes s'emparer du cinéma et l'appropriation de plus en plus courante dans les arts actuels des techniques filmiques et du cinéma comme machine, spectacle, modalité temporalisée de la représentation, que s'est-il passé ? Pour qui se trouve, comme Charlot, à claudiquer de part et d'autre d'une frontière d'ailleurs incertaine entre ces deux "champs", la recherche des proximités et des différences s'impose sans cesse à l'esprit, mettant à jour l'inégalité... [Lire la suite]
10 avril 2016

10 avril 1916

Judex, Louis Feuillade 1916
Posté par charles tatum à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 février 2016

Hotties Reading 428

Roger et Jacques de Tremeuse [le futur Judex] dans Judex, Louis Feuillade, 1916 [comédiens non identifiés]
Posté par charles tatum à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 février 2016

Nos films préférés en 2015 : Bilan et générique

On vient de lire la liste n°61, la dernière de l'année. C'est celle de notre ami Guy (Yellow Now) Jungblut. Nous l'avons reçue de justesse de Crisnée, pile avant le gong, par pigeon voyageur. Elle s'encadre de deux photogrammes des Funérailles d'un autre de nos vieux camarades (ce qu'on ne peut regretter, puisque chez Boris Lehman, même les Funérailles de l'auteur sont du cinéma). On verra cela en 2016 ainsi que, si Boris tient parole et si les petits cochons ne le mangent pas cru, un premier volume de son autobiographie en images,... [Lire la suite]
07 juillet 2015

Hotties Reading 403

Musidora dans Judex, de Louis Feuillade (1916)
Posté par charles tatum à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 juin 2015

La Rochelle, 43e, 00

Prenons d'assaut la quarante-troisième édition du festival de La Rochelle, qui ouvre ses portes tout à l'heure et nous occupera jusqu'à la fin de la semaine prochaine. Au programme, aussi touffu et varié que d'habitude, on relève des hommages au Français Olivier Assayas, à l'Italien Marco Bellocchio, au Chinois Hou Hsiao-hsien, aux Iraniens de la "Famille Makhmalbaf", une découverte du cinéma géorgien, la vaste section Ici et ailleurs (qui nous épargne bien des voyages à Cannes, Berlin et Venise), une rétrospective intégrale Luchino... [Lire la suite]
10 mars 2014

Un grand magicien et un grand amoureux, par Jean-Pierre Bouyxou [sur Resnais]

[Des hommages à Resnais qui me sont passés sous les yeux depuis sa mort il y a dix jours, le plus beau et le plus émouvant est le portrait dressé par Jean-Pierre Bouyxou. Le texte a été publié, avec de menues coupes, par un célèbre hebdomadaire du jeudi. En voici la version originale et complète. Cher JiPé : les comparses de Fantômas, les amis de Harry Dickson et tous les fils de pharmaciens bretons vous embrassent avec chaleur.] ~ « Le plus jeune des cinéastes français est mort samedi à 91 ans. Malicieux, frondeur, imprévisible,... [Lire la suite]