18 juin 2017

Fuller et Stridsberg, l'enfer de Corée

Affaire de circonstances ? Parce que j'ai revu tous les films de Samuel Fuller ces derniers mois, que j'ai lu nombre de textes récents consacrés à son oeuvre ? Cette page de Sara Stridsberg (dans un livre plutôt dédié à Nabokov et à Lolita) me fait penser à lui, à certaines scènes de ses films de guerre. La romancière/poète suédoise, pourtant, est à la fois plus sentimentale et plus radicale que le réalisateur de The Steel Helmet. Allez savoir. « Quelques petites minutes plus tard le paysage était dévasté par des... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

03 février 2017

Visages asiatiques de Samuel Fuller

On m'a demandé de traduire un texte de Chris Fujiwara, The Asian Faces of Samuel Fuller, destiné à l'ouvrage collectif sur Fuller (Yellow Now, 2017). Passage en revue, en six photogrammes, des films mentionnés par Chris. *** The Steel Helmet, 1951 House of Bamboo, 1955 China Gate, 1957 The Crimson Kimono, 1959 Merrill's Marauders, 1962 Shock Corridor, 1963
Posté par charles tatum à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
21 janvier 2016

Nos films préférés en 2015 : Thomas Gombowhicks

Sans hiérarchie, ni ordre particulier Une année 2015 en dents de scie pour les sorties cinéma, entre des grosses bouses et quelques rares grands films, mais surtout beaucoup de films moyens ou quelconques, bref de la merde. Mais ne soyons pas défaitiste, nous avons vu de bonnes choses : ~ Mad Max : Fury Road, George Miller (Australie-États-Unis, 2015) LE CHOC cinéma de l’année, sans surprise. Film exemplaire dans sa fabrication, son mode de production, son « artisanat », sa folie, sa générosité. J’avais... [Lire la suite]
19 janvier 2016

Nos films préférés en 2015 : Big Nose Kate

dans l'ordre chronologique The Hound of the Baskervilles, Sidney Lanfield (États-Unis, 1939) Dumb-Hounded, Tex Avery (États-Unis, 1943) Umberto D, Vittorio De Sica (Italie, 1952) Mon chien, Georges Franju (France, 1955) Lady and the Tramp, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Hamilton Luske (États-Unis, 1955) Mon oncle, Jacques Tati (France, 1958) Zanna bianca, Lucio Fulci (Italie, 1973) Zoltan, Hound of Dracula, Albert Band (États-Unis, 1978) Cujo, Lewis Teague (États-Unis, 1983) The Thing, John Carpenter... [Lire la suite]
11 janvier 2016

Nos films préférés en 2015 : Mat Malatesta

Le cinque giornate [Cinq jours de révolution], Dario Argento (Italie, 1973) The Train [Le Train], John Frankenheimer (États-Unis, 1964) Il grande racket [Big Racket], Enzo G. Castellari (Italie, 1976) Forty Guns [Quarante tueurs], Samuel Fuller (États-Unis, 1957) Mad Max : Fury Road (2D) , George Miller (Australie-États-Unis, 2015) Faccia a faccia [Le Dernier Face-à-face], Sergio Sollima (Italie, 1967) The Beguiled [Les Proies], Don Siegel (États-Unis, 1971) Junior Bonner, Sam Peckinpah (États-Unis, 1972) Le Cochon,... [Lire la suite]
04 juillet 2015

La Rochelle, 43e, 07

Au rayon restauration du festival de La Rochelle, on a revu Hustle (La cité des dangers, 1975). Ce formidable polar sarcastique et triste de Robert Aldrich peut être considéré comme une sorte de "chaînon manquant" (dixit l'ami Erwan Floch'lay) entre le film noir classique et ses avatars post-modernes. [Toutes proportions gardées, certains films policiers de Aldrich et Fuller seraient en effet à ce genre urbain par excellence ce que furent un peu plus tôt les petits westerns Columbia/Ranown de Bud Boetticher et les premiers Peckinpah... [Lire la suite]

28 novembre 2014

La Malagueña

Enamorada (1946), lointaine adaptation de La mégère apprivoisée [où Emilio Fernandez montre sa préférence, aux dépens de la lumineuse Maria Félix, pour le duo de college buddies que constituent le beau militaire nationaliste (Pedro Armendariz) et le curé incarné par son propre demi-frère, Fernando Fernandez], illustre l'adage de Samuel Fuller, "un mélodrame, c'est un drame plus de la musique". Le drame, c'est l'amour longtemps empêché des deux protagonistes sur fond de guerre civile mexicaine (1821, au lendemain de l'indépendance du... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
08 juillet 2014

Jean-François Rauger : genre vs. auteur ?

À l’occasion de la sortie en salles de Blue Ruin, le journal publie cette analyse de Jean-François Rauger. Aussi pertinente qu'indispensable. Simple et de bon goût, claire et définitive. Puissent les professeurs de rhétorique et les critiques de cinéma en herbe (et les autres) la lire plutôt trois fois qu’une. ~ Film de genre contre film d’auteur : une opposition inepte Au moment de la présentation du film de Jeremy Saulnier, Blue Ruin, à la Quinzaine des réalisateurs, lors du festival de Cannes 2013, beaucoup ont souligné que... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
17 juin 2014

White Dog

Samuel Fuller, 1982
Posté par charles tatum à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 mai 2014

Hotties Reading 337

Burn bras, not books [Brûlez les soutien-gorges, pas les livres] ainsi va le mot d'ordre, printanier et gentillet, des lectrices de l'Outdoor Co-ed Topless Pulp Fiction Appreciation Society de New York dont acte. click here  
Posté par charles tatum à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,