26 février 2017

La La Land, éloge de la « moyennitude », par Francis Marmande

Le Monde, 25/2/2017 *** La fable à succès, gentiment chantée et quasiment dansée, de Damien Chazelle signe la fin de l’âge d’or du "jazz" La La Land de Damien Chazelle est un film à succès. Ce film ne parle que de "jazz", et pourtant ne concerne en rien les amants du jazz. Encore moins les musiciens qui s’affligent bien inutilement sur la Toile. Question de purisme ? Pas du tout. Le "puriste du jazz" n’existe pas. Il n’existe que dans le fantasme du profane qui s’en croit exclu. Le modeste héros de La La Land (Ryan Gosling) se... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

18 août 2015

Le monde des livres

Qui a dit qu’en 2015 les bourges de centre gauche et les boursicoteurs tournaient le dos à la littérature ? Leur gazette préférée consacre cette semaine six fois deux égale douze pleines pages au phénomène de foire le plus aimé/détesté du pays, bouffon du roi, auteur à succès chez Flammarion et acteur insipide chez Delépine et Kervern. NB. Douze pages (on a vérifié), c’est plus que la surface dédiée par le même canard, ces dix dernières années, à André Blavier, Roberto Bolaño, Carlo Emilio Gadda, László Krasznaorkai et Annie Le Brun... [Lire la suite]
09 janvier 2015

Je ne suis pas Charlie

Tout le monde n'est pas Charlie. Pour vous en donner quelques motifs, je relaie ici, in extenso, l'article publié tout à l'heure par Claude Guillon, dont le blog, Lignes de force, est un des plus libres, des plus roboratifs et des plus rentre-dedans de ce temps. Guillon n'a pas toujours bon caractère, j'espère donc qu'il ne m'en voudra pas trop. Je précise qu'à quelques billevesées sémantiques près (Je ne m'appelle pas Claude, et j'avoue que certains proches, dans la stricte intimité, en viennent à me donner du "Charlie", affectueux... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
11 septembre 2014

Le vide Houellebecq, tel qu'en lui-même

L'acteur Houellebecq est aussi creux et aussi pompeux que le romancier du même nom. Que maints magazines et journaux consacrent encore leur une à cet imposteur et en fassent explicitement le porte-parole d'une génération (?) est un épais mystère. Que Delépine (de ch'val) et Kervern, qu'on a connus moins retors, foutent en l'air un an de leur vie (et une heure et demie de la nôtre) en lui offrant un film tout entier pour déclamer ses inepties, c'est de la métaphysique. Pour notre part, nous en resterons à Mammuth.   
Posté par charles tatum à 14:26 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 septembre 2008

Bêtes noires

Lu ceci tout à l'heure en rentrant de Paname - où il a plu toute la journée -, sous la plume de Lucien Logette, pénétrant critique ciné de La Quinzaine littéraire (livraison du 1er octobre): « Ainsi, le mystérieux livre-événement dont l'annonce émoustillait le tout-média depuis quelques semaines est enfin dévoilé : une correspondance entre Bernard-Henri Lévy et Michel Houellebecq. Sur le plan du cnéma, qui seul nous occupe, il n'y a pas de quoi être surpris par la formation de ce tandem. Leur point commun est d'avoir chacun... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,