08 décembre 2016

Hotties Reading 455

Gina Lollobrigida dans La città si defende, Pietro Germi 1951
Posté par charles tatum à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 novembre 2016

Rocco se confesse

ROCCO L'étalon italien passe à confesse, par Jean-François Rauger (Le Monde) « Le catholicisme,disait Oscar Wilde, n’est fait que pour les pécheurs et les saints. » Ce documentaire sur Rocco Siffredi, une des grandes (et rares) stars masculines du cinéma pornographique contemporain, vient sans doute rappeler cette évidence. Il relève moins de la description didactique que du portrait hypothétique, de la volonté de tracer les contours d’une personnalité singulière sans passer par les conditions objectives de son... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
06 octobre 2016

Panorama de l'énucléation

L'art cinématographique de l'énucléation [Jean-François Rauger, in Le Monde] Le nouveau film de Tim Burton, Miss ­Peregrine et les enfants particuliers, met en scène des monstres dont l’obsession est de dévorer les yeux des enfants qu’ils parviennent à capturer. Sans doute peut-on imaginer qu’une des origines possibles de cette idée se trouve dans un des contes d’Hoffmann, L’Homme au sable, conte qui fut lui-même évoqué par Freud lorsqu’il développa sa théorie de l’unheimlich (souvent traduit par "inquiétante étrangeté"). L’homme au... [Lire la suite]
08 juillet 2016

La Rochelle 15

La piu bella serata della mia vita, Ettore Scola 1972. Cette étonnante adaptation par Amidei et Scola d'un roman de Dürrenmatt est un drôle d'objet, mélange un peu branlant de bizarrerie limite fantastique, de charge anti-italienne et d'un concours d'agréable cabotinage à plusieurs voix où Sordi domine sans difficulté un quatuor de vétérans français assez mal doublés (Michel Simon, Pierre Brasseur, Charles Vanel, Claude Dauphin) dans une sorte d'auberge rouge hantée par la pin-up suédoise Janet Agren. Une des curiosités découvertes... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
08 juillet 2016

La Rochelle 14

Suite du parcours dans la carrière d'Alberto Sordi, avec Detenuto in attesa di giudizio (Nanni Loy 1971). Je cite Jacques Lourcelles, qui écrit dans son Dictionnaire : "La dramaturgie [...] ne comporte rien d'autre qu'un long et interminable itinéraire absurde où l'humiliation, la passivité, le désarroi et la frayeur du héros sont les seuls ressorts dramatiques offerts à la curiosité du spectateur. La dénonciation des errements et de la dictature de l'administration judiciaire et carcérale possède, sur le plan formel, une force... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 juillet 2016

La Rochelle 10

Retour à Sordi, avec l'excellent Un eroe dei nostri tempi de Monicelli, 1955. Sommes encore à l'ère des comédies glauques de l'après-guerre. Veulerie, bouffonnerie, noirceur, chaussettes percées, attentat anarchiste, hernie imaginaire (qui conduit le héros en salle d'op), une cuillerée de misogynie et Bud Spencer, sous le nom de Carlo Pedersoli, dans un de ses premiers films (photo).
Posté par charles tatum à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06 juillet 2016

La Rochelle 7

Le point de vue carrément rentre-dedans et la méthode originale de Gianfranco Rosi (sa manière d’aborder ses sujets à rebrousse-poil au risque de froisser tout le monde), nous avaient emballé. Les films s’intitulaient Boatman, Below sea level, El Sicario et Sacro Gra. Au vu de son cinquième long, Fuocoammare, on a un peu l’impression qu’il tourne en rond ou, si l’on préfère, qu’il se prend les pieds dans son dispositif. Son reportage sur une équipe de sauveteurs de migrants en perdition dans le détroit de Sicile (trop... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 03:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 juillet 2016

La Rochelle 6

Mafioso, Alberto Lattuada 1962. Entre conte cruel, histoire de mafia et néoréalisme en fin de course, Alberto Sordi atteint son sommet (à la fois dans la précision du jeu et l'ambiguïté d'un personnage moins bouffon que d'habitude), soutenu par Lattuada, grand cinéaste encore trop méconnu, le directeur de la photo Armando Nannunzi et l'association inattendue de deux duos de scénaristes géniaux : Azcona et Ferreri d'une part (ce dernier aurait dû réaliser le film), Age et Scarpelli d'autre part - les plus grands héritiers de Billy... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
02 juillet 2016

La Rochelle 2

Una vita difficile. Alberto Sordi poursuit sa traversée de l'Italie démo-chrétienne corrompue et brindezingue de l'après-guerre. Dino Risi (soutenu par son scénariste, Rodolfo Sonego) injecte de l'humanité dans le cynisme ambiant. On rit toujours jaune. Léa Massari a vingt-sept ans.  
Posté par charles tatum à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 juillet 2016

La Rochelle 0

La Rochelle, c'est parti. Notre ouverture : Il vigile, Luigi Zampa 1960, dans le cadre de la rétrospective Alberto Sordi. L'acteur invente un personnage, entre bouffon populaire et justicier populiste. Le grand Sordi est déjà là, en gestation. Attendons Risi et les autres. La Koscina est de la partie, guest-star irradiante.
Posté par charles tatum à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,