17 juin 2017

Gens de Dublin, la gaffe

Dans la dernière livraison du Monde, l'écrivaine (sic) Alice Zeniter évoque "Gens de Dublin de John Ford". Pas foutus de faire relire les textes, à la rédaction ? [Les bons correcteurs en maraude ne manquent pas, pourtant. Envoyez vos propositions au gérant du blog. Elles seront, selon les cas, étudiées avec l'attention qu'elles méritent ou parcourues d'une fesse distraite (Tristan B.)]  
Posté par charles tatum à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

12 juillet 2016

Irlande 66/69

"Je veux donner une image si complète de Dublin que si la ville disparaissait soudain de la surface de la terre, on pourrait la reconstruire à partir de mon livre." (James Joyce, 1914) Mais la relecture estivale d'Ulysse n'interdit pas de déguster, rassemblés dans ce joli petit livre publié par Yellow Now (coll. "Les carnets"), les clichés irlandais (1966 et 1969) de nos deux amis liégeois Guy Jungblut et Jacques Piraprez [Nutan]. Avant-propos de Brian Leyden.  
Posté par charles tatum à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16 novembre 2012

Hotties Reading 227

© Eve Arnold, 1954 [merci : shige]
Posté par charles tatum à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
10 décembre 2010

Après nous, le Dieu Sauvage (Yeats)

C'était le 10 décembre 1896. « En une seule représentation, quatre ans avant le début du siècle, cette pièce avait établi sa renommée sur sa seule ouverture: Merdre. Le soir de la première, on s'était étripé pendant une demi-heure avant que le drame pût atteindre son deuxième mot. Après cela, tout Paris s'était battu en duel six semaines durant. L'auteur d'Ubu roi se nommait Alfred Jarry, un homme qui avait élevé l'aliénation mentale au rang de religion. Il avait ouvert les vannes de ce mouvement en lui donnant un nom militaire:... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
02 février 2009

James Joyce, 2 février 1882

« Je sais, pepette, bien sûr, ma chérie, mais écoute, ma précieuse ! Merci, pette, comme ils sont jolis, pitounette, délidieuse ! Mais gare au vent, ma douce ! Que tes mains sont exquises, mon ange, si seulement tu te rongeais pas les ongles, comme c'est étrange, que tu n'aies pas honte de moi, petit cochon, tu ne déparerais pas Pigalle ! Je vais te faire du pied dans une minute ! Je parie que tu te sers de sa meilleure couleur parisienne pour les farder si roses, si brillantes, si pompon. Je m'y connais. Je me trompe. Pas vrai ?... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 décembre 2008

Hotties reading 15

Eve Arnold, Marilyn Monroe Reading Ulysses, Long Island, 1954. « This is so sexy, precisely because it’s Marilyn reading James Joyce’s Ulysses. She doesn’t have to pose, we don’t even need to see her face, what comes off the photo is absolute concentration, and nothing is sexier than absolute concentration. There she is, the goddess, not needing to please her audience or her man, just living inside the book. The vulnerability is there, but also something we don’t often see in the blonde bombshell; a sense of belonging to herself.... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,