12 juin 2019

Festivals d'été : Yellow Now, Wang Bing et le peuple honorés dans le Lot-et-Garonne

L'ami Leboutte nous envoie ceci. Depuis l’an passé, les Rencontres de Sainte-Livrade (Lot-et-Garonne), intitulées « Cap aux bords », ont pris le relais des Rencontres de Laignes tout en conservant leur esprit. Désormais organisée avec la Ligue de l’enseignement du département, leur deuxième édition se tiendra du 6 au 12 juillet au cinéma l’Utopie, le bien nommé. [...] Si, avec trois salles, la manifestation se veut à présent un peu plus festivalière (concerts, théâtre, performances, séances tardives en... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

10 mai 2019

Cinégénie de la bicyclette, c'est reparti pour un Tour

Cela fait plaisir d'être entendu. Le jour de Noël, avec le soutien d'Eddy Merckx et de Marianne Amaré, je proposais ici même que l'on réédite le livre de Patrick Leboutte, Gilles Cornec et Hervé Le Roux, Cinégénie de la bicyclette, Où l’on découvre comment les courses cyclistes enfantèrent le cinématographe pour redonner aux corps de la lumière [Yellow Now, "De parti pris", et Rencontres cinématographiques de Dunkerque, 1995], épuisé depuis belle lurette. Eh bien c'est chose faite ou ce le sera bientôt, dans une version allongée.... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
25 décembre 2018

En Belgique, avec Eddy c’est le petit Jésus tous les jours

Il faut dire qu’il est champion du monde du gilet jaune [il en accumula, dit Wikipedia, pas moins de 96 tout au long de ses sept Tours (mais il n’en gagna que cinq)]. Il se porte bien, comme en témoigne ce cliché récent de Marianne Amaré ©. Eddy tient ici un exemplaire du livre de Patrick Leboutte, Gilles Cornec et Hervé Le Roux, Cinégénie de la bicyclette, Où l’on découvre comment les courses cyclistes enfantèrent le cinématographe pour redonner aux corps de la lumière. Livre publié en 1995 par les éditions Yellow Now, encore du... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
18 janvier 2018

nos films préférés en 2017 : Patrick Leboutte

MES FILMS DE L'ANNÉE  1. Les Deux Visages d'une femme bamiléké, Rosine M’Bakam, Belgique-Cameroun, 2017  2. Funérailles (de l'art de mourir), Boris Lehman, Belgique, 2016 3. Toivon tuolla puolen [L’autre côté de l’espoir], Aki Kaurismaki, Finlande 2017 4. Irak, année zéro, Abbas Fahdel, France-Irak, 2015 5. Ce dont mon cœur a besoin, Chantal Richard, France, 2017 6. La mort se mérite, digressions avec Serge Livrozet, Nicolas Drolc, France, 2017 7. Faire la parole, Eugène Green, France,... [Lire la suite]
30 août 2016

Le burkini est belge

Patrick Leboutte a la gentillesse de nous rafraîchir la mémoire, sous le titre "Burkini, modèle flamand, 1937". Photogramme de " Monsieur Fantomas" (Ernst Moerman). [En 1937, le postulat situationniste était nettement plus transparent que dans le sinistre "Toni Erdmann" (2016). N'en déplaise à quelques confrères. ]  
Posté par charles tatum à 10:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 février 2016

Nos films préférés en 2015 : Marianne Amaré et Patrick Leboutte

Une liste à deux voix, croisant les regards, pour élargir le champ de vision, mais avant tout parce que nous avons aimé voir ces films ensemble et plus encore en parler tard le soir, les raccorder, les prolonger, en revenant régulièrement sur la façon qu’ils avaient eue de nous travailler. D’accord sur tous, sauf sur Mad Max: Fury Road, mais la manière que l’une a de le défendre emporte les réticences de l’autre. Encore une fois l’exercice fut profitable, même si comme chaque année contrarié par l’inventaire en filigrane de tous ces... [Lire la suite]

15 février 2015

Nos films préférés en 2014 : Patrick Leboutte

Cher JC, Qu’elle est difficile, ta question: nos films de l’année. Comment y répondre quand comme toi (du côté d’Allaire) ou comme moi, à Liège, pareillement otages des monopoles locaux, quand bien même se rhabilleraient-ils "art et essai", on ne voit plus rien. La voilà, la vraie question: comment fait-on pour vivre dans la nuit, dans l’obscurité, à l'entrée d’un tunnel provisoirement sans fin, dont je crains qu’à nos âges, nous ne puissions espérer voir le terme, nous qui venons du cinéma, des trois lumières, l’image, les corps,... [Lire la suite]
13 janvier 2015

Nos films préférés en 2014 : Sami El-Hage

Ma’a al-Fidda (Eau argentée, Syrie autoportrait), Oussama Mohammad et Wiam Simav Berdixan (France-Syrie, 2014) Adieu au langage, Jean-Luc Godard (Suisse-France, 2014) Le Paradis, Alain Cavalier (France, 2014) E Agora ? – Lembra-me (Et maintenant ?), Joaquim Pinto (Portugal, 2013) Feng ai (À la folie), Wang Bing (Hong Kong, 2013) Syrie, instantanés d’une histoire en cours, collectif Abou Naddara (Syrie, 2013) L’Inconnu du lac, Alain Guiraudie (France, 2013) Blancanieves, Pablo Berger (Espagne, 2012) Louise Wimmer,... [Lire la suite]
01 juillet 2014

A Laignes ?

Pendant ce temps, aux Rencontres de Laignes... Visons ci-dessous le programme du jour. Jean-Louis Le Tacon et Patrick Leboutte font une paire de sacrés kolkhoziens cinéphiles, n'est-ce pas. Le programme complet est visible ICI .   MARDI 1 JUILLET : 9h00 : Gymnastique pour filmeurs, animée par Jean-Louis Le Tacon. 10h00-12h30 : Séance de travail sur un film en cours de montage : projection de Robillard, en compagnie (Henri-François Imbert, 2014), en présence du réalisateur. 12h30 : Pause déjeuner libre ... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 06:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
28 mai 2014

Le cinéma, sous les couvertures 3

Wang Bing. Alors, la Chine Emmanuel Burdeau et Eugenio Renzi, 168 p., 17 €, ISBN 978-2-35096-087-6 Les prairies ordinaires, « Cinéma », Paris 2014 ~ « En 2003, Wang Bing réalise À l’ouest des rails, documentaire de neuf heures consacré à la fin d’une immense zone industrielle de la Chine. Ce film est aujourd’hui considéré à la fois comme un chef-d’œuvre et comme un emblème des possibilités offertes par l’avènement du numérique. Wang Bing n’a cessé ensuite de travailler de la même façon, clandestinement et en s’attachant à des... [Lire la suite]