25 août 2016

Qu'est-ce que l'art, Jean-Luc Godard ? [Louis Aragon, 1965]

QU'EST-CE QUE L'ART, JEAN-LUC GODARD ? par Louis Aragon *** Qu'est-ce que l'art ? Je suis aux prises de cette interrogation depuis que j'ai vu le Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, où le Sphinx Belmondo pose à un producer américain la question: Qu'est-ce que le cinéma. Il y a une chose dont je suis sûr, aussi, puis-je commencer tout ceci devant moi qui m'effraye par une assertion, au moins, comme un pilotis solide au milieu des marais: c'est que l'art d'aujourd'hui c'est Jean-Luc Godard. C'est peut-être pourquoi ses films, et... [Lire la suite]

19 août 2016

Lectures pour tous : Saint-Simon

« Entrant un matin chez la maréchale de Noailles, dans son appartement de quartier, commme on faisait son lit et qu’il n’y avait plus que la courtepointe à y mettre, [Monsieur le Prince] s’arrêta un moment à la porte, où s’écriant avec transport: "Ah ! le bon lit ! le bon lit !" prit sa course, sauta dessus, se roula dessus sept ou huit tours en tous les sens, puis descendit et fit excuse à la Maréchale, qui avait toute sa vie été hors de soupçon, n’en pouvait laisser naître aucun. Ses gens demeurèrent stupéfaits,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 août 2016

Lectures pour tous : Maurice Mourier

« Voici l’essentiel que tout homme cultivé doit savoir: le pet est le résultat souhaitable (et malheureusement pas toujours obtenu) de l’expulsion, par l’intestin, en particulier chez les mammifères en bonne santé, d’un excès de gaz accumulé dans le côlon. Cette expulsion s’opère, via le rectum, grâce aux bons offices d’une soupape, ou sphincter. Elle peut être abondante ou mesquine, continue ou perlée, monocorde ou riche en harmoniques et, récemment étudiée par Prokosh et Fart sur ordinateur, révéla huit tons fort distincts,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 août 2016

« Je laisse pousser ma barbe. »

« Eh bien, qu’est-ce que vous faites de nouveau maintenant ? – Vous voyez, cher monsieur, répond-il, je laisse pousser ma barbe. » [A.A., fumiste, club des Hydropathes]    
Posté par charles tatum à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 août 2016

Monsieur D'Déé n'est plus

Il y a quelques jours, Charles D'Déé, dit "Monsieur D'Déé", danseur de bebop et chorégraphe, ami de Boris et ami d'Ursula quand Boris s'en fut allé, est mort à Eus.  
Posté par charles tatum à 15:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 juillet 2016

Bambi

Bambi. L'histoire d'une vie dans les bois (1923), de l'immense Felix Salten, on ne le sait pas assez, est un sommet de la littéraure allemande/autrichienne du XXe siècle. Kafka, Kraus, Rilke, Freud (semble-t-il) et quelques autres ne s'y trompèrent pas, qui le placèrent très haut, bien avant que la MGM n'en achète les droits pour les revendre à Walt Disney (qui en fit le produit industriel que l'on sait). [Les nazis n'y furent pas non plus indifférents, qui le brûlèrent dès 1936.] L'édition que vient de publier Rivages Poche... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30 juillet 2016

État d'urgence, surveillance et exhibitionnisme des réseaux sociaux

« C’est surtout ne pas vouloir tenir compte de ce que le problème des libertés est déjà pour l’essentiel réglé, et qu’il s’est réglé d’un commun accord entre, d’un côté, une volonté de surveillance certes pour partie policière mais pour l’essentiel marchande et, de l’autre, un désir narcissique irassasiable d’attester de soi en se montrant en tout et partout (via la pandémie des réseaux). Une chose est en effet que les États produisent (ou le semblent) les procédures les plus sophistiquées pour que tout et partout leur soit... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:21 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juillet 2016

Lettre d’Ille-et-Vilaine à un camarade resté à Honfleur [1869]

« Connais-tu le pays où les hommes et les femmes ont la tête pointue, des pieds de buffles, des gestes cassés, des allures d’Indous, des glapissements pour voix, des instincts pour intelligence, des yeux pour ne chercher à voir que des veaux de la dernière catégorie, où dans les familles, chacun des membres veille avec une réciproque inquiétude sur le sort de son voisin pour empêcher ce voisin, entraîné par la force des instincts, de se précipiter dans les mares, comme des canards, comme des taupes dans les trous, ou sur des... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 juillet 2016

L'inertie des institutions et le lâchage du musée d'Orsay mettent en péril l'année Mirbeau

Une lettre de Pierre Michel, de la Société Octave Mirbeau, biographe et éditeur infatigable de l'auteur du Journal d'une femme de chambre et du Jardin des supplices ICI, quelques infos sur Octave Mirbeau et Pierre Michel *** Cher flibustier, Comme vous le savez sans doute, à l’initiative de la Société Octave Mirbeau (voir notre bilan), l’on s’apprête à commémorer internationalement, en 2017, le centième anniversaire de la disparition de celui qui ne fut pas seulement un grand écrivain traduit dans une trentaine de langues et... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
27 juillet 2016

Stanley Kubrick speaks for himself [entretien perdu, 1960]

Cet entretien avec Stanley Kubrick a été réalisé en 1960 par Robert Emmett Ginna pour le magazine Horizon, qui ne l’a jamais publié. Ginna l’avait retrouvé dans ses cartons et publié dans Entertainment Weekly le 9 avril 1999, au lendemain de la mort du cinéaste. [Merci à Jim Parish qui m'a permis de le lire.] ~ Peter Sellers, Lolita Before his unexpected death last month at 70, director Stanley Kubrick – always an elusive figure – had become the subject of intense speculation and mythologizing. With a minimal crew and a surplus... [Lire la suite]