20 mai 2018

FDJ 69 : Terry Gilliam ~ And Now...

... for something completely different The man who killed Don Quixote [El hombre que mató a Don Quijote], Terry Gilliam 2018
Posté par charles tatum à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

19 mai 2018

Lectures pour tous : Vladimir Nabokov

« Nous connûmes cet étrange anthropoïde qui grouille au bord des routes, l’Auto-stoppeur, Homo pollex [pouce] en termes scientifiques, sous toutes ses formes et sous-espèces: le modeste soldat, tiré à quatre épingles, attendant paisiblement, et paisiblement conscient de l’attrait viatique qu’exerce le kaki; l’écolier souhaitant aller deux rues plus loin; le tueur désirant se rendre deux mille kilomètres plus loin; le vieux monsieur, mystérieux et nerveux, avec sa valise toute neuve et sa moustache bien taillée; un trio de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 mai 2018

Mai 1969

Le livre le plus ébouriffant qui nous parle de 1968-1969 vient d'Allemagne. Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni, éditions Grasset ("En lettres d'ancre") Mille pages, douze cents grammes, moins de trente euros.
Posté par charles tatum à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 mai 2018

lectures pour tous : Daniel Lang

« Le nom de la fille était Phan Thi Mao. Eriksson et elle n’échangèrent jamais un mot ; aucun ne parlait la langue de l’autre. Il côtoya Mao durant à peine plus de vingt-quatre heures. Celles qui furent ses dernières. Les quatre camarades de patrouille de Eriksson la violèrent et l’assassinèrent avant d’abandonner son corps dans un buisson en pleine montagne. L’un des soldats la poignarda à trois reprises et lorsqu’au procès, l’avocat de la défense mit Eriksson au défi de décrire le son émis par les coups de couteau,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 mai 2018

Mouches volantes et persistance

« Je ne fais pas non plus allusion à ce qu’on appelle muscae volitantes – ombres projetées sur les bâtonnets de la rétine par des atomes de poussière dans l’humeur vitrée, qui sont perçus sous l’aspect de filaments transparents s’en allant à la dérive à travers le champ visuel. Ce qui se rapproche le plus, peut-être, de mes mirages hypnagogiques, c’est la tache colorée, le coup de poignard d’une image persistante, dont la lampe, que l’on vient juste d’éteindre, blesse la nuit palpébrale. » Vladimir Nabokov, Autres Rivages,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
26 avril 2018

Lectures pour tous : Yann Andréa, Marguerite Duras

« La femme revient avec une bouteille d’Évian et deux verres, elle dit qu’il n’y a pas de glaçons, qu’elle le regrette. Elle est brune, coiffée, les yeux rouges. Vous dites : Je ne suis pas malade, je suis simplement alcoolique. Elle dit que s’arrêter de boire est une décision courageuse. Vous remarquez la voix rauque, presque caverneuse, de la femme en blanc. Vous dites : Vous, vous fumez trop. Elle dit qu’elle fume deux paquets de gitanes par jour, qu’elle ne peut pas faire autrement, que le courage lui manque. Vous ne... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 avril 2018

Défendons l'oryctérope

Extrait de Zig et Puce et le professeur Médor, par Alain Saint-Ogan, 1941 [merci à Jean Rolin, qui nous a appris l'existence de l'oryctérope]
Posté par charles tatum à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 mars 2018

L'irremplaçable poésie de Sophie Calle

« J’avais six ans et j’habitais rue Rosa-Bonheur chez mes grands-parents. Le rituel quotidien voulait que je me déshabille tous les soirs dans l’ascenseur de l’immeuble et arrive ainsi toute nue au sixième étage. Puis je traversais à toute allure le couloir et, sitôt dans l’appartement, je me mettais au lit. Vingt ans plus tard, c’est sur la scène d’une baraque foraine donnant sur le boulevard, à Pigalle, que je me déshabillais chaque soir, coiffée d’une perruque blonde au cas où mes grands-parents qui habitaient le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2018

Hotties Reading 513

[à Carl Hubert Félix] C’est la voix du homard qui dit d’un ton nerveux : « J’ai cuit bien trop longtemps, sucrez-moi les cheveux. » Comme font les canards, avec son nez vermeil Il se boutonne, et tourne en dehors ses orteils. Lorsque le sable est sec, d’un petit air coquin, Avec un grand mépris il parle du requin ;   Mais quand vient la marée où le requin s’ébat, Vous ne l’entendrez plus tant il chuchote bas. Lewis Carroll, Les aventures d’Alice au pays des merveilles (1865)traduction Jacques Papy,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
19 février 2018

Lectures pour tous : Joyce Carol Oates

Ce post est aimablement dédié à l’ami Boudou. Souvenirs d’années gourmandes.  « Barres au chocolat Tootsie, tartelettes au marshmallow Mallo Cup, Milky Way, crèmes de menthe Junior Mints, barres Snickers, Hershey, Mars, Oh Henry ! Chewing-gums Juicy Fruit, Dentyne. Bubble gum. "Casse-dents". Hostess CupCakes : chocolats fourrés à la "crème". Tartelettes sur rond de papier paraffiné tenant dans la paume de la main que l’on dévore voluptueusement sur le trottoir devant le magasin où on les a achetées. ... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,