10 septembre 2016

Lectures pour tous : Hérault de Séchelles

« Mais ce n’est pas assez de savoir choisir les livres, il faut encore en déterminer la quantité, se bien placer, profiter de ses moments, faire naître les dispositions ; ralentir et accélérer alternativement le mouvement de sa pensée, jouer tour à tour le rôle actif et le rôle passif, enfin savoir se passer de livres. » « Ne jamais parler le premier, si ce n’est de la santé, de la pluie et du beau temps. » Hérault de Séchelles, Codicille politique et pratique d’un jeune habitant d’Épône [Théorie de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 septembre 2016

Quand les poètes sont de mauvais poil

Aujourd'hui, Albert de Routisie (Louis Aragon), 1928 *** « Brutes je vais crier je crie brutes fils de truies enculées par les prie-Dieu avortons de caleçons sales boues de chiottes mailles sautées aux bas des putains crapauds domestiques muqueuses purulentes vermines lâchez-moi roulures de rhododendrons poils d’aisselles bougies tontes de poux suints de rats copeaux copeaux noires déjections lâchez-moi je vous tue je vous pile je vous arrache les couilles je vous mâche le nez je vous je vous piétine. Mort mort ils vont donc me... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 août 2016

Qu'est-ce que l'art, Jean-Luc Godard ? [Louis Aragon, 1965]

QU'EST-CE QUE L'ART, JEAN-LUC GODARD ? par Louis Aragon *** Qu'est-ce que l'art ? Je suis aux prises de cette interrogation depuis que j'ai vu le Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, où le Sphinx Belmondo pose à un producer américain la question: Qu'est-ce que le cinéma. Il y a une chose dont je suis sûr, aussi, puis-je commencer tout ceci devant moi qui m'effraye par une assertion, au moins, comme un pilotis solide au milieu des marais: c'est que l'art d'aujourd'hui c'est Jean-Luc Godard. C'est peut-être pourquoi ses films, et... [Lire la suite]
19 août 2016

Lectures pour tous : Saint-Simon

« Entrant un matin chez la maréchale de Noailles, dans son appartement de quartier, commme on faisait son lit et qu’il n’y avait plus que la courtepointe à y mettre, [Monsieur le Prince] s’arrêta un moment à la porte, où s’écriant avec transport: "Ah ! le bon lit ! le bon lit !" prit sa course, sauta dessus, se roula dessus sept ou huit tours en tous les sens, puis descendit et fit excuse à la Maréchale, qui avait toute sa vie été hors de soupçon, n’en pouvait laisser naître aucun. Ses gens demeurèrent stupéfaits,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 août 2016

Lectures pour tous : Maurice Mourier

« Voici l’essentiel que tout homme cultivé doit savoir: le pet est le résultat souhaitable (et malheureusement pas toujours obtenu) de l’expulsion, par l’intestin, en particulier chez les mammifères en bonne santé, d’un excès de gaz accumulé dans le côlon. Cette expulsion s’opère, via le rectum, grâce aux bons offices d’une soupape, ou sphincter. Elle peut être abondante ou mesquine, continue ou perlée, monocorde ou riche en harmoniques et, récemment étudiée par Prokosh et Fart sur ordinateur, révéla huit tons fort distincts,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 août 2016

« Je laisse pousser ma barbe. »

« Eh bien, qu’est-ce que vous faites de nouveau maintenant ? – Vous voyez, cher monsieur, répond-il, je laisse pousser ma barbe. » [A.A., fumiste, club des Hydropathes]    
Posté par charles tatum à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 août 2016

Monsieur D'Déé n'est plus

Il y a quelques jours, Charles D'Déé, dit "Monsieur D'Déé", danseur de bebop et chorégraphe, ami de Boris et ami d'Ursula quand Boris s'en fut allé, est mort à Eus.  
Posté par charles tatum à 15:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 juillet 2016

Bambi

Bambi. L'histoire d'une vie dans les bois (1923), de l'immense Felix Salten, on ne le sait pas assez, est un sommet de la littéraure allemande/autrichienne du XXe siècle. Kafka, Kraus, Rilke, Freud (semble-t-il) et quelques autres ne s'y trompèrent pas, qui le placèrent très haut, bien avant que la MGM n'en achète les droits pour les revendre à Walt Disney (qui en fit le produit industriel que l'on sait). [Les nazis n'y furent pas non plus indifférents, qui le brûlèrent dès 1936.] L'édition que vient de publier Rivages Poche... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
30 juillet 2016

État d'urgence, surveillance et exhibitionnisme des réseaux sociaux

« C’est surtout ne pas vouloir tenir compte de ce que le problème des libertés est déjà pour l’essentiel réglé, et qu’il s’est réglé d’un commun accord entre, d’un côté, une volonté de surveillance certes pour partie policière mais pour l’essentiel marchande et, de l’autre, un désir narcissique irassasiable d’attester de soi en se montrant en tout et partout (via la pandémie des réseaux). Une chose est en effet que les États produisent (ou le semblent) les procédures les plus sophistiquées pour que tout et partout leur soit... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:21 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juillet 2016

Lettre d’Ille-et-Vilaine à un camarade resté à Honfleur [1869]

« Connais-tu le pays où les hommes et les femmes ont la tête pointue, des pieds de buffles, des gestes cassés, des allures d’Indous, des glapissements pour voix, des instincts pour intelligence, des yeux pour ne chercher à voir que des veaux de la dernière catégorie, où dans les familles, chacun des membres veille avec une réciproque inquiétude sur le sort de son voisin pour empêcher ce voisin, entraîné par la force des instincts, de se précipiter dans les mares, comme des canards, comme des taupes dans les trous, ou sur des... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,