11 juillet 2008

Kvetch !

« Un homme monte dans le train de Chicago à la gare centrale de New York et s'assoit en face d'un vieux monsieur qui lit un journal en yiddish. Une demi-heure après le départ du train, le vieux monsieur pose son journal et commence à gémir comme un enfant craintif. "Oy, c'que j'ai soif... Oy, c'que j'ai soif... Oy, c'que j'ai soif..."« A la fin, l'autre homme n'en peut plus. Il se lève, se dirige vers la fontaine d'eau fraîche au bout du wagon, remplit un verre d'eau et s'en retourne vers sa place. [...] Il s'arrête devant... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 21:34 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

11 juillet 2008

Un chant d'amour

Piratons Louis Skorecki (Libération, 21 février 2007). « Le film est court. Ce n'est pas une raison pour ne pas en parler. Même quand il a viré culte ? Oui. Même quand il passe sur Arte, c'est-à-dire sur des corps un peu sales ? Oui. Même maintenant ? Oui. Pourquoi, monsieur ? On a toujours parlé (ici en tout cas) des grands films pédés. Monsieur ? Oui, Rémy. Je peux vous demander si vous êtes pédé ? Ça ne te regarde pas. Vous parlez des pédés d'une drôle de manière. Ah oui ? Oui, monsieur. Tu es pédé, toi, Rémy ? Oui, monsieur,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 juillet 2008

Une fuite

Le tout premier client entré dans la librairie ce matin, peu après l’ouverture, s’est rué sur moi en brandissant un ouvrage acheté la veille ici même : « Monsieur ! Le livre que vous m’avez vendu fuit ! » Éric Faye, Quelques nobles causes pour rebellions en panne, José Corti, 2002. ~ Librairie Pierre Berès, années 1960.
Posté par charles tatum à 00:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 juin 2008

Le mot pour rire : chien

Grand amateur de mots et toujours curieux de leur origine, Raymond Queneau (1903-1976) ne pouvait que s'intéresser à son propre nom, témoin son roman autobiographique en vers de 1937, dont le titre, Chêne et chien, montre qu'il n'ignorait rien des étymologies hésitantes que suggérait son nom: dans Queneau, on peut voir en effet soit le gaulois cassanos ("chêne"), soit le latin canis ("chien"). Dans les Larmes d'Ulysse (Gallimard, 1998), Roger Grenier raconte que "dans son compte rendu en vers d'une... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 07:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 juin 2008

Oh ! les beaux jours

Jean Rouaud et moi, nous sommes presque voisins... Eh bien quoi ? Comme n'importe quel gentleman-farmer dans n'importe quelle pièce d'un Tchekhov qui ne serait point russe mais breton, je migre aux premiers beaux jours vers le littoral atlantique pour profiter avant Paris, Lille et Bruxelles des coulis tiédissants des anticyclones açoriens, troquant aux petites heures les beuglements des pies et des merles schaerbeekois contre les pleurs des goêlands et les feulements des bécasses des bois fort répandues dans l'estuaire... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
14 juin 2008

Deux poulets

Losfeld Pas d'inquiétude. On continuera à lire Diogène, Vaneigem et le Père Duchesne, à rire et s'émouvoir des aventures des Pieds Nickelés, de Marius Jacob et de la bande à Bonnot quand les Musso-Lévy-Gavalda seront oubliés depuis longtemps. By the way, dites merde au découragement et accrochez-vous au Carrefour étrange. Il est interdit de laisser tomber. Docteur Je vous l'envoie, cette nouvelle bibliographie, par une autre voie. J'ai communiqué votre billet à Noël. Il était très touché. Nous avons repris un armagnac et... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 juin 2008

Dérèglements

Bruxelles, 10 juin 2008. A 7h00 ce matin, les habitants de Schaerbeek, incrédules, ont sorti les calculettes. Depuis dimanche, 17h34, il n'a pas plu sur cette commune populaire du nord-est de la capitale. Soit 1 jour, 13 heures et 26 minutes ou 2246 minutes sans flaques d'eau, sans trottoirs casse-gueule, sans parapluies, sans pantalons mouillés au cinéma, sans lunettes opacifiées par la drache (cette humide spécialité du Nord sur laquelle les météorologues s'interrogent en vain). Les réactions ne se sont pas fait attendre, et... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 juin 2008

Les cris de la grenouille et les yeux du lapin

Suite et fin du florilège Brisset. (Comme une vache espagnole, la semaine dernière.) Est-ce comme on le prétend l'auteur de la Science de Dieu qui déclara: "Il est inutile d'utiliser le flash pour photographier un lapin qui a déjà les yeux rouges"? Eh bien non. Il s'agit d'une remarque, non dénuée de pertinence, de Jean-Claude Van Damme dans le film presque homonyme (JCVD) qui vient de sortir et dont on sait le bien que j'en pense. Contrairement au film récent d'un autre acteur belge versé dans l'introspection, il ne... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 mai 2008

Comme une vache espagnole

Chose promise, chose due. Jean-Pierre Brisset, "inventeur, grammairien et prophète", fut pâtissier, soldat, maître-nageur (il publia en 1870 la Natation ou l'Art de nager, appris seul en moins d'une heure), commissaire de surveillance administrative aux Chemins de fer, bientôt Septième Ange de l'Apocalypse et à ce titre adulé par les pataphysiciens et quelques surréalistes. (André Breton par exemple le tient au chaud dans son Anthologie de l'humour noir, entre Alphonse Allais et O'Henry.)  Dans la Création de l'homme,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 mai 2008

Rennes-en-Grenouilles

"Les associations d'idées sont un don du seigneur mais elles donnent parfois mal à la tête", aimait à répéter Vialatte. (Il avait piqué l'idée à Alphonse Allais, dont le père était pharmacien.) Tout la nuit, j'ai été estraboucarbillé par un trop-plein de dopamine consécutif à la vision de Shine a Light. En quête d'un sommeil introuvable, je ne sais pourquoi, j'ai pensé à Michael Wilson, érudit filmologue (on peut lire mensuellement dans Positif les entretiens qu'il mène avec les plus grands réalisateurs américains) qui... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,