18 mai 2008

Pierre Dac pas mort

Franz Bartelt, le deuxième plus grand écrivain de Charleville-Mézières, nous en assène la preuve ce mois-ci, qui écrit en exergue du chapitre un de Nadada (La Branche, "Suite noire" n°20, 2008) : Il y a une mémoire du rectum, mais elle ne retient pas tout. ou bien, chapitre 5 : Quand le canard parle à demi-mot, il dit "coin". ou encore, chapitre 7 : Le temps c'est de l'argent, sauf à un moment donné. ou (allons-y franchement : celle-ci, Tristan Bernard ne l'aurait pas détestée), chapitre 15 : ... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mai 2008

Bouyxou

Reçu Lunatique 78-79, publié à Caëstre (Nord) par l'Auvergnat Jean-Pierre Fontana, un des grands manitous de la science-fiction et du fantastique sur tout le territoire de la République. La revue fait l’honneur d’un énorme dossier à Jean-Pierre Bouyxou, acteur et chanteur, cinéaste  et parolier, anar et jouisseur, archiviste et érudit, parisien et girondin, libertin et ami fidèle, cynophile et inconditionnel de Laurel et Hardy, romancier et collectionneur de pseudos : Jérôme Fandor, Philarète de Bois-Madame, Josiane Grignard,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 22:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 mai 2008

Les civelles

"Les civelles étaient lavées à grande eau et très souvent cuites au court bouillon. Les recettes y en a une quantité. Certains les cuisaient tout au muscadet ou tout au gros plant. Moi personnellement moitié gros plant et moitié eau. Les pains étaient formés avec le fond d'un bol. Et on les mangeait avec de la vinaigrette ou revenues à la poêle. Bien souvent on avait des copains des Chantiers qui nous faisaient des bricoles. En compensation on donnait des pleins seaux de civelles." (GCb) Vivre à Méan-Penhoët. Quartier... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 mai 2008

A Grisélidis

"J'ai connu aussi Le Pauvre Diable. Avec Célina qui exerçait ses talents et ces messieurs qui faisaient la queue dans l'impasse. Célina venait porter sur son compte ses gains, cinq francs par cinq francs. Incroyable !" (MMb) "Célina était entraîneuse au Pauvre Diable et cliente au Chantilly. Célina avait une table - tous les habitués avaient leur table. A sa table il y avait monsieur Chupin, balayeur municipal. Célina, c'est une grande rousse avec des décolletés devant comme derrière, cheveux mi-longs genre... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 mai 2008

Là où je suis, je ris

Une semaine après la sortie en librairie du Journal 1966-1974 de Jean-Patrick Manchette (Gallimard, 640 p., 26 €), on nage dans le bourbier des clichés dégradants et des superlatifs qui n'engagent à rien, des approximations admiratives et des imprudentes contrevérités (les morts, on leur fait dire ce qu'on veut). Il nous fallait une grande bouffée de contrepoison. C'est Serge Quadruppani qui s'y colle, dans un texte chaleureux qui remet à l'heure les tocantes de quelques tocards. (Il nous fit déjà le plaisir d'une brève mais... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 mai 2008

Récupération

"Mieux vaut se quereller avec Guy-Ernest autour d'un carton d'armagnac que boire du café tout l'après-midi avec Simenon, ce vilain coprophage de la décomposition bourgeoise", aimait répéter Jean-Patrick Manchette.Là-dessus il dégoupillait une fiole de vodka. Sans transition, il nous narrait Charley Varrick (presque plan par plan, c'était un de ses dadas), grand film aujourd'hui oublié de Don Siegel, avec Walter Matthau. "La récupération (...) seule rend l'Art rentable. Ce qui n'est pas récupéré sur-le-champ le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
05 mai 2008

Noir encore

Je viens d'apprendre que Frédéric Fajardie est mort il y a quelques jours, bouffé par un crabe. Un grand bonhomme. Un tendre. La cruauté romanesque et l'acuité politique de ses romans anarcho-noirs (La Nuit des chats bottés, Tueurs de flics, La Théorie du 1% ) avaient enflammé nos vingt, vingt-cinq ans. http://fajardie.free.fr/ Relisons ses livres. Pour les larmes de croco, voir nos journaux habituels
Posté par charles tatum à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 mai 2008

Fête du travail

Chicago, 4 mai 1886, au plus fort des luttes sociales. Pendant un meeting ouvrier à Haymarket Square, une bombe explose dans les rangs de la police, tue une douzaine de pandores. Leurs collègues ripostent, tirent dans la foule. La classe ouvrière se mobilise. L'Amérique de Grover Cleveland, président "réformiste", a peur. On veut la rassurer, on fera un exemple. Une trentaine de militants anarchistes, immigrés de fraîche date, sont inculpés. Cinq hommes sont condamnés à mort sans la moindre preuve. Louis Lingg se suicide... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 avril 2008

Sédition

Merci à l'Age d'Homme et à Vladimir Dimitrijevic, insoumis de toujours et éditeur libre, qui ont remis au four l'Anthologie de la subversion carabinée de Noël Godin. Ce cocktail incendiaire de l'automne 1988 est de retour sur les tables des libraires, le plus loin possible des cadavres qui bougent encore de tous les thuriféraires du virage au centre, fossoyeurs de la lutte des classes et autres buveurs de café décaféiné. En couverture, des Pieds Nickelés hilares et bariolés font les clowns. Laissez-vous embarquer. La paresse... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,